Icon Sport

Et maintenant ?

Et maintenant ?

Le 13/03/2018 à 09:55

La défaite à domicile face à Oyonnax après celle contre Toulouse, sonne comme un signal d'alarme. L'UBB n'a plus vraiment d'autre choix que de se retrousser les manches pour chasser les doutes.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

"Trop d’imprécisions, trop d’erreurs, trop de ballons lâchés. On a été trop brouillon ce soir." Nans Ducuing est réaliste. Vous en voulez encore ? "On a manqué un peu d'engagement. On a des fautes bêtes, on a manqué une pénalité. Et en 10 minutes, on a laissé cette équipe marquer 10 points très facilement", là, c'est signé Rory Teague. Mais que se passe-t-il à l'UBB ? Depuis l'épisode rocambolesque du départ de Jacques Brunel, le 27 décembre dernier, le club n'a plus gagné depuis le 13 janvier, contre Newport en Challenge Cup.

Coach Rory Teague - Bordeaux

Coach Rory Teague - BordeauxIcon Sport

Comment croire que l'UBB qui a mis une rouste à Clermont, dévoré Montpellier à domicile, réussi à se défaire de Toulon, de La Rochelle, se retrouve dans ce ventre ultra mou du Top 14 ? Les joueurs, mais aussi le staff se posent la question. Car, les symptômes sont les mêmes depuis maintenant un bon bout de temps : ballons rendus au bout de 4-5 temps de jeu, manque de réalisme et de précision dans les zones de marque, maladresses techniques, bref, tout une série de détails que Rory Teague et le staff veulent corriger sans trouver pour l'instant la solution à la maladie bordelaise.

Nans Ducuing (Union Bordeaux Bègles)

Nans Ducuing (Union Bordeaux Bègles)Icon Sport

L'UBB n'est pas mauvaise, ni bonne d'ailleurs en ce moment mais simplement inefficace, prévisible, comme absente durant certaines périodes de jeu. Et selon les joueurs, rien à voir avec une quelconque mauvaise ambiance, car ils "bossent bien ensemble" comme l'indiquaient Nans Ducuing et Gautier Doubrère à la sortie du paddock.

On est dans une mauvaise période

Maintenant que le Top 6 est aussi éloigné que la silhouette du Pont d'Aquitaine un jour de bouchon sur la Rocade, ce sont les places les plus inquiétantes qui sont dans le rétroviseur et L'Union semble être à court de carburant. Depuis le départ des internationaux, l'UBB possède moins de vitesse, d'intensité. L'absence de Matthieu Jalibert pèse et son retour n'est pas encore déterminé. Yann Lesgourgues et ses courses folles manquent aux supporters. L'absence de ces joueurs coïncide avec le début de la mauvaise période Bordelo-béglaise.

Yann Lesgourgues - Bordeaux

Yann Lesgourgues - BordeauxIcon Sport

Simon Hickey qui a souvent sauvé la mise à l'équipe par le passé, n'est pas encore au top de sa forme et le reste de l'équipe semble tirer la langue. Bref, L'Union doit retrouver vite la victoire et la confiance. Rory Teague, confirmé dans ses fonctions par une prolongation d'1 an effectuée par Laurent Marti, assume cette longue série de défaites. Il sait que son franc-parler peut créer des incompréhensions : "Il faut bien réfléchir même moi, même les entraîneurs, même les joueurs parce qu'on est un club, une famille. On est dans une mauvaise période, mais il faut continuer le travail ensemble."

Président Laurent Marti & coach assistant Jeremy Davidson (Union Bordeaux-Bègles)

Président Laurent Marti & coach assistant Jeremy Davidson (Union Bordeaux-Bègles)Icon Sport

Peut-être reviendra-t-il à des choses plus simples, peut-être modifiera-t-il la composition de son équipe. L'ancien technicien des Saracens sait que son équipe a déjà réussi des prestations plus abouties contre Montpellier, voici peu. Et puis, la "scoumoune" qui poursuit l'Union pourrait s'arrêter. Exemple avec le ballon contré par le 3e ligne d'Oyonnax revenu comme par magie dans ses mains qui amena le premier essai adverse. Rory Teague, ancien ouvreur est désormais en première ligne. Il va devoir remobiliser ses troupes, chasser les doutes. Et pour cela, le déplacement à Agen sera un test de première envergure. Résister en Lot-Et-Garonne, voire mieux, s'imposer à Armandie et l'Union respirera mieux.

Contenus sponsorisés
0
0