AFP

TOP 14 - Vincent Clerc (RCT) : "C'est Toulon ou l'arrêt"

Clerc : "C'est Toulon ou l'arrêt"

Le 23/05/2017 à 12:01Mis à jour Le 23/05/2017 à 12:30

TOP 14 - De sa blessure, aux Bleus, en passant par sa fin de contrat et la saison du Stade toulousain, Vincent Clerc, l'ailier de Toulon, s'est livré. Morceaux choisis.

S'il est de coutume de dire que Clermont est maudit en finale, Vincent Clerc, lui, semble être maudit contre l'ASM. A chaque fois que l'ailier a dû être écarté des terrains, c'était suite à une rencontre contre les Jaunards. La dernière en date, le 8 janvier. Sur la pelouse du Michelin, le joueur du RCT est victime d'une rupture du tendon d'Achille. "Je note que je me suis blessé trois fois dans ma carrière et toujours contre Clermont. En 2008, 2013 et l'an passé. Si je continue, je mettrai dans mon contrat que je ne peux pas jouer face à l'ASM." Le joueur du RCT préfère en rigoler, même s'il avoue avoir été "abattu" lorsque le verdict est tombé. "Mais les longues discussions avec les chirurgiens et le fait de savoir que je pouvais guérir de la blessure rapidement m'a relancé."

" Toulouse, ça restera une cicatrice"

4 mois après, l'ancien toulousain reprend déjà la course, au sein d'un club où il n'a finalement joué que 3 petites rencontres. Mais point d'isolement. "Humainement, j'ai été vite intégré et, même quand j'ai été blessé, je n'ai jamais été mis à l'écart." Pourtant, à peine arrivé qu'il pourrait déjà quitter la Rade. Débarqué dans le Var en juillet dernier, son contrat, d'un an, arrive à échéance le 30 juin prochain. Et Vincent Clerc l'affirme : "Je ne suis pas au point mort mais je ne sais pas de quoi mon avenir sera fait. Je ne sais pas s'il y a une possibilité de continuer à Toulon." Pour autant, l'ailier n'a pour l'heure pris aucune décision. "Désormais, dans ma tête, je suis prêt à arrêter comme à continuer. J'envisage toutes les options." Des options qu'il s'est tout de même restreintes : "C'est Toulon ou l'arrêt."

Vincent Clerc (Toulon) - septembre 2016

Vincent Clerc (Toulon) - septembre 2016Icon Sport

Pas question d'un retour au Stade toulousain donc, avec qui l'histoire s'est terminée en eau de boudin. Une plaie toujours pas refermée. "De par la façon dont ça s'est terminé, oui, ça restera une cicatrice. J'en voudrais forcément toujours un peu aux personnes qui ont été à l'origine de mon départ car elles m'ont déçu et blessé." Pourtant, l'ancien pensionnaire d'Ernest-Wallon pendant 14 ans garde un oeil avisé sur le club Rouge et Noir, qu'il porte toujours dans son coeur. "Sa situation m'a touché car je suis encore attaché à ce club. [...] On a du mal à voir où va le Stade toulousain et comment il va rebondir."

Lui, a rebondi après son départ de Toulouse grâce à Mourad Boudjellal. 10 jours après son annonce du départ du Stade toulousain (le 16 mai 2016), Vincent Clerc signe à Toulon, immédiatement convaincu par le président du RCT. "Il m'a accordé sa confiance en très peu de temps. J'ai bien aimé son discours comme le personnage."

" La tournée Afrique du Sud pourrait être un premier déclic "

Retraité international depuis 2013, l'ancien ailier des Bleus reste attentif aux résultats de l'équipe de France, qu'il juge "assez bizarre. Enfin, façon de parler...". Il se veut tout de même confiant pour la bande à Novès. "Les Bleus ont en tout cas montré [lors des tests en novembre et durant le Tournoi, ndlr] qu'ils avaient du talent et du potentiel. Et pas sur un seul match." De quoi lui donner de l'espoir avant les 3 confrontations contre les Springboks. "La tournée en Afrique du Sud pourrait être un premier déclic face à une grosse nation du Sud qui est en crise de confiance."

Vincent Clerc à l'entraînement en début de saison

Vincent Clerc à l'entraînement en début de saisonIcon Sport

En France, si les performances sont encourageantes, les maux structurels et les conflits entre clubs et sélection ne sont toujours pas résorbés. Pour Clerc, l'équation est simple : "Si l'on veut un XV de France performant, il faut que les internationaux jouent moins, aient plus de vécu, de temps de récupération." Mais bien loin des Bleus, l'ailier continue de se soigner. Avec l'espoir de poursuivre avec Toulon. Dans le cas contraire, une page de l'histoire du rugby français se tournera.

Contenus sponsorisés
0
0