Icon Sport

Top 14 - Clermont : Rémi Lamerat, l'intégration express

Lamerat, l'intégration express

Le 29/09/2016 à 15:44

TOP 14 - Le trois-quart centre Rémi Lamerat s’est fondu avec bonheur dans le moule clermontois. Champion de France en 2013 avec Castres, que Clermont reçoit samedi, l’international s’épanouit dans un jeu qu’il aime et progresse au contact de concurrents de haut niveau.

Légèrement blessé à une cuisse en fin de préparation, Rémi Lamerat a rongé son frein quelques semaines avant de vivre ses premières minutes sous ses nouvelles couleurs. "Il me tardait de revêtir ce maillot", confiait l’ancien Castrais à l’issue de sa première "de rêve" contre le Racing (47 - 10), à l’issue de laquelle il exprimait son plaisir d’évoluer dans un système où "il y a beaucoup d’espaces. Il faut beaucoup de travail de toute l’équipe pour créer ces espaces, mais j’aime jouer des parties comme ça, où les mêlées sont propres et dominées par notre équipe. On a derrière beaucoup de ballons rapides pour se régaler. Individuellement, c’est le jeu que je préfère".

Trois semaines plus tard, le néo-Clermontois totalise plus de 200 minutes de jeu et s’est offert son premier essai contre Bordeaux. En puissance, lancé par Parra côté fermé, il raffûte Madaule et résiste à Audy avant d’aplatir. Et a achèvé de se mettre dans la poche les supporters clermontois, déjà conquis par son sourire et sa disponibilité.

Une paire d’as avec Fofana

Titulaire lors des trois dernières journées de Top14, contre le Racing, face à Bordeaux et à Toulon, le joueur de 26 ans a déjà trouvé la bonne carburation avec ses nouveaux coéquipiers. Franchisseur (15 en trois matches), passeur, et défenseur acharné, Lamerat forme déjà une paire gagnante avec Wesley Fofana, lui aussi très en jambes en ce début de saison. Une association internationale, qui a déjà rodé quelques automatismes sous le maillot Bleu, et qui est programmée pour devenir la doublette numéro 1 de l’ASMCA.

Wesley Fofana (ASM Clermont) - septembre 2016

Wesley Fofana (ASM Clermont) - septembre 2016Icon Sport

Utilisé contre le Racing et à Toulon par Azéma, le duo fonctionne déjà bien. "C’est quelqu’un avec qui j’ai plaisir à communiquer, à travailler et à jouer. Il va falloir encore prendre nos marques, mais c’est de bonne augure j’espère. Mais quelles que soient les associations, avec Aurélien ou Benson, on travaille et on échange toute la semaine pour essayer d’être le plus complémentaires possible".

Un secteur fortement concurrentiel

Lamerat a trouvé ce qu’il était venu chercher à Clermont. Un "coup de pied aux fesses après cinq ans à Castres". Un défi personnel, pour progresser en se frottant à une concurrence de haut niveau à son poste. Avec Benson Stanley, Aurélien Rougerie et Wesley Fofana, ils forment un quatuor d’internationaux que Franck Azéma se plaît à faire tourner pour varier les options.

Rémi Lamerat (Clermont)

Rémi Lamerat (Clermont)Icon Sport

"Ici, il y a beaucoup de concurrence", concède Lamerat. "J’en avais déjà à Castres avec de très bons joueurs à mon poste, mais je ne leur ferai pas injure en disant qu’ici, c’est un niveau au-dessus. Mais quand elle est seine, ça tire tout le monde vers le haut. Ça nous pousse à nous dépasser à l’entrainement. Et quand j’ai la chance de jouer, je me dis que je ne peux que me régaler à leurs côtés".

Le guide Rougerie

Lamerat s’épanouit au contact d’Aurélien Rougerie, le grand frère des lignes arrières clermontoises. Élément moteur de sa venue en Auvergne pour un contrat de trois ans, le grand blond facilite aujourd’hui l’intégration de son successeur désigné. "Il joue un rôle important parce que c’est un personnage avec beaucoup de charisme, qui sait accompagner les plus jeunes ou les nouveaux", apprécie Lamerat. "Il discute beaucoup avec Damian Penaud notamment, qui prendra petit à petit le relais aussi. C’est un vrai plus pour le groupe, rugbystiquement et humainement. Ce serait avec grand plaisir si on pouvait continuer un bout de chemin ensemble".

Contre le Racing, Lamerat lui avait cédé sa place avant l’heure de jeu, avant de lui rendre un hommage sincère et taquin après la victoire : "Quand je vois le match que fait le 'dinosaure' Aurélien Rougerie aujourd’hui, j’en suis le premier heureux".

Aurélien Rougerie (ASM Clermont) - septembre 2016

Aurélien Rougerie (ASM Clermont) - septembre 2016Icon Sport

Et d’évoquer les discussions pour une prolongation du contrat de son aîné de 10 ans, dont l’arrêt de la carrière de joueur est pour l’instant toujours prévue cet été : "Si ça ne tenait qu’à moi, je le ferai signer tout de suite, et pour plus d’un an ! Quand on voit ses matches, on se dit que l’âge n’a pas d’impact sur lui, au contraire ! Si physiquement, tout va bien pour lui, je pense qu’il peut repartir pour un bail de trois ans facile".

Les retrouvailles avec Castres

L’idylle naissante avec Clermont ne lui fait pas pour autant oublier son ancien club, avec lequel il a jusqu’à présent vécu ses plus grandes émotions, le titre de champion de France 2013 en tête. Un Castres olympique où il a passé cinq saisons après sa formation à Toulouse, dont il analyse d’un œil averti le début de saison. J"e suis leurs résultats, forcément, et j’essaie de regarder leurs matches. Je les trouve de plus en plus solides à l’extérieur. C’est un point que Christophe Urios essaie de développer avec une défense et une conquête solides. Leur contre-performance face à La Rochelle m’a rappelé notre défaite contre Grenoble à domicile l’an dernier. Ça nous avait mis un bon coup de pied aux fesses pour la suite de la saison. Alors quand j’ai eu les potes au téléphone, ils étaient déçus mais je pense que c’est mieux que ça arrive maintenant. On va les retrouver ce weekend, on en saura plus…"

Rémi Lamerat (XV de France)

Rémi Lamerat (XV de France)Icon Sport

C’est aussi Castres qui lui a permis de connaître 8 sélections avec le XV de France. Revenu victorieux de la tournée en Argentine cet été, Lamerat fait partie de la liste élite choisie par Guy Novès. S’il est épargné par les pépins physiques qui l’ont souvent perturbé, Clermont pourrait justement lui permettre de devenir un cadre des Bleus.

Contenus sponsorisés
0
0