Icon Sport

Top 14 - Le festival clermontois

Le festival clermontois

Le 26/08/2018 à 09:51Mis à jour Le 26/08/2018 à 12:25

TOP 14 - Après une première période marquée par un manque d'agressivité en défense, l'ASM Clermont-Auvergne s'est offert un festival offensif en deuxième mi-temps. Au total : dix essais inscrits pour une victoire 67 à 23.

Le match

Oserez-vous nous croire si l'on vous dit qu'à la mi-temps, le SU Agen menait d'un petit point (15-16) sur la pelouse du Stade Marcel-Michelin ? Si, si, promis, juré, craché. Après avoir encaissé deux essais dans le premier quart d'heure (doublé de Toeava), les joueurs de Mauricio Reggiardo, patiemment, étaient revenus dans la partie, produisant de très belles séquences de jeu et inscrivant un essai (Mchedlidze, 25e). "J'y ai même cru", soufflait avec le sourire le manager du SUA à la fin de la rencontre. A tout dire, on pensait effectivement les joueurs de Franck Azéma mal embarqués, débutant la seconde période en infériorité numérique après le carton jaune de Damien Chouly (38e) pour anti-jeu. Raté. C'est justement le moment où les Clermontois ont choisi d'accélérer et de se lancer dans un festival offensif. En seconde période, l'ASM s'est d'abord montrée plus agressive en défense. Ensuite, les joueurs auvergnats ont offert un récital de jeu debout dans la défense. Dépassés par l'intensité imposée, les joueurs de Reggiardo ne pouvaient que constater les dégâts. Toeava, Ezéala, Betham et Raka s'offraient même chacun un doublé. Bref, cinquante deux points inscrits en une mi-temps, voilà sans doute le premier record de la saison.

Peter Betham (Clermont) contre Agen

Peter Betham (Clermont) contre AgenIcon Sport

Le tournant du match

Le rugby a ce charme fou qu'il est parfois totalement irrationnel. Le tarif pour une équipe en infériorité numérique, c'est, sauf exception, généralement dix points encaissés. A la 38e minute de la rencontre, alors que les Agenais font quasiment jeu égal au tableau d'affichage (15-13) avec les Clermontois, l'arbitre de la rencontre inflige un carton jaune à Damien Chouly pour anti-jeu. Et grâce à une pénalité de McIntyre (40e), Agen vire à la pause avec un point d'avance (15-16). On pense alors les Auvergnats dans le dur. Raté. A la reprise, les joueurs de Franck Azéma inscrivent deux essais durant leur infériorité numérique. Quatorze points inscrits qui sonne le début du festival jaunard...

L'essai du match

Difficile de sortir un essai parmi les douze inscrits au cours de la rencontre. Pour l'anecdote, celui inscrit par le jeune pilier de l'ASM Sipili Falatéa (21 ans) – le seul marqué par un avant clermontois - a soulevé un râle de plaisir chez les supporters asémistes. Et pour cause. D'abord, l'ancien Columérin arrivé à l'été 2017, ne disputait que son troisième match de Top 14. L'an passé, il n'avait été inscrit que deux fois sur une feuille de match par Franck Azéma. Ensuite, parce que trop heureux de se retrouver en position d'inscrire son premier essai dans le monde professionnel, le Wallisien s'est jeté dans l'en-but à la façon de Chris Ashton, provoquant quelques sourires. "Il n'a même pas réussi à décoller les pieds", chambrait à l'issue de la rencontre l'ouvreur Camille Lopez. Quant à son entraîneur Bernard Goutta, il a déclaré, sourire aux lèvres vouloir lui interdire ce genre de geste. "J'ai franchement eu peur qu'il se casse une épaule." Il n'empêche, Falatéa se souviendra probablement longtemps de ce premier essai.

L'homme du match

Il a quitté la pelouse du stade Marcel-Michelin à la 68e minute sous une ovation majuscule. Samuel Ezeala, que le Top 14 n'avait plus revu depuis un triste soir du mois de janvier dernier. K-O sur la pelouse synthétique de l'Arena du Racing 92, il avait, bien malgré lui défrayé la chronique. Face à Agen, pour cette première journée, le jeune ailier espagnol fêtait donc son deuxième match dans le monde professionnel. Evidemment, les supporters auvergnats ont retenu leur souffle lorsqu'il est resté au sol, légèrement sonné, après un plaquage sans ballon de Valentin Saurs (28e). Sans gravité. Surtout, l'ailier clermontois a inscrit deux essais dans cette rencontre. De quoi faire oublier la triste raison pour laquelle Ezéala s'était fait connaître ? C'est en tout cas sa volonté.

Contenus sponsorisés
0
0