Icon Sport

TOP 14 - Toulouse : Bouscatel, Pelous, Mola, Novès et les joueurs sur le banc des accusés

Toulouse : Bouscatel, Pelous, Mola, Novès et les joueurs sur le banc des accusés

Le 30/04/2017 à 19:43Mis à jour Le 03/05/2017 à 11:21

TOP 14 - Humilié à Castres (7-52) samedi après-midi, le Stade toulousain a touché le fond et terminera la saison à une douzième place peu en rapport avec son statut. La faute à qui ?

Un président qui sème le doute

À tout seigneur tout honneur, le président Jean-René Bouscatel (71 ans) porte une responsabilité certaine dans la saison cauchemardesque vécue par le Stade toulousain. Son manque de clairvoyance concernant les prolongations avortées de plusieurs joueurs en devenir du club (Camara, Tolofua) ont d’abord semé le doute sur sa capacité à tenir les rênes du club d’un point de vue sportif.

Jean-René Bouscatel (Toulouse)

Jean-René Bouscatel (Toulouse)Icon Sport

Peu considéré par un vestiaire qui ne goûte que très peu ses prises de paroles parfois "décalées", le flou entretenu depuis deux ans sur sa succession n’a pas non plus aidé le club à se projeter plus loin que l’agenda égoïstement imposé par l’ex-avocat. C’est simple et franchement ubuesque : alors que la saison se termine, et surtout que tout se prépare maintenant, le Stade toulousain ne sait toujours pas qui sera à sa tête dans quelques semaines.

Pelous, un rôle trop flou…

Il devait être la courroie de transmission entre le président et le staff mais très tôt dans la saison, le président lui a prêté un destin présidentiel que l’intéressé ne souhaitait pas. Premier couac. Annoncé proche d’Ugo Mola, l’ancien capitaine des Bleus s’est ensuite montré pour le moins très discret quand il s’est agi d'enlever un peu de pression à son ancien coéquipier. Enfin, et surtout, d’après plusieurs joueurs, le manque de cohérence dans son discours vis-à-vis de certains d’entre eux a crée un fossé tel que plusieurs s’interrogent, à l’instar de ce cadre du vestiaire qui nous confiait récemment : "Franchement, je n’ai toujours pas compris à quoi il sert".

Fabien Pelous (Toulouse)

Fabien Pelous (Toulouse)Icon Sport

Mola forcément responsable, Novès un peu aussi…

Ugo Mola restera comme le premier entraîneur du Stade toulousain a ne pas avoir qualifié le club le plus titré de l’hexagone depuis 1976. Une tâche indélébile que l’ancien arrière international traînera sans doute longtemps comme un boulet. De part sa fonction, sa part de responsabilité est évidente dans cet échec. "Avec l’équipe que j’ai, je ne peux pas imaginer ne pas me qualifier pour les phases finales" disait-il ainsi il y a peu. En privé, il a assumé ses erreurs. Proche des joueurs, son manque d’autorité a ainsi parfois été bafouée par certains qui ont assimilé cela à un manque de poigne.

Ugo Mola (Toulouse)

Ugo Mola (Toulouse)Icon Sport

Certains choix, comme le prêt de Ramos (en qui il ne croyait pas) à Colomiers et certains jugements hâtifs, comme le manque de confiance accordé à Cros en début de saison… avant d’en faire son capitaine à Castres, l’ont également fragilisé. À sa décharge, l’ancien entraîneur d’Albi a hérité d’un effectif bancal, pas vraiment optimisé par Guy Novès, son prédécesseur, qui ne s’est que très peu soucié du devenir d’un effectif vieillissant. Mais chut ! Dans une ville où l’actuel sélectionneur du XV de France est une icône et dans un club où ses soutiens sont encore nombreux, l’évoquer est un risque que personne ne veut prendre…

Des joueurs pas au niveau

Combien d’entre eux peuvent se targuer d’avoir fait une bonne saison ? Baille, Cros, Tekori et R. Gray peut-être… Les autres ont soit été sur courant alternatif (Fickou, Bonneval, T. Gray) soit franchement en dessous de leur niveau (Médard, McAlister, Huget, Galan, Ghiraldini, Bézy, Doussain…). Enfin, dans cet effectif, on l’a vu plus haut, plombé par sa moyenne d’âge et sa masse salariale, le manque de considération de certains pour l’institution rouge et noire a également grandement contribué à sa déliquescence. "Le talent, franchement, on l’avait. L’envie et le respect du maillot, parfois un peu moins" a résumé ce week-end un proche du club après la "honte" vécue à Castres.

Luke McAlister (Toulouse)

Luke McAlister (Toulouse)Icon Sport

Et la saison prochaine ?

Concernant la présidence, on l’a vu, le flou est total et dans ce jeu de poker menteur en vigueur dans ce club si particulier, difficile de se projeter. Concernant le staff, il reste un an de contrat à tous mais tous ne vont pas rester. Ugo Mola a été confirmé récemment par Pelous - lui-même en fin de contrat ! - et la tendance est au maintien de l’actuel entraîneur principal.

Jean Bouilhou, Jean-René Bouscatel et William Servat (Toulouse)

Jean Bouilhou, Jean-René Bouscatel et William Servat (Toulouse)Icon Sport

Jean-Baptiste Elissalde (trois-quarts), qui souffre d’un manque de soutien au sein du club, devrait lui payer pour les autres et a déjà été poussé vers la sortie sans respect ni considération par Bouscatel, qui l’a proposé notamment à…Colomiers il y a quelques semaines. Servat et Bouilhou (avants) devraient être conservés alors que le cas de Broncan (défense) fait débat. Concernant les joueurs, le rafraîchissement opéré avec les arrivées de plusieurs joueurs à fort potentiel (Dupont, Holmes, Kolbe, Ramos...) est une source d’optimisme. Pour se remettre la tête à l’endroit et panser ces plaies, vivement la trêve quand même…

Contenus sponsorisés