Icon Sport

Oyonnax s'impose face à Lyon et garde un mince espoir d'éviter les barrages

Oyonnax continue de s'accrocher à ses espoirs de maintien

Le 28/04/2018 à 22:39Mis à jour Le 29/04/2018 à 12:21

Victorieux du derby face au LOU (39-18), les Oyomen peuvent encore espérer éviter les barrages. En obtenant le bonus offensif sur la sirène, Oyonnax revient à trois points du Stade français avant la dernière journée.

Cette dramaturgie des matches de fin de saison, mais quel régal. Alors qu’Oyonnax et Lyon jouaient un derby lourd en enjeux, les deux formations ont livré un spectacle palpitant, engagé et disputé jusqu’au bout. À croire cependant que l’envie de survivre en Top 14 l’a emporté sur la volonté de se qualifier pour les phases finales, car les Oyomen arrachent un bonus offensif synonyme à coup sur de barrage face au finaliste de la Pro D2. Les Gones devront donc s’employer jusqu’au bout mais ils ont manqué d’énergie sur cette rencontre.

Ulupano Seuteni (Oyonnax)

Ulupano Seuteni (Oyonnax)Icon Sport

Le LOU avait l’occasion de frapper un grand coup, sauf qu’il a manqué de ressource et de folie pour vraiment réussir à dérouler son jeu malgré la possession du ballon. C’était pourtant une première nécessité face à l’USO, et cela a tout de même permis de conclure deux longs mouvements collectifs par Toa Halafihi (36’) et Stéphane Clément (68’). Seulement, l’enthousiasme adverse et surtout des largesses défensives sur les ballons de récupération, exposant alors trop souvent aux contre-attaques, ont eu raison des ambitions.

Le show de Ben Botica, la malice de UJ Seuteni

S’il y a un que les Haut-Bugistes pourront remercier cette saison, si l’issue est positive, c’est bien Ben Botica. L’ouvreur n’a pas réussi toutes ses tentatives au pied mais sa prestation dans le jeu a montré à quel point il est polyvalent et précieux dans tous les domaines. Inspiré, détonateur et moteur de ses troupes, il n’est pas anodin dans toutes les réalisations de son équipe. Comme sur les essais de Quentin MacDonald (17’) et de UJ Seuteni (65’) où le Néo-Zélandais est le dernier passeur. Tout autant que son pied, sa main est aussi décisive.

Benjamin Botica - Oyonnax

Benjamin Botica - OyonnaxIcon Sport

Seuteni pour le doublé suite à une largesse défensive (71’), l’ancien Lyonnais Jérémy Gondrand après une percée de Vili Ma’afu (77’) et une dernière réalisation de pénalité après un en-avant de Xavier Mignot (80’+3) ont permis de finir le boulot dans un final haletant où Oyonnax aura asphyxié Lyon. Devant 11 398 spectateurs dans un stade Charles-Mathon qui a réalisé son record d’affluence de la saison, l’USO s’est donc offerte ce succès de l’espoir que beaucoup estimaient impossible il y a encore quelques semaines. Et pourtant.

Contenus sponsorisés