Icon Sport

Agen : Les jours d'après

Agen : Les jours d'après

Le 15/02/2018 à 09:38Mis à jour Le 16/02/2018 à 14:16

Restés sur une effroyable défaite 71-17 à Lyon lors de la dernière journée de Top 14, les Agenais ont profité des vacances pour panser leurs plaies et se remettre les idées à l'endroit avant un match capital, contre le Stade toulousain samedi à Armandie.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

C'était l'une des sensations de la dernière journée de Top 14. La victoire à dix essais de Lyon face au promu agenais n'avait pas manqué de faire parler... Par le fait qu'elle était étonnante, notamment.

Dans une belle dynamique, invaincus sur leur pelouse depuis quatre matchs et restés sur des prestations encourageantes hors de leurs terres (notamment à Clermont), les Lot-et-Garonnais avaient affiché leurs ambitions pour ce déplacement dans la capitale des Gaules et faisaient figure d'adversaires sérieux. C'était le moment ou jamais d'enfin ouvrir leur compteur à l'extérieur. Débarqués gonflés à bloc et avec leur équipe type, ils étaient finalement repartis humiliés et "honteux" après ce "naufrage collectif" selon les mots du président du conseil de surveillance Alain Tingaud.

Alain Tingaud, le président d'Agen - Août 2017

Alain Tingaud, le président d'Agen - Août 2017Icon Sport

Des vacances et de la colère

Que s'est-il passé, alors, ces trois dernières semaines ? Tout le monde est parti en vacances, d'abord. Les joueurs mais aussi le staff, après quelques jours de séminaire (déjà prévus) dans les Alpes destinés à la préparation des mois à venir. "Cette semaine de congés a permis de couper un peu, chacun a pu réfléchir dans son coin", témoigne l'entraîneur principal Mauricio Reggiardo. Programmée de longue date, elle a été maintenue par le staff. Les retrouvailles de tout le groupe ont eu lieu le 5 février. "Ça a été..., témoigne le coach. L'important était de comprendre pourquoi c'est arrivé. Il n'y a pas une seule raison. Je garderai nos conclusions en interne mais je peux vous dire que le principal responsable, c'est moi." Vraiment ? "Oui, c'est moi qui choisis les hommes. Je crois que j'ai inconsciemment manqué d'humilité après les victoire à Armandie contre Brive et le CO (27-13 et 30-3, N.D.L.R.) J'ai été un peu plus flexible sur certaines choses. Je m'en veux là-dessus."

Mauricio Reggiardo - SU Agen

Mauricio Reggiardo - SU AgenIcon Sport

Alors les Agenais ont redoublé de travail et de sérieux, surtout, depuis la reprise de l'entraînement. Pas de révolution mais "beaucoup plus de rigueur, révèle le technicien argentin. Les joueurs ont toujours été bien investis mais on a clairement levé le curseur ces derniers jours." Car c'est un match capital qui se profile face au voisin toulousain samedi à Armandie. Sachant que leurs concurrents directs, Oyonnax et Brive, reçoivent eux aussi, et que le Stade français se déplace à Toulon, le SUALG n'a pas le droit à l'erreur. "C'est le bon moment, dans la saison, pour être en colère J'attends que mes joueurs qu'ils le soient, prévient Mauricio Reggiardo. Ils sont blessés, comme moi, et rien n'est plus dangereux qu'une bête blessée." La sienne n'est sûrement pas tombée. "Dans ma carrière, de joueur comme d'entraîneur, seulement cinq ou six matchs m'ont marqué à vie. Celui à Lyon en fait partie."

Contenus sponsorisés
0
0