AFP

Boudjellal : "Faire du RCT une fabrique à champions"

Boudjellal : "Faire du RCT une fabrique à champions"

Le 30/04/2018 à 12:30

Une fois l’annonce officielle de la négociation exclusive avec la holding patrimoniale de M. Bernard Lemaître réalisée, le président du RCT, Mourad Boudjellal, a bien voulu s’expliquer sur le rôle et la hauteur de l’engagement du nouvel investisseur.

Rugbyrama : Si l’on en croit le communiqué publié par le site du club, vous avez trouvé votre investisseur ?

Mourad Boudjellal : C’est une personne qui arrive dans un but bien précis. Permettre au club de franchir un cap. Depuis quelques années, j’ai dans l’idée de faire du RCT une fabrique à champions. Jusqu’à présent, de très grands joueurs venaient finir leur carrière chez nous. Et bien, j’aimerais que, dans un futur proche, ils la commencent. Ce serait bien qu’il y ait de nombreux Toulonnais dans le XV de départ.

Vous êtes quelqu’un d’impatient. Or, une telle politique ne porte ses fruits qu’à plus ou moins longue échéance...

M.B. : Dorénavant, je vais gérer le présent mais aussi le futur. Cela ne remet absolument pas en cause mon investissement actuel au club. Je serai toujours aussi présent, mais, avec l’arrivée de Bernard Lemaître et de sa société, je prépare aussi mon après. Mais n’ayez crainte, je suis là pour encore un certain temps.

Présentez-nous votre nouvel associé. Quel sera son apport et son rôle ?

M.B. : Pour le moment, tout n’est pas acté, ni signé mais Bernard Lemaître est le fondateur de la société StedimBiosystems, société fournisseur de l’industrie des biotechnologies, qui a fusionné en 2007 avec le groupe allemand Sartorius, pour donner naissance à SartoriusStedim. Il y a quelques mois, il a pris contact avec moi, car il souhaitait à travers sa holding familiale s’investir dans le club. On a parlé de formation et le courant est passé. Il va devenir actionnaire à hauteur de 10% de la SASP, je vais garder mes 87% et l’association aura toujours ses 3%. Il va aussi siéger au conseil d’administration.

Quel montant va-t-il apporter ?

M.B. : Le montant reste confidentiel, vous le comprendrez aisément, mais il n’est pas anodin, loin de là. Le projet de nouveau centre de formation est estimé à plus de 7 millions d’euros. Une partie va être amenée par lui et moi, et l’autre sera financée par un emprunt bancaire. Toute l’opération ne sera effectuée qu’avec des fonds privés. Cela va aussi permettre au club d’obtenir de la valeur immobilière, notamment grâce au bail emphytéotique que nous souhaitons signer. Le futur centre de formation, dont les travaux vont commencer très prochainement, se veut révolutionnaire en termes d’infrastructures. Songez que nous pourrons accueillir jusqu’à 60 jeunes, les loger, les nourrir, les former aussi bien pour les études que pour le rugby.

Et les professionnels vont-ils pouvoir bénéficier des futures installations ?

M.B. : Absolument. Le centre se situe sur les terrains et dans la continuité de l’actuel centre d’entraînement de Berg. Cela va être gigantesque ! Le RCT va vraiment être à la pointe dans ce domaine.

Contenus sponsorisés
0
0