Icon Sport

Barrages Top 14 - Castres : jamais deux sans trois ?

Castres : jamais deux sans trois ?

Le 17/05/2018 à 08:30Mis à jour Le 17/05/2018 à 08:33

Le Castres olympique affronte le Stade toulousain, samedi (16h15), en barrages du Top 14 à Ernest-Wallon. Victorieux lors des deux confrontations de la phase régulière, les Castrais pourraient logiquement être favoris et pourtant, ce n'est pas si simple...

Le 7 avril dernier, pour la première fois de son histoire, le Castres olympique réalisait l'exploit de battre son rival toulousain lors des deux confrontations de la phase régulière. Tout d'abord à Ernest-Wallon (31-41) lors du match aller et une seconde fois à Pierre-Fabre (28-23) au retour pour le plus grand plaisir de ses supporters. Si l'on rajoute à cela la raclée (52-7) infligée à Pierre-Antoine en fin de saison dernière, le Castres olympique reste sur une série de trois victoires convaincantes contre les "Rouge et Noir".

Thomas Combezou (Castres) contre Toulouse

Thomas Combezou (Castres) contre ToulouseIcon Sport

De l'avis des spécialistes, le Stade toulousain ne pouvait pas plus mal tomber en affrontant Castres en barrages, un habitué de ce faux quart de finale. Alors pourquoi le CO ne pourrait pas réaliser la passe de trois cette saison contre son rival historique? "Jamais deux sans trois" comme on dit... Sauf que l'adage si souvent utilisé est loin d'être une vérité absolue. La vérité d'un jour et très loin d'être celle du lendemain et tout peut aller très vite, dans un sens comme dans l'autre. Sans oublier que les Castrais ont arraché leur qualification lors de l'ultime journée de Top 14 en terminant à la sixième place.

Différent du championnat

"Je ne sais pas vraiment s'il y a un favori. C'est du 50/50. C'est un match de barrage chez eux. Ils auront à cœur de bien nous recevoir après les deux défaites en championnat, répond l'international français Mathieu Babillot. De notre côté, il va falloir bien se préparer parce que cela n'aura rien à voir avec les matches du Top 14". "Il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un quart de finale. En phase régulière, nous avons réussi à les battre chez eux et à Pierre-Fabre mais cette fois-ci, le contexte sera totalement différent. Pour les phases finales, toutes les équipes montent en puissance", poursuit le deuxième ligne Rodrigo Capo Ortega.

Mathieu Babillot (Castres) contre Toulouse

Mathieu Babillot (Castres) contre ToulouseIcon Sport

"Il peut toujours y avoir un favori en barrages mais cela reste avant tout un match. On joue quatre-vingts minutes. Si on gagne, on continue et si on perd, on est éliminé. Les deux équipes veulent continuer l'aventure et aller le plus loin possible", complète le deuxième ligne qui disputera son huitième match de phases finales. Le troisième contre Toulouse qui a toujours pris le dessus sur le CO lors des matches couperets. En 2010 en barrages (35-12) puis en 2012 en demi-finales (24-15) avec un retour assez incroyable de Vincent Clerc sur Max Evans. Un traumatisme qui reste encore dans toutes les mémoires des amoureux du CO. Mais cette fois, les Castrais ont l'occasion de faire basculer définitivement le rapport de force...

Contenus sponsorisés
0
0