Icon Sport

Top 14 - Victor Vito (La Rochelle) : "Ça va rendre les choses meilleures"

Vito : "Ça va rendre les choses meilleures"

Le 13/07/2018 à 09:49Mis à jour Le 17/07/2018 à 09:36

À l’orée de sa troisième saison rochelaise, Victor Vito aborde les évolutions du club maritime. Pour lui, elles vont dans le sens des joueurs.

Rugbyrama : Victor, comment avez-vous attaqué la préparation il y a trois semaines ?

Victor Vito : J’étais mentalement prêt, j’avais pu bien couper. Je suis maintenant rôdé à la période de vacances qui suit la fin du Top 14. J’ai pu passer du bon temps avec ma famille et j’étais prêt à attaquer la nouvelle saison. Je suis rentré en Nouvelle-Zélande et aux Samoas pour une réunion de famille, j’ai passé quelques jours avec ma mère ou encore mon cousin.

Comment avez-vous vécu le départ de Patrice Collazo de La Rochelle ?

V.V. : C’était la toute première fois dans ma carrière que je vivais quelque chose comme ça. Avant de venir ici, on m’avait bien dit que je devais m’attendre à vivre toute sorte de chose ! Nous avons perdu Patrice, il est parti pour des raisons qui lui sont propres. Peu importe ce qu’elles sont ! Maintenant, nous les joueurs, nous devons regarder devant. J’ai toujours apprécié Patrice, il a été le premier entraîneur que j’ai eu en France. La réalité a fait que la saison ne s’est pas bien terminée. Nous n’avons pas fini le championnat parmi les six premiers et nous ne jouerons pas la Champions Cup. C’est ce à quoi nous devons remédier cette saison.

Victor Vito (La Rochelle)

Victor Vito (La Rochelle)Icon Sport

Jason Eaton a arrêté sa carrière mais il est toujours au club. Comment percevez-vous son nouveau rôle de coordinateur ?

V.V. : Je pense qu’il est parfait dans son rôle d’intermédiaire entre l’équipe et le staff. Il connaît parfaitement La Rochelle, les joueurs et les entraîneurs. C’est quelque chose qui va nous permettre de continuer à avancer sur le bon chemin.

En quoi c’est important ?

V.V. : La saison dernière, nous avons parfois manqué de communication. Nous avons sans doute besoin de plus d’échanges, de relations allant dans la même direction. Entre nous, nous devons savoir ce que nous voulons. Les entraîneurs peuvent donner des directions mais quelques fois, les joueurs ont besoin de comprendre pourquoi c’est comme ça. Pour l’équipe, les joueurs, ça va rendre les choses meilleures.

Connaissez-vous votre compatriote Jono Gibbes qui arrivera en novembre et deviendra le directeur du rugby du club ?

V.V. : Oui, je l’ai déjà rencontré mais je n’avais joué sous ses ordres. Il me paraît être un bon technicien. J’ai lu dans les médias ce qu’il se disait, je devine que c’est une bonne chose pour nous. Nous devrons construire une relation solide pour tenir tout le Top 14 qui est un long championnat.

Contenus sponsorisés
0
0