Icon Sport

Top 14 - La Rochelle manque de consistance

La Rochelle manque de consistance
Par Rugbyrama

Le 10/09/2018 à 14:46

TOP 14 - Après Montpellier le week-end dernier (36-14), le Stade rochelais a perdu pour la deuxième fois consécutive à cause d'une très mauvaise entame au Stade toulousain (33-26). Le retour des Maritimes dans les 20 dernières minutes laisse présager de bonnes choses mais il y a encore du travail pour les hommes de Xavier Garbajosa.

Une semaine après, le constat est le même pour les Rochelais. Complètement dépassés, les Maritimes ont manqué de régularité et ont pêché dans leur entrée de match. "On perd des ballons en première mi-temps, en conquête notamment, explique Alexi Balès. Puis on est laxistes dans les un-contre-un. En revanche, eux sont prêts et on le paie cash en première période. Ensuite on revient parce qu'on sait jouer au ballon mais à ce jeu-là, quand tu n'as pas le ballon, tu subis et prends des points." Les coéquipiers de Victor Vito ont une nouvelle fois été privés de ballons à cause notamment de lacunes en touche.

La touche rochelaise a eu du mal à s'ajuster à Ernest-Wallon

La touche rochelaise a eu du mal à s'ajuster à Ernest-WallonIcon Sport

Si la mêlée est plutôt maîtrisée par le trio Priso – Bourgarit – Atonio, l'alignement en touche est très défaillant et fait perdre de nombreuses possessions aux visiteurs, tout comme les rucks, qui ont donné trois pénalités au Stade. Mais ces faiblesses techniques sur certaines phases de jeu pourraient être dues à un problème physique. Pas la seule explication selon le demi de mêlée : "Que ce soit physique, technique, peut-être mental, il y a plein de paramètres à prendre en compte."

Alexi Balès (La Rochelle) contre Toulouse

Alexi Balès (La Rochelle) contre ToulouseIcon Sport

" À la 3e journée, le Stade rochelais n'est pas prêt""

Grégory Patat, entraîneur des avants rochelais, remet lui bien en cause la dimension physique. "On a des garçons qui sont à différents niveaux physiques et il faut l'accepter. Soyons patients et continuons à évoluer." Le jeu à la rochelaise, que tous dans le staff et les joueurs évoquent comme un objectif à atteindre après ces résultats insuffisants, demande cependant plus d'intensité dans les courses et dans l'effort. Le technicien rochelais pointe également le contexte toulousain dans la perte de ce match : "Quand on n'a pas la possession face à cette équipe de Toulouse, c'est très difficile d'exister. Puis nous avons l'occasion de limiter la casse avec des temps forts en fin de première mi-temps mais cela se retourne contre nous avec l'essai de Yoann Huget qui nous fait très mal à la tête." À moindre mesure, certains choix tactiques peuvent être pointés du doigt, tels que les deux pénaltouches avant la mi-temps alors que la pénalité était à chaque fois était à portée.

"Les garçons voulaient se rassurer et prendre les mêlées pour montrer leur supériorité, on ne peut pas leur reprocher cette prise d'initiative, comprend Grégory Patat. Quand on voit le scénario final, on finit à deux points du bonus défensif mais ces décisions leur appartient. Cela prouve qu'ils prennent leurs responsabilités." Ces vingt dernières minutes et la privation du bonus offensif aux Toulousains n'enlève pas une certaine déception dans la tête des Rochelais : "On peut avoir des passages à vide mais pas pendant une heure, reproche Romain Sazy. À l'extérieur il faut être capable de faire un match plein de 80 minutes." Et Alexi Balès de dresser ce constat difficile mais juste : "À la 3e journée, le Stade toulousain est prêt mais le Stade rochelais n'est pas prêt."

Par Quentin Put

Contenus sponsorisés
0
0