Icon Sport

Top 14 - Clermont, la claque de trop

Clermont, la claque de trop
Par Rugbyrama

Le 07/04/2018 à 23:28Mis à jour Le 07/04/2018 à 23:32

Les Clermontois ont essuyé leur quatrième défaite à cinquante points de la saison. Tout simplement stupéfiant !

Rabah Slimani a assuré dans un mouvement de contrariété qu’ils "n’avaient pas lâché", ce qui est apparu tout de même comme l’expression d’une fierté mal placée. Greig Laidlaw, qui n’avait pas signé à Clermont pour vivre une saison blanche, a été plus direct dans son analyse, en acceptant le terme "humiliation" qu’on lui a proposé. Franck Azéma a montré malgré lui un orgueil fissuré en mille morceaux, en terminant son intervention d’après match par une boutade sèche comme un coup de trique, en réponse à une question orientée. Quatre défaites à cinquante points dans une saison, ça fait beaucoup, non ? "Ça fait deux cent points", a t-il répondu. Oui, deux cents points dans la musette !

Waisea Nayacalevu (Stade Français) contre Clermont

Waisea Nayacalevu (Stade Français) contre ClermontIcon Sport

Cette équipe de Montferrand, complètement dépassée à La Rochelle à l’entrée du championnat le samedi 9 septembre 2017 (51-20), écrasée au Racing 92 avec son équipe espoirs en plein de milieu de la compétition au départ de la nouvelle année 2018 (58-6), encore broyée à Mayol avant son quart de final européen (49-0), et une fois ce quart de finale perdu à domicile, incapable de rester concentrée durant toute sa continuité pendant ce dernier match à Jean Bouin, a parsemé sa saison à intervalles réguliers de défaites cinglantes. Une erreur ? Allez, deux erreurs ? A partir de trois déculottées, la chose devient tellement récurrente, qu’elle fini par interroger.

Sergio Parisse, Ramiro Herrera et Arthur Coville (Stade Français) contre Clermont

Sergio Parisse, Ramiro Herrera et Arthur Coville (Stade Français) contre ClermontIcon Sport

Elle donne en spectacle un champion de France soudain dépassé par le rythme de la compétition et incapable de réagir alors qu’il se trouve à mille lieux de ses objectifs initiaux. Englué dans la seconde partie du classement, plombé par ces volées répétées, il est doté d’un goal average négatif (-88 points). C’est un profil de relégable. Et encore, en top 14, Oyonnax et Brive, n’en ont essuyé que trois, des claques de ce genre. Cela semble trop énorme pour être vrai. Vite, une réaction !

Par Cyprien Guillaume

Contenus sponsorisés