Getty Images

Buononato dénonce "un manque d’équité et de probité" de la commission de discipline

Buononato dénonce "un manque d’équité et de probité" de la commission de discipline

Le 15/02/2018 à 16:38Mis à jour Le 15/02/2018 à 17:07

Le duel entre Toulouse et Oyonnax, le 27 janvier, avait été marqué par une bagarre entre Yoann Maestri et Rory Grice, tous deux expulsés. La commission de discipline a rendu son verdict ce mercredi et a décidé de suspendre le Toulousain pour 3 semaines tandis que l’Oyonnaxien écope de 4 semaines. Une décision qui a du mal à passer dans le Haut-Bugey.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Toute est une question de terme, et ceux-ci ont leur importance. La commission de discipline de la LNR a rendu son verdict ce mercredi et, pour avoir "frappé un adversaire avec la main", Rory Grice écope de 4 semaines de suspension tandis que pour avoir "frappé un adversaire avec le bras", Yoann Maestri prend lui 3 semaines de suspension. Une requalification des gestes qui interroge et provoque la colère d’un club, d’une ville.

D’autant qu’au regard des images, Maestri semble toucher Grice avec le coude… Dans ce genre de situation, la logique aurait probablement été de sanctionner les deux joueurs à la même hauteur mais ce n’est pas le cas et l’USO a déjà annoncé sa volonté de faire appel. "Ce qui est surprenant, ce n’est pas la sanction mais la sanction comparativement à celle du Toulousain. On croit à une mauvaise blague", a d’abord commenté Adrien Buononato.

Adrien Buononato n’est pas d’accord et il assume

Le manager oyonnaxien explique par la suite que "dans une période où tous les jours on entend des choses sur le rugby, on a besoin d’être un peu exemplaire. Qu’un organisme censé représenter la probité de cette institution ne profite pas de cette occasion pour se montrer exemplaire, ça me laisse vraiment dubitatif et inquiet sur les instances. On a du mal à faire confiance à nos instances dirigeantes", insistant sur un "manque d’équité et de probité."

L’entraineur souhaite être entendu et écouté, qu’importe les conséquences. "Si on veut me punir parce que je ne suis pas d’accord avec quelqu’un… on ne vit plus à l’ère du communisme ! J’aimerais que l’on puisse s’expliquer entre adultes raisonnables et surtout honnêtes. Dès que tu essaies d’être franc, on te sanctionne. Dans la vraie vie, ça n’existe pas. C’est une faiblesse de sanctionner les gens qui ne sont pas d’accord avec toi ", dit-il.

Adrien Buononato (Oyonnax)

Adrien Buononato (Oyonnax)Icon Sport

Après cette décision jugée "ridicule", Adrien Buononato prévient également que le club d’Oyonnax "ne sera pas faible mais fort jusqu’au bout, avec nos moyens et nos armes. On ne peut pas tomber dans cette facilité de baisser la tête et d’accepter. On n’a pas à être traité comme des gamins et on ne courbera pas l’échine face à ça !" Voilà un message très clair.

Contenus sponsorisés
0
0