AFP

TOP 14 - Lyon : Les 5 dates qui ont marqué l’histoire du Matmut Stadium

Après 5 ans de résidence, Lyon va tourner la page du Matmut Stadium

Le 28/12/2016 à 14:25Mis à jour Le 30/12/2016 à 18:34

TOP 14 - Ce vendredi à l’occasion de la réception de Bordeaux-Bègles, le Lou dira adieu au Matmut Stadium de Vénissieux. Construit en seulement 83 jours à l’été 2011, il fait partie de l’histoire moderne du club lyonnais, qui va continuer à s’écrire du côté du Stade de Gerland… Retour sur l’histoire éphémère de cette enceinte en 5 dates.

Inauguré le 29 novembre 2011 face à Toulon en Challenge Cup (défaite 19-26, ndlr), le Matmut Stadium aura accueilli 84 matches du Lou pour un bilan - toutes compétitions confondues - de 63 victoires, 4 nuls et 16 défaites. Quelle que soit l’issue du 84e et dernier rendez-vous face à l’UBB, on pourra dire qu’il aura souri au club lyonnais qui aura soulevé deux boucliers de Champion de Pro D2 sur cette pelouse. Passé d’une configuration de 7 998 à 11 805 places à l’été 2014, le stade va maintenant être démonté.

4 Décembre 2011 : Lyon - Perpignan (19-12)

Il s’agit tout simplement de la première victoire du Lou dans cette enceinte, grâce à un essai de l’enfant de la maison Rémy Grosso. "Je me souviens très bien de ce match car en plus d’être un grand moment avec mon premier essai en Top 14 au Matmut Stadium, c’était le jour de mon anniversaire", se remémore l’ailier aujourd’hui à Castres. "Il y avait beaucoup de monde de ma famille donc c’était un très bon moment pour moi et l’équipe. La victoire nous avait fait beaucoup de bien car la pression du Top 14 était déjà très forte", poursuit-il.

26 avril 2014 : Lyon - Tarbes (31-13)

Le Lou s’assure son deuxième titre de Champion de Pro D2 et pour tous les acteurs, le souvenir est encore meilleur que le jour de la remise du bouclier le 4 mai face à Agen. Pour Thibaut Regard, "c’est un match qui compte", car celui de son premier titre. "L’ambiance était exceptionnelle de par la fête avec le public puis dans le vestiaire. Ça coulait à flot. Le président avait terminé dans la piscine. Il y a tellement d’anecdotes de ce jour-là", rigole le trois-quarts centre qui retient surtout "une saison pleine avec une belle bande de copains".

28 décembre 2014 : Lyon - Clermont (16-13)

De ce match, il ressort deux moments forts… Le froid resté dans les annales et l’essai de Kendrick Lynn qui offre la victoire. "Je n’en ai pas marqué beaucoup mais celui-ci était important", sourit le Néo-Zélandais. "C’est mon meilleur souvenir. Le match était important car nous étions sous pression. Je marque à la dernière minute avec un peu de chance sur une passe de Jérôme Porical avec qui j’en parle encore. Zac Guildford me percute au niveau de la bouche et j’en garde toujours un souvenir (rires). J’ai encadré la photo de l’essai chez moi".

17 avril 2016 : Lyon - Béziers (38-17)

Champions de Pro D2 depuis le 1er avril, c’est face à Béziers que les Lyonnais reçoivent leur troisième bouclier. "Il y avait peu de pression. On a rapidement pris les commandes puis il s’est mis à tomber des cordes", se rappelle Romain Loursac. L’arrière se souvient avoir terminé avec Nicolas Durand et Jérôme Porical comme ailiers, "soit un triangle d'arrières à moins de 200 kilos (rires)". Surtout, "c’est l’aboutissement de la saison la plus aboutie que j’ai fait au Lou. Je me souviens exactement de la remise du bouclier, de l’ambiance et de la fête".

6 novembre 2016 : Lyon - Toulon (27-13)

C’est l’événement le plus récent. Il est marquant car avec une équipe composée de neuf anciens Toulonnais (en comptant le staff), le Lou décroche un succès remarqué face au RCT. "Il y avait un côté émotionnel", assure après-coup Virgile Bruni. Pour l’ex Varois, "c’était un peu particulier de jouer contre les potes" mais c’était aussi un moyen de marquer les esprits et de montrer que l’on a notre place en Top 14. Avec 11 805 spectateurs, c’est également le record d’affluence du stade. "C’est vrai que l’on a senti l’engouement".

Contenus sponsorisés
0
0