Icon Sport

Que deviens-tu... Daan Human ?

Que deviens-tu... Daan Human ?

Le 21/03/2018 à 09:42Mis à jour Le 21/03/2018 à 09:45

Pilier du Stade toulousain pendant huit saisons, il avait décidé en 2012, de rentrer en Afrique du Sud pour s'occuper de la ferme familiale. Mais l'ex Springbok a repris du service comme entraîneur. Et envisage un retour en France.

Il pensait tourner le dos au rugby. En 2012, après 201 matches sous le maillot du Stade toulousain, le pilier springbok, Daan Human était allé annoncer à Guy Novès son intention de ne pas profiter de l'année optionnelle prévue dans son contrat et de mettre un terme à sa carrière pour aller s'investir dans la ferme familiale. Au programme notamment, élevage de bœufs et culture de la pomme de terre. Le triple champion de France et double champion d''Europe en était certain, une nouvelle vie s'ouvrait à lui. Finalement, le projet n'a pas mis six mois a être revu… "Je n'avais rien prévu, raconte Daan Human. Et puis alors que j'assistais sans arrière-pensée au centenaire d'un club local, on est venu me demander si je n'accepterai pas de venir donner un coup de main pour entraîner la mêlée."

Daan Human sous les couleurs du Stade Toulousain

Daan Human sous les couleurs du Stade ToulousainIcon Sport

Encouragé par ses proches, soutenu par son père, Human a remis un doigt dans l'engrenage au sein de Free State Rugby Union. Et puis il s'est fait happer : entraîneur de la mêlée des Cheetahs pour commencer, il a même fini par prendre des responsabilités en étant parallèlement nommé entraîneur en chef des équipes qui disputeront le Super Sport Challenge (antichambre de l'élite sud-africaine pendant le Super Rugby) et la Currie Cup à partir du mois de septembre. Quant à la ferme, évidemment, il a dû embaucher… "Je n'y habite plus… J'ai déménagé en ville. Je ne m'y rends que le mercredi et les week-ends." S'il s'interrogeait au départ sur la pertinence de ce retour au rugby, l'ex-gaucher s'est très vite repris au jeu. "Je peux dire que ça m'avait manqué. Surtout que maintenant, je n'ai heureusement plus besoin de mettre la tête. Entraîner la mêlée, je me régale, c'est une passion."

Sans fin d'autant que cette saison, il avait un nouveau défi à relever : ne plus préparer la mêlée sud-africaine au Super Rugby mais au Pro 14 Rugby, l'ex Ligue Celte où les Cheetahs ont été envoyés suite à la réforme du championnat sudiste. "Ne plus figurer en Super Rugby, c'est dommage, pointe Human. Le Pro 14 c'est nouveau pour nous, on doit s'adapter. L'équipe doit aussi davantage voyager... Et le Super Rugby s'approchait davantage du haut niveau, tout y va plus vite quand le Pro 14 Rugby serait plus comparable à la H-Cup." C'est là que ses années d'expérience contre Ulster, Llanelli, Edimbourg, Glasgow etc. – 47 matches dans la compétition - sont utiles.

Entre contraintes familiales et professionnelles, Human ne fait toutefois que rarement les déplacements avec les Cheetahs dans l'hémisphère nord. Lui qui a gardé sa maison à Toulouse revient en Europe pour d'autres occasions : les vacances et les amis. Mais un retour pour un long séjour n'est plus du tout à exclure. Six ans après son départ et quitte à être revenu vers le jeu, Human peut le dire, il se verrait bien y entraîner un jour. "J'ai appris beaucoup de choses en France : l'art de la mêlée, la touche, des bases qui lorsque elles sont en place rendent tout possible. J'ai beaucoup à transmettre, dit-il. Et parce que j'ai fait la majeure parte de ma carrière en France, j'aimerais bien un jour pouvoir faire mon retour et redonner tout ce que j'ai reçu."

Daan HUMAN - Avril 2010 - Toulouse

Daan HUMAN - Avril 2010 - Toulouse Icon Sport

Depuis 2012, il n'a pas changé. 115 kilos de puissance comme avant. "Je fais un peu de muscu et de vélo mais c'est tout. Je crois que j'ai assez couru dans ma vie, sourit-il. Et toujours des certitudes et un modèle : Guy Novès qui l'avait invité l'an passé durant la tournée des Bleus en Afrique du Sud. "J'ai beaucoup de respect pour lui. Avant de repartir en Afrique du Sud j'avais été lui dire et le remercier. Il a fait beaucoup pour moi et ma famille. Il m'a fait confiance. J'espère être capable de donner autant que lui."

Rien n'est planifié mais comme avec Daan Human, cela ne se passe pas toujours comme prévu – avant de signer à Toulouse en 2004, il avait paraphé un pré-contrat avec Castres -, ce n'est pas forcément mauvais signe. "Si ma femme avait le choix, elle voudrait repartir demain", rigole t-il.

Lui qui a fait partie de la dernière génération a avoir soulevé le Brennus avec Toulouse en 2012, espère seulement qu'à ce moment là, des héritiers auront pris le relais. Pour le club, pour son ami William Servat. Dès 2018. "Avec tout le soutien reçu pendant huit ans, je suis devenu un vrai Toulousain. Alors j'espère bien voir cette équipe aller loin. J'espère qu'ils vont s'accrocher jusqu'au bout. C'est maintenant que la saison commence. Il faut éviter le barrage. Si Toulouse est en demi-finale, cette équipe sera difficile à arrêter. Je leur fais confiance." Avec Daan Human, le mot à du sens.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0