Icon Sport

Match Amical - Johan Goosen assure, Yvan Reilhac flambe !

Goosen assure, Reilhac flambe !
Par Rugbyrama

Le 10/08/2018 à 17:28Mis à jour Le 10/08/2018 à 17:30

MATCH AMICAL - Vainqueur hier de Béziers dans la difficulté (24-20) lors du match de la Féria, les Héraultais se sont rassurés sur leur mêlée et leur capacité à mettre leur jeu en place. Mais ils ont aussi pu constater tout le travail qui leur reste à fournir avant d’affronter la Western Province jeudi (19h à Millau), pour prendre confiance et être fin prêts le 26 août face à Castres.

L’attraction de la soirée se nommait Johan Goosen. Recrue star controversée du MHR, le Sud-Africain disputait hier son premier match à Sauclières. Et pour un joueur qui n’avait joué que trois rencontres avec les Cheetahs (avril 2018) depuis son départ du Racing 92 en novembre 2016, l’arrière est apparu très en jambes. Titularisé dans l’équipe type héraultaise qui a disputé le premier acte (17-13 pour les Cistes), il s’est illustré d’entrée de jeu (7e). Sa chandelle tapée haut dans le ciel qu’il récupéra quelques mètres plus loin avant de charger la défense biterroise, mis son équipe dans l’avancée. A l’image de son franchissement (19e), où ses crochets courts et ses changements de direction éclairs firent merveille. Moins en vue par la suite, le Springbok ne s’est pas échappé en défense.

Johan Goosen - Montpellier

Johan Goosen - MontpellierMidi Olympique

Pour sa première, Goosen a répondu aux attentes fixées en livrant quarante minutes pleines de sobriété. Sans briller. Affûté comme une lame, le numéro quinze a apporté du danger sur chaque ballon touché. Sa vitesse de course, ses appuis de feu et son sens du jeu pourraient cette saison permettre à Montpellier de créer du danger en relançant de son camp. Un profil unique dans l’effectif des Cistes, qu’Yvan Reilhac, excellent hier (à l’instar de Grégory Fichten), apprécie déjà : "Johan s’est vite intégré au groupe. D’entrée, il a prouvé aux entraînements qu’il était là pour travailler. Durant les séances, il est vraiment très fort. Et une fois que tu as démontré tes qualités la semaine puis sur le pré en match, ton adaptation se fait ensuite très bien. C’est vrai que son profil peut nous apporter un plus. Il est très joueur, moi aussi et si on arrive à jouer ensemble, ça peut être intéressant."

Vern Cotter head coach - Montpellier

Vern Cotter head coach - MontpellierIcon Sport

Johan Goosen réussit donc ses débuts et Montpellier ne rate pas ses premiers pas. Après avoir été surpris et bousculé par l’agressivité (parfois à limite) biterroise sur l’entame. Vern Cotter confirme : "C’était un match typique de reprise. Notre dernière rencontre était au Stade de France devant quatre-vingt mille personnes (la finale perdue face à Castres) et là, c’était dans un stade mythique à l’ancienne. Et ce match, surtout par rapport aux échanges devant, nous a remis les pieds sur terre. C’était une bonne dose de réalité. Il y a encore beaucoup de boulot. Côtés satisfactions, je trouve qu’on a pu bien négocier une entame difficile face à des Biterrois agressifs et bien organisés. On a été bousculés, mais on a su retrouver de la sérénité et s’adapter. C’est intéressant."

Une mêlée sans pitié et une touche déstabilisée

Malgré une petite échauffourée dès les premières minutes, les Héraultais ne sont jamais sortis du match et ont ensuite réussi à mettre leur jeu en place par séquences dixit Martin Devergie : "Sur la première mi-temps, je trouve que le groupe s’est bien envoyé. Et mine de rien, je pense qu’on a tout de même réussi à mettre notre jeu en place. On a eu du mal en touche donc c’était dur de lancer le jeu, mais dès qu’il y avait des temps de jeu déstructurés, on parvenait à retrouver ce qu’on a travaillé à l’entraînement."

Sans briller, les Cistes ont joué avec sérieux pour poser les fondamentaux de leur rugby. A l’instar de la mêlée, dominatrice sans partage sur le premier acte. Même si leur manque d’ambition offensive sur un match amical, leur déchet technique et les errements défensifs de certains comme Timoci Nagusa, ont déçu. "La mêlée fermée est une satisfaction (un essai de Pienaar derrière, NDLR). Désormais, on va regarder la vidéo pour réussir à plus alterner le jeu. On a eu des tentatives de ballons portés avortées, deux ou trois ballons oubliés sur la ligne d’avantage et on peut aussi augmenter notre volume de jeu. Mais dans l’ensemble c’est pas mal, sachant qu’il nous manquait quatorze blessés. Je suis content de la deuxième mi-temps des jeunes. Ils ont joué plus libéré", ajoute le manager.

Après avoir aligné son équipe type du moment sur le premier acte, le MHR a tout changé en seconde période (sauf N’Gandebe) pour lancer son centre de formation. Globalement privés de ballons et mis en grandes difficultés sur mauls par les jeunes biterrois, les "minots" se sont accrochés en défense et n’ont encaissé qu’un essai. Parfois séduisants dans le jeu comme sur la réalisation d’Arthur Vincent, les jeunes sont apparus souvent limités et parfois perdus par manque d’automatismes.

Martin Devergie - Montpellier

Martin Devergie - MontpellierIcon Sport

Mais Martin Devergie a tenu à leur rendre hommage : "Il y a de la qualité et ils se sont bien envoyés sans jamais s’échapper. Il faut leur faire confiance, ça c’est le boulot du coach et je pense qui le gère bien. Après, il y a eu du déchet et c’est normal car certains jouaient leur premier match avec nous et ils n’ont quasiment pas travaillé ensemble. Mais mentalement ils ont répondu présent et ça fait plaisir à voir."

Par Julien Louis

Contenus sponsorisés
0
0