Icon Sport

Madaule : "Jouer les premiers rôles ? Evidemment, sinon je ne serais pas au Stade toulousain..."

Madaule : "Jouer les premiers rôles ? Evidemment, sinon je ne serais pas à Toulouse..."

Le 21/07/2017 à 17:37Mis à jour Le 21/07/2017 à 17:53

TOP 14 - Débarqué cet été à Toulouse, l’ancien capitaine de l’UBB, Louis-Benoit Madaule, s’est confié pour rugbyrama.fr sur ses premiers pas au Stade toulousain, un club qu’il croit fermement capable de retrouver son lustre d’antan…

Louis-Benoît, quelles sont vos premières impressions depuis votre arrivée au Stade toulousain ?

L-B.M : Cela fait trois semaines que je suis ici et je prends mes marques. On est en pleine préparation physique. C’est intéressant de voir de nouvelles méthodes de travail. On essaie tous de se préparer au mieux, de mettre de l’investissement et de l’engagement dans ce que l’on fait. On part en stage dimanche soir (en Andorre pour cinq jours, ndlr) et cela va nous permettre de nous réunir, de retrouver l’ensemble de l’équipe car pour le moment nous travaillons surtout en groupe car tout le monde est arrivé un peu en différé. Là-bas, les internationaux et les recrues seront présentes et c’est une première étape importante dans la construction de notre collectif.

Connaissiez-vous certains joueurs avant de rejoindre le Stade toulousain ?

L-B.M : Oui, la génération 1988, notamment Maestri et David. Lucas Pointud avec qui j’ai joué à Narbonne. Et certains autres avec qui j’ai quelques affinités. Disons que je n’arrive pas comme un Sud-Africain dans un club français (il rigole).

" Disons que je n’arrive pas comme un Sud-Africain dans un club français"

Il y a-t-il des différences notables avec ce que vous avez vécu à l’UBB auparavant ?

L-B.M : Je ne suis pas forcément dans la comparaison. Mon objectif, c’est surtout de m’investir au mieux dans mon nouveau club, que se soit dans la prépa, d’abord pour être en forme à titre individuel et ensuite dans le collectif.

Louis-Benoît Madaule (Bordeaux-Bègles) - 17 décembre 2016

Louis-Benoît Madaule (Bordeaux-Bègles) - 17 décembre 2016AFP

Le Stade toulousain reste sur une dernière saison marquée par son absence en phases finales pour la première fois depuis 41 ans. Quel regard portez-vous sur ce dernier exercice ?

L-B.M : Chaque saison est différente. La capacité du Stade toulousain à enchaîner pendant 41 ans des phases finales prouve la grandeur de ce club. Il n’était pas au rendez-vous la saison dernière mais le club dans son ensemble est bien décidé à se remettre en question. Tout cela passe par le travail et c’est ce que l’on va faire.

Quand vous avez signé la saison dernière, Fabien Pelous, alors directeur sportif, avait insisté sur votre rôle de leader naturel, vous qui avez notamment été capitaine à Narbonne et à l’UBB. Êtes-vous prêt à tenir ce rôle dans le vestiaire toulousain qui vient de perdre plusieurs tauliers comme Dusautoir, Lamboley ou Johnston ?

L-B.M : C’est le terrain qui dicte un peu tout ça. À moi d’être sur le terrain et d’apporter le maximum à l’équipe sans forcément avoir tout le temps à l’esprit ce rôle-là. Non, j’ai surtout envie de bien m’intégrer pour remplir les objectifs collectifs, c'est-à-dire être dans les six premiers.

" Il faut être performant en club pour être appelé en équipe de France et c’est donc à moi de l’être avec le Stade toulousain pour me donner une chance d’y goûter"

Le Stade toulousain a toujours selon-vous la capacité à jouer les premiers rôles ?

L-B.M : Évidemment, sinon je ne serais pas là ! Après on va se fixer les objectifs tous ensemble la semaine prochaine lors du stage. Ce sera un moment important, comme je l’ai dit tout à l’heure. Nous, les joueurs, entre nous, il faudra aussi se dire où on veut aller et quelle image on veut renvoyer du collectif. Disons que ça fera partie du secret du vestiaire (sourire).

D’un point de vue plus général, quelles équipes sont pour vous les mieux armées cette saison ?

L-B. M : Quand on voit le recrutement de Toulon, de Montpellier… On sait à quoi s’attendre mais c’est chaque année la même chose. Chaque week-end il y a une pression énorme, notamment pour rester maître chez soi. Ça aussi, en termes d’objectif, il sera important de rester très solide "à la piaule".

Une dernière question sur les Bleus. Est-ce toujours un objectif pour vous qui serez peut-être un peu plus exposés au Stade toulousain ?

L-B.M : Oui, je regarde ce qu'il se fait au niveau international. Après, il faut être performant en club pour être appelé et c’est donc à moi de l’être avec le Stade toulousain pour me donner une chance d’y goûter.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0