Icon Sport

Grenoble remporte le match d'accession contre Oyonnax et revient dans l'élite

Grenoble revient dans l'élite

Le 12/05/2018 à 16:32Mis à jour Le 12/05/2018 à 18:48

Au terme d'un barrage d'accession totalement fou, Grenoble s'est largement imposé au stade des Alpes face à Oyonnax (47-22). Les Isérois remontent dans l'élite du rugby français un an après l'avoir quitté.

Incroyables Grenoblois ! Contre toute-attente, les pensionnaires de la Pro D2 ont écrasé Oyonnax dans le barrage d'accession au Top 14. Une semaine après sa défaite en finale pour Perpignan, le FCG a livré une prestation débordante de générosité ce samedi. Dans un stade des Alpes survolté, les Isérois ont passé sept essais aux Haut-Bigistes. Lolagi Visinia (9e, 68e), David Mélé (11e), Ali Oz (33e), Alisona Taumalolo (37e), Bastien Guillemin (65e) Paulin Mas (77e) ont participé au festival grenoblois. En face, Oyonnax est passé totalement a côté de sa rencontre. K.O. debout, malgré les répliques de Daniel Ikpefan (22e, 52e) et d'Axel Muller sur la sirène, les joueurs d'Adrien Buononato n'ont pas su trouver les ressources essentielles pour faire prévaloir la suprématie présente sur le papier à l'aube de la rencontre. Un an après avoir quitté le Top 14, Grenoble va retrouver le haut niveau la saison prochaine. L'USO fait quant à lui l'ascenseur vers la Pro D2.

Lolagi Visinia - Grenoble

Lolagi Visinia - GrenobleIcon Sport

On leur avait promis l'enfer face à Benjamin Botica et consorts. Contre vents et marées, pronostics unanimement défavorables et un adversaire pensionnaire du Top 14, les Grenoblois ont bluffé la France du rugby ce samedi. Au terme d'un scénario aussi fou qu'inattendu, le club de l'Isère, malheureux finaliste de Pro D2 il y a six jours à peine, a surpris puis écrasé Oyonnax dans le barrage d'accession.

Les larmes de Stéphane Glas au coup de sifflet final suffisent à résumer la performance de ses hommes, qui ont livré une prestation de très haut niveau cet après-midi. Sous une chaleur écrasante, et en dépit du refus d'Oyonnax d'utiliser le water-break, le FCG a accepté le défi physique. Et mieux encore, l'a relevé avec brio.

L'euphorie grenobloise a tout emporté

Au cœur d'une première période marquée par près de vingt minutes de temps de jeu effectif, l'euphorie de Grenoble a emporté tout sur son passage. Preuve en est, ce huit de devant, tant décrié la semaine dernière en finale, et pourtant décisif ce samedi. Rapidement dos au mur, après deux essais coup sur coup inscrits par Visinia (9e) puis Mélé (11e), l'USO a un temps résisté. Mais alors que les Oyomen ont eu les opportunités de revenir dans la rencontre, le FCG a tenu bon.

David Mele - Grenoble

David Mele - GrenobleIcon Sport

Complètement sonnés par les coups d'éclats de leurs adversaires, les Haut-Bugistes ont abdiqué au cours de la seconde période. Alors que les hommes d'Adrien Buononato semblaient avoir fait le plus dur en décrochant la 13e place du Top 14, ce match de trop a suffi pour les envoyer à l'étage inférieur.

Champion de France de Pro D2 l'an passé, Oyonnax fait donc l'ascenseur. Terrible désillusion pour le club de l'Ain, passé au travers du rendez-vous le plus important de sa saison. Pour Grenoble en revanche, la surprise est totale. Les Isérois accompagneront Perpignan dans l'élite du rugby français l'an prochain.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés