Icon Sport

Barrage Top 14 - Toulon s'offre une belle gueule de bois

Toulon s'offre une belle gueule de bois

Le 19/05/2018 à 12:02Mis à jour Le 19/05/2018 à 12:15

Éliminés par le LOU (19-19) après prolongation, deux essais à un) au terme d'un barrage qu'ils n'ont jamais dominé, les Toulonnais devront impérativement relever la tête, voire se réinventer, s'ils veulent mettre un terme à cette disette de trois saisons sans le moindre trophée.

La soirée avait tout pour être parfaite sur la rade : différentes légendes toulonnaises faisaient leurs adieux à Mayol et le soleil, porté disparu depuis de trop longues semaines, avait enfin refait son apparition.

A l'heure de recevoir le LOU pour ce barrage qui ressemblait fort à une formalité, tant Toulon maîtrisait son rugby depuis maintenant plusieurs rencontres- tous les voyants étaient donc au vert pour le RCT. Et puis patatras...

Sans réussir à se l'expliquer, les joueurs de Fabien Galthié se sont savonnés la planche. N'entrant pas dans leur match, ils laissaient Lyon prendre ses aises et s'installer au tableau d'affichage. Il aura d'ailleurs fallu attendre la 9e minute de jeu pour voir la première possession varoise dans le camp lyonnais. Ensuite, rien ne sourira au RCT. Indiscipline, difficultés en conquête, plaquages manqués ou encore deux maladresses dans l'en-but (les deux première de la saison) d'un Chris Ashton méconnaissable. Rien n'a fonctionné, en somme.

Chris Ashton (RC Toulon)

Chris Ashton (RC Toulon)Icon Sport

"Qu'elle soit méritée ou non, c'est une défaite. Suis-je en colère ? Non, davantage dans l'émotion, car certains grands joueurs nous quittent ce soir. Ces dernières saisons nous avons beaucoup reçu, cette année moins. C'est l'histoire de la vie. Je voulais aller tout casser à Lyon, mais finalement j'ai changé d'avis : on ne va rien casser du tout. Ce soir (ndlr vendredi) nous ne sommes jamais entrés dans le match, et Pierrot (ndlr Mignoni) avait super bien préparé son coup" tranchait Mourad Boudjellal, dépité, dans les travées de Mayol de longues minutes après le coup de sifflet final.

A son capitaine, Mathieu Bastareaud, dont le regard noir en disait long sur sa frustration, de poursuivre. "C'est une grosse déception. C'est triste, frustrant. Chapeau à Lyon, on a eu des occasions mais n'a pas réussi à les concrétiser. Cela s'est joué à des détails. Il faut rebondir, c'est comme ça qu'on prouvera qu'on est une grande équipe, si on en est une. C'est une mauvaise saison. Le club a des ambitions : gagner des titres. C'est encore une année avec rien, ça commence à faire long. Parfois, il faut passer par des moments difficiles pour continuer de grandir."

" Peut-être s'est-on trompé en voulant changer l'ADN du club"

Ne dit-on pas que pour se relever, il faut accepter de tomber ? En tout cas, ce vendredi soir dans un Mayol quasi à guichet fermé, le RCT a mis un genou à terre. "Finalement, ce match ressemble à notre saison, reprenait Mourad Boudjellal. Peut-être s'est-on trompé en voulant changer l'ADN du club. On verra dans les prochains jours. On fera un bilan. En attendant, j'espère que les supporters seront indulgents avec le staff et les joueurs... J'avais dit qu'une demi-finale c'était le Smic... On dira donc que le barrage c’était le RSA. Pour nous c'est un échec, et la fin d'une période bénie."

Mourad Boudjellal

Mourad BoudjellalIcon Sport

Changer de modèle et basculer vers son centre de formation pour "rendre Toulon aux Toulonnais", comme le suggérait le président sous le coup de la déception ? Recruter à des postes clés ? Enfin, qui de Fabien Galthié, dont la philosophie de jeu n'a finalement jamais fait l'unanimité au sein du vestiaire, comme peut en témoigner le "j'aime" de Romain Taofifenua sur un tweet remettant en question le management de l'ancien Montpelliérain ?

Le RCT devra en tout cas impérativement se réinventer, car pour la première fois depuis la saison 2010-2011, il ne verra pas les demi-finales du championnat : "C'est la fin d'une période qui a duré assez longtemps, concluait le président varois. On va en démarrer une nouvelle, pour attaquer un nouveau championnat l'année prochaine. On va se relever." Plus tôt dans la semaine, Mourad Boudjellal affirmait que quelque soit le résultat, il supporterait jusqu'à la fin de saison le vainqueur de Toulon-Lyon. Mais imaginait-il vraiment une autre issue que la qualification de son équipe ? En tout cas ce matin, à l'image des inconditionnels du RCT, nul doute que le président toulonnais s'est réveillé avec une mauvaise gueule de bois...

Contenus sponsorisés
0
0