Icon Sport

Caballero (Castres) : "Ce Toulouse sera différent de celui que nous avons affronté en championnat"

Caballero : "Ce Toulouse sera différent de celui que nous avons affronté en championnat"

Le 16/05/2018 à 09:18Mis à jour Le 16/05/2018 à 11:43

Sixième de la phase régulière, le Castres olympique se déplacera, samedi (16h15), chez le voisin toulousain pour disputer son match de barrage. Avant ce rendez-vous un peu particulier, le castrais Yannick Caballero nous livre ses sentiments...

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Rugbyrama: Comment vous sentez-vous avant ce barrage un peu particulier contre le Stade toulousain que vous avez vaincu à deux reprises cette saison lors la phase régulière ?

Yannick CABALLERO: On ne pense plus à cela. Quand on est dans les six qualifiés, tout est relancé. C'est un autre championnat qui commence. Si on perd, on n'a pas de deuxième chance, on sait qu'on part directement en vacances. C'est une équipe que l'on connait très bien. Ce Toulouse sera différent de celui que nous avons affronté en championnat.

Mise à part la défaite à Toulon, vous terminez la phase régulière sur une très bonne dynamique. Cela vous permet-il d'aborder ce match de barrage avec plus de confiance ?

Y.C: Bien sûr parce qu'on revient de loin. Il y a quelques mois, personne ne pensait qu'on serait dans les qualifiés. Et puis, on a fait un gros match à La Rochelle. Cela nous a permis de gratter des places. Pour nous, c'est déjà un très beau parcours. En début d'année, on s'était fixé d'être dans les six premiers du classement. Cela ne s'est pas toujours passé comme prévu mais au final, on a constaté que le groupe avait de la ressource.

Yannick Caballero (Castres Olympique)

Yannick Caballero (Castres Olympique)Icon Sport

Est-ce un éternel recommencement face à Toulouse même si l'histoire entre les deux clubs semble avoir évoluée au fil des années ?

Y.C: Oui, cela a un peu évolué. C'est vrai aussi qu'on a perdu les deux dernières phases finales disputées face au Stade toulousain en 2010 et 2012. Cela va être très difficile pour nous mais on essaye de se préparer au mieux même si les conditions climatiques n'aident pas à cela.

" On se connait tous"

"On se connait tous. On s'est déjà joué à de nombreuses reprises. Il y a des Castrais qui sont partis à Toulouse donc cela reste toujours bon enfant. Il n'y a jamais de mauvais esprit. C'est viril mais correct."

Pourquoi ce match est-il si particulier pour les deux équipes ?

Y.C: Je ne sais pas trop. Il y a peut-être cette dimension de derby entre les deux équipes qui explique cela. Les deux villes sont très proches. C'est beaucoup mieux pour nous. On sait que le public va pouvoir se déplacer et faire du bruit. Ce match risque d'être une véritable fête. Mais que ce soit Toulouse ou les autres équipes, si on veut continuer notre chemin, il faut gagner.

Est-ce tendu sur le terrain contre le Stade toulousain? Y-a-t-il un peu de provocation entre les joueurs ?

Y.C: Il faut bien entretenir les derbys sinon on ne pourrait plus parler de derby! Plus sérieusement, on se connait tous. On s'est déjà joué à de nombreuses reprises. Il y a des Castrais qui sont partis à Toulouse donc cela reste toujours bon enfant. Il n'y a jamais de mauvais esprit. C'est viril mais correct.

Yannick Caballero (Castres) face à Maxime Médard (Toulouse) - 2 avril 2016

Yannick Caballero (Castres) face à Maxime Médard (Toulouse) - 2 avril 2016Icon Sport

Ces dernières années, le CO s'est souvent satisfait d'être dans les six et de disputer un match de barrage, que manque-t-il à Castres pour changer de statut ?

Y.C: On pourrait dire qu'on était content d'être dans les qualifiés ces dernières années mais si on regarde le barrage de l'an passé face à Toulon, on voit qu'on n'est pas passé très loin. Tout le monde nous promettait l'enfer mais on n'est vraiment pas passé loin de les battre. Depuis l'arrivée de Christophe Urios, le groupe s'est reconstruit et on avance petit à petit. On accumule de l'expérience. J'espère que cette année sera la bonne. En tout cas, on essaye de se donner les moyens d'aller plus loin.

"J'espère que cette année sera la bonne"

Quand on regarde les autres qualifiés de ces phases finales, peut-on dire que Castres est outsider ?

Y.C: On est toujours là. Cela fait presque une dizaine d'années qu'on s'accroche au haut du tableau malgré notre petite ville et notre budget inférieur aux autres équipes. Même avec peu de moyens, on peut faire de grandes choses. Les années sont de plus en plus dures et on ne sait pas jusqu'à quand cela va durer mais on fera tout pour déjouer les pronostics.

Florian Vialelle (Castres) contre Oyonnax

Florian Vialelle (Castres) contre OyonnaxIcon Sport

Quand on vient de Castres, cela représente-t-il quelque chose de jouer contre la grosse écurie régionale qu'est le Stade toulousain ?

Y.C: Bien sûr, pour nous, c'est avant tout un honneur de jouer dans la cours des grands. Mais c'est surtout bien de bousculer la hiérarchie établie. Il faut que cela continue comme cela. On doit se donner les moyens de le faire et surtout, pour faire de belles choses, on ne doit rien regretter.

Vous êtes désormais un joueur d'expérience, un cadre du Castres olympique, comment vivez-vous cette semaine post-barrages ?

Y.C: Désormais, je suis un peu plus tranquille. Quand on est un peu plus jeune, il te tarde vraiment de jouer le match et tu as énormément de pression. Du coup, il faut faire attention pour ne pas se laisser submerger par la pression avant le match. Il faut surtout bien se préparer et soigner les détails. Quand le match débute, on doit savoir ce qu'on a à faire sur terrain.

Et justement, la pression est-elle sur le Stade toulousain.

Y.C: Je ne sais pas. De notre côté, on n'en a pas trop donc peut-être qu'elle est là-bas...

Contenus sponsorisés
0
0