DR

TOP 14 - Jonathan Best : "Dan Carter a laissé passer la chance de sa vie"

Best : "Carter a laissé passer la chance de sa vie..."

Le 11/10/2016 à 16:00Mis à jour Le 11/10/2016 à 17:45

NUIT DU RUGBY - Lauréat du prix du joueur digital de l'année devant Benjamin Fall et Dan Carter, Jonathan Best a apporté un vent de fraîcheur à une Nuit du Rugby un peu crispée par l'affaire des corticoïdes. Sans surprise, le troisième ligne grenoblois a dominé les débats dans le secteur de l'humour.

Vivez-vous ce trophée comme une consécration ?

Jonathan BEST : Ah oui, c'est énorme ! Ce qui est marrant, c'est que c'est le seul trophée non-lié à la performance sportive de cette Nuit du Rugby. Personnellement, cela me fait plutôt rigoler car l'année dernière, j'ai aussi plus fait parler de moi en dehors du terrain qu'à l'intérieur. La faute à une saison tronquée par quelques événements au sein du FCG. Je suis honoré et content. C'est un beau trophée tout bleu qui traînera sur ma cheminée... quand j'aurai une cheminée bien-sûr car le plus important est de la construire. C'est bien, il ne faut pas se prendre trop au sérieux, il y a des choses plus graves dans la vie.

" C'est un beau trophée tout bleu qui traînera sur ma cheminée... quand j'aurai une cheminée bien-sûr car le plus important est de la construire"

Cette récompense ne pouvait pas vous échapper après tout ce lobbying effectué dans la journée de lundi…

J.B : C'était le seul moyen que j'avais de récupérer quelque chose donc j'ai été très actif. Et puis trois heures de train pour monter à Paris, cela laisse le temps de retweeter tout ce qui passe. Ce que les gens ont bien aimé sur Twitter, c'est ma capacité à leur répondre et à leur donner régulièrement des nouvelles. J'essaie de le faire tant que je peux et je continuerai à le faire.

Qu'est-ce que cela vous fait d'avoir battu Dan Carter ?

J.B : Je n'ai pas réussi à le faire sur le terrain donc oui, je suis très content ! Il n'a pas été très actif sur les réseaux sociaux lundi, tant pis pour lui. Il a laissé échapper la chance de sa vie d'obtenir ce beau prix, lui qui était en course pour un doublé avec le titre de meilleur joueur de l'année (adressé à son coéquipier Johan Goosen, ndlr).

" Les salaires ont explosé ces dernières années et il faut aussi être capable de jouer le 24 décembre"

Cette récompense peut-elle vous permettre de postuler avec plus de force pour le match amical entre les Barbarians français et l'Australie le 24 novembre prochain ?

J.B : Bien entendu ! On m'a d'ailleurs un peu raccourci mon discours sur la scène de l'Olympia, car j'avais prévu de faire du lobbying pour ce match à Bordeaux. Sachant que j'ai déjà eu une sélection avec les Barbarians, cela peut m'intéresser.

Êtes-vous aussi enthousiaste pour jouer un mois plus tard le Boxing Day, le 24 décembre ?

J.B : Je devais venir à la réunion de Provale mais j'avais entraînement le matin donc je n'ai pas pu donner mon avis. Il y a des avantages et des inconvénients à être rugbyman professionnel. Pour ma part, je pense que les salaires ont explosé ces dernières années et il faut aussi être capable de jouer le 24 décembre. Provale ne voit a priori pas les choses comme cela. De toute façon je m'en fiche, moi je n'ai rien à faire le 24 décembre !

Contenus sponsorisés
0
0