Icon Sport

Nagusa : "Je veux atteindre la barre des cent essais"

Nagusa : "Je veux atteindre la barre des cent essais"
Par Rugbyrama

Le 10/01/2018 à 10:07Mis à jour Le 10/01/2018 à 14:04

Déterminé à quitter le MHR il y a encore un mois de cela, l’ailier fidjien a changé d’avis après le match face à Lyon. Il souhaite désormais rester dans son club de cœur avec lequel il est sous contrat jusqu’en juin 2020. Et s’est fixé un objectif précis à atteindre.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

C’est l’histoire d’un homme de défi, qui court après les essais avec Montpellier depuis huit saisons. Une obsession pour Timoci Nagusa, qui inscrit en moyenne une dizaine de réalisations par saison (5 en 9 matchs cette année) depuis son arrivée au club en 2010 : "Désormais, je veux atteindre la barre des cent essais avec le MHR. C’est ma visée prioritaire". Le Fidjien doit donc encore franchir la ligne d’en-but à vingt reprises d’ici juin 2020 pour atteindre son rêve, puisqu’il a déjà été décisif quatre-vingt fois en cent-soixante huit matchs disputés : "Je pense être le meilleur marqueur de l’histoire du club et c’est une grande fierté pour moi, car j’ai toujours tout donné pour Montpellier, quelque soit le contexte. Dès que je porte ce maillot, je me livre à 200%."

80 essais en 168 matchs avec Montpellier

Une vérité, même si l’histoire d’amour entre le club frappé de la fleur de Ciste et “Jim”, a souvent été mouvementée et parfois même sulfureuse. Plusieurs épisodes marquants ont d’ailleurs failli pousser les deux parties à la rupture : 67 jours de retard à la reprise de l’entraînement l’an dernier, l’absence de son nom parmi ceux des joueurs les plus emblématiques du club gravés sur le maillot collector du club…

Et plus récemment, une soudaine envie de quitter le navire en pleine saison ! Tout a démarré le 25 novembre dernier à la suite d’une victoire des Fidji face au Canada à Narbonne. Dans la foulée, l’ailier est rentré au pays sans avoir l’accord officiel de ses dirigeants. A son retour, le Fidjien de 30 ans, logiquement sermonné mais pas sanctionné par le staff héraultais, fait soudainement part de son envie de partir. Et ce, le plus rapidement possible : "Oui je me suis posé des questions sur mon avenir, car cela fait sept années que je suis à Montpellier. Pour un joueur français, c’est simple de s’imaginer passer toute sa carrière dans le même environnement. Pour moi, ça a été difficile à accepter, car je pensais aussi à découvrir un autre projet, un nouveau challenge et une nouvelle vie. Mais je teins à remercier le président Mohed Altrad qui m’a toujours soutenu et a été très bon avec moi. Ainsi que le coach (Vern Cotter) qui a su trouver les mots ", déclarait-il après le match face à Lyon.

Cyclothymique, Nagusa parait apaisé ce soir là et fait soudainement volte-face après avoir inscrit un triplé contre le Lou, alors qu’il devait initialement être remplaçant (blessure d’Immelman à la dernière minute) : "Je vais rester !"

Le Montpelliérain Nagusa trop rapide pour Jean Monribot

Le Montpelliérain Nagusa trop rapide pour Jean MonribotRugbyrama

La loi de la concurrence

Une décision qui fait le bonheur de Vern Cotter : "Je suis vraiment content pour Nagusa ce soir (samedi). Il a eu un début de saison un peu difficile. Il avait moins de temps de jeu et a ensuite rejoint sa sélection en novembre. On a eu une bonne conversation avec lui et là, il est reparti ! C’est un garçon qui se posait peut-être des questions, mais là, je pense qu’il a trouvé les réponses. Moi c’est un joueur que j’ai toujours voulu ! Et on va continuer avec lui." Des paroles aux actes, il n’y a qu’un pas. Depuis, Timoci Nagusa a enchaîné trois titularisations (en comptant Lyon), ce qui ne lui était pas arrivé encore cette saison.

Timoci Nagusa (Montpellier)

Timoci Nagusa (Montpellier)Icon Sport

La raison principale du questionnement de l’Ilien, influencé par un proche au pays qui lui conseillait de changer d’environnement, était en fait la diminution drastique de son temps de jeu. Une première dans son histoire dans l’Hérault. Poussé sur le banc ou en tribunes, par Nemani Nadolo (16 essais cette saison), qui lui a “piqué” son statut d’incontournable, ou encore Joe Tomane et Benjamin Fall, qui se montrent souvent plus performants que lui. Affaibli par une pneumonie qui l’a éloigné des terrains durant quinze jours et lui a fait perdre huit kilos (après Bordeaux fin septembre), l’intéressé commence à retrouver ses meilleures sensations et ne doute plus : "Le questionnement venait de moi et non du club. Ce n’était contre personne et surtout pas mes coéquipiers. C’était une réflexion personnelle et cela n’était vraiment pas contre Montpellier."

Samedi, Timoci Nagusa devrait être présent à Exeter, malgré un coup au genou reçu face au Stade Français, pour disputer la troisième “finale” européenne du MHR cette saison. Lui qui n’a pas encore été titulaire une fois en Champions Cup cette saison et qui, lors de la première journée au Leinster, avait raté une balle de match par excès d’individualisme (en oubliant Joffrey Michel seul sur son aile). "Je m’en veux beaucoup, c’était un jour noir pour moi et je ne veux pas en dire plus", déclarait-il à l’époque. L’occasion de se racheter lui sera offerte samedi, en inscrivant pourquoi pas, le douzième essai de sa carrière dans cette compétition. Dans l’espoir de redevenir progressivement, un “indispensable” de Montpellier.

Contenus sponsorisés
0
0