Rugbyrama

Top 14 - Julien Fumat (Pau) : "Pas mal de positif à tirer"

Fumat : "Pas mal de positif à tirer"
Par Rugbyrama

Le 09/08/2018 à 16:15

TOP 14 - Julien Fumat ne voyait pas que du négatif dans la défaite de son équipe, hier soir, face à l’Aviron bayonnais 21-14.

Rugbyrama : Vous vous êtes inclinés ce soir. Le résultat est important ?

Julien Fumat : Ce n’est jamais agréable de perdre un match. Après, c’était notre première rencontre de préparation. On savait que ça allait être compliqué. L’Aviron attaque le championnat la semaine prochaine. On a vu qu’ils étaient bien en place. Au niveau du rythme et de l’intensité, ils sont déjà dans une bonne forme. Nous, on sort tout juste de la préparation physique, donc on s’attendait à ce que ce soit difficile.

Qu’est-ce qui vous a manqué ?

J.F. : Du rythme, je pense. Il faut qu’on retrouve le rythme des matchs. C’est toujours pareil après chaque intersaison. On a beau faire la meilleure préparation du monde, le premier match est toujours compliqué.

Qu’avez-vous aimé, ce soir, dans votre équipe ?

J.F. : On a essayé ! On a essayé de mettre en place ce qu’on bosse à l’entraînement depuis un mois et demi. Sur certaines séquences, ça s’est retrouvé. Après, on manque un peu de liant, de fluidité sur certaines actions, qui ne nous permettent pas d’enchaîner et de déséquilibrer complètement cette équipe. Mais il y a pas mal de positif à tirer, offensivement surtout.

Matchs amicaux - Bayonne contre la Section Paloise

Matchs amicaux - Bayonne contre la Section PaloiseRugbyrama

La Section inscrit un premier bel essai…

J.F. : Oui, on marque un bon essai. On se crée des décalages qu’on n’exploite pas forcément du mieux qu’on peut, mais il y a du positif à tirer ce soir.

Comment avez-vous trouvé les recrues ?

J.F. : Je les vois surtout depuis le début de la prépa. Ils se sont bien fondus dans le collectif. Ils ont vite intégré tout le système de jeu et toute l’exigence qu’il y a. Sur un match, ce n’est pas à moi de juger et c’est difficile de le faire.

Contre Toulouse, vous serez davantage dans une configuration qui se rapprochera de l’équipe en Top 14 face à Bordeaux. Vous attendrez une progression…

J.F. : Oui, il faut qu’on monte en puissance. Ça arrive dans tout juste un peu plus de quinze jours maintenant. Bayonne, c’était un premier jet. On savait que ça allait être compliqué. Ça l’a été. On l’encaisse, on se remet au travail dès samedi et on continue d’avancer. Maintenant, il faut qu’on enclenche la marche avant et qu’on se mette en mode championnat.

Propos recueillis par Pablo Ordas

Contenus sponsorisés
0
0