Rugbyrama

Top 14 - Clermont, la bête blessée

Clermont, la bête blessée
Par Rugbyrama

Le 12/07/2018 à 11:08Mis à jour Le 12/07/2018 à 11:19

Après le naufrage de la saison dernière, Clermont repart avec une envie débordante. Une bête blessée qui risque de sortir les griffes sur toutes les pelouses de Top 14, tant les Clermontois paraissent revanchards et préparés.

Franck Azéma, la pérennité

En décembre dernier, son nom circulait pour intégrer le staff de l’équipe de France mais Franck Azéma était bien présent pour la reprise de l’entrainement, programmée le 2 juillet. Alors que Fabien Galthié et Fabrice Landreau n’ont pas échappé aux griffes de Mourad Boudjellal, le président de l’ASM Éric de Cromières a conforté le technicien dans sa fonction malgré une saison décevante. L’entraineur clermontois se doit de redonner une âme au groupe "jaune et bleu" et sera aidé par le néo-retraité Aurélien Rougerie, qui fera le lien entre le staff et les joueurs. Lié jusqu’en 2020, Azéma aura sans doute une petite pression avant d’attaquer la prochaine saison, le 25 aout prochain au Stade Marcel Michelin face à Agen.

Franck Azéma (ASM Clermont)

Franck Azéma (ASM Clermont)Icon Sport

Parra et Chouly, duel de capitanats

La saison dernière, Morgan Parra et Damien Chouly se sont partagés le brassard de capitaine. Le demi de mêlée a disputé neuf matchs avec le brassard, soit un de plus que le troisième ligne centre. Mais Chouly aura à cœur de se racheter d’une saison décevante, où il a perdu au fil du temps son capitanat et sa place de titulaire. Quant à Morgan Parra, il a prolongé son contrat pour une très longue durée (2022) et terminera sans doute sa carrière en terre auvergnate. Une preuve de grande confiance la part de Clermont, qui voudra surement installer durablement l’international français en tant que capitaine.

Morgan Parra (Clermont)

Morgan Parra (Clermont)Icon Sport

Le recrutement, ça ne fait pas rêver !

Quand Toulon recrute Julian Savea, Montpellier mise sur Johan Goosen ou encore Bordeaux qui signe Semi Radradra, les Clermontois ont plutôt choisi d’être discret sur le marché des transferts. Un recrutement peu clinquant comparé aux autres grosses cylindrées du championnat. Tim Nanai-Williams n’a joué aucune minute en super rugby la saison dernière après une blessure à l’épaule. Le centre all black George Moala et Apisai Naqalevu (27 ans, 4 sélections) viennent renforcer un secteur déjà bien garni avec les internationaux français Wesley Fofana et Damian Penaud ainsi que Peter Betham, qui sort d’une très belle saison sous le maillot clermontois. En coulisses, les dirigeants clermontois s’activent pour trouver un flanker, au profil de plaqueur-récupérateur. Aurélien Rougerie s’est même déjà rendu en Australie pour enrôler un joueur qui manque clairement aux Clermontois…

Vidéo - Le recrutement clermontois, ça ne fait pas rêver !

01:10

L’éternel second

Si Clermont est double champion de France (2010,2017), il n’en reste pas moins un éternel second. Cette étiquette colle à la peau des clermontois avec onze finales perdues sur leur treize tentatives sur la scène nationale et trois en Coupe d’Europe.

Retrouver les sommets

Après le naufrage, il est l’heure pour Clermont de retrouver un statut plus conforme à ses ambitions. C’est-à-dire de jouer sur les deux tableaux (Challenge Cup et Top 14) et d’accrocher au minimum un titre, comme un soir de juin 2017 où toute la Yellow Army s’était rassemblé Place de Jaude pour fêter le titre clermontois. Pour cela fini Ibiza, place à une reprise beaucoup plus sérieuse. Au contraire de la saison dernière, les hommes de Franck Azéma chercheront à réaliser une grosse préparation pour entamer la saison tambour battant. La préparation physique sera scrutée de très près pour éviter les nombreux pépins physiques de l’année dernière.

Par Lucas Meirinho

Contenus sponsorisés
0
0