Icon Sport

Rugby - Qu'es-tu devenu... Benoît Lecouls ?

Qu'es-tu devenu... Benoît Lecouls ?

Le 07/06/2017 à 17:42Mis à jour Le 08/06/2017 à 09:53

TOP 14 - Pilier droit de référence en Top 14 à la fin des années 2000, Benoît Lecouls, après une ultime saison à La Rochelle en 2011/2012, a débuté une carrière d'entraîneur de la mêlée tout en travaillant à l'obtention d'un diplôme d'ostéopathe. Un double projet qu'il pourrait mettre en pratique l'an prochain à Blagnac où l'a appelé Frédéric Michalak.

Pendant toute sa carrière, il a martyrisé les corps. Désormais, il se consacre à soulager les douleurs. Benoît Lecouls, pilier droit international (6 sélections), passé par Agen, Biarritz, le Stade toulousain et La Rochelle, a quitté le jeu en 2012 mais il n'a pas perdu de temps dans sa reconversion. Cinq ans après sa retraite, celui que le talonneur de Clermont Mario Ledesma surnommait "le boucher" pour son insolente puissance en mêlée fermée, s'est affûté - passant de 118 à 103 kilos - et est devenu ostéopathe.

Benoit Lecouls avec le XV de France en 2009

Benoit Lecouls avec le XV de France en 2009AFP

Il avait commencé les études pour cela en 2013 quelques mois après son retour au Biarritz Olympique, à la fois comme entraîneur de la mêlée des Reichel et des Espoirs et comme intervenant technique pour les joueurs de première ligne du centre de formation avant d'être appelé à intervenir auprès de l'équipe première. Diplômé en décembre dernier, il a ouvert en janvier son cabinet à Anglet, à portée de drop d'Aguiléra. Cela peut ressembler à un aboutissement. Lecouls raconte : "Quand j'ai arrêté ma carrière, j'avais envie de m'orienter vers ce type de métier. Ce faisait un moment que cela m'attirait. Peut-être parce que j'ai eu la chance de croiser un mec très fort dans l'exercice de son métier".

Un mémoire sur l'osthéopathie

Mais en réalité, cette spécialisation est partie intégrante de ses ambitions de reconversion : s'imposer comme un entraîneur de référence dans le domaine de la mêlée et plus spécifiquement pour les joueurs de première ligne. Passionné de bio-mécanique, titulaire d'un diplôme universitaire de science, Lecouls avait donc commencé à exercer comme entraîneur au BO avant de se voir signifier en mai 2016 que son contrat ne serait pas reconduit pour des raisons financières. Une déception pour celui qui n'a jamais caché son plaisir à entraîner. "Je me suis régalé à Biarritz", dit-il.

Benoit Lecouls avec le staff de Biarritz en 2015

Benoit Lecouls avec le staff de Biarritz en 2015Icon Sport

Sa profession d'ostéopathe l'a aidé à oublier les regrets. La porte de celui qui a terminé ses études par un mémoire intitulé "l'Ostéopathie peut-elle améliorer la performance de la mêlée en rugby ?" était ouverte. A ses yeux, c'est indéniable, il y a un lien entre ce rôle là et celui d'entraîneur. "Ce qui est indissociable de l'activité de soin, c'est le fait de préparer le corps des joueurs". Rien de négligeable pour Benoît Lecouls dont la fin de carrière a été marquée par une opération des cervicales.

Sensibiliser ses héritiers de la première ligne aux exigences du haut niveau, la démarche lui plaît. Un regard d'entraîneur - "des joueurs qui ont réglé leur problèmes seront meilleurs et moins blessés" - et un regard d'ancien pilier - "il faut faire en sorte de protéger les joueurs pour que leur après carrière soit plus facile. Je vois certains de mes ex-coéquipiers qui sont très abîmés" -.

Benoit Lecouls - 2009

Benoit Lecouls - 2009Icon Sport

Michalak l'a sollicité

Parce que le rugby l'aimante, Benoît Lecouls devrait toutefois revenir près des terrains la saison prochaine. Lui qui a fait une pige cette saison à Hendaye et glissé quelques conseils aux jeunes d'Anglet en 2016/2017, est attendu l'an prochain du côté de Blagnac où un président nommé Frédéric Michalak l'a sollicité. L'organisation des choses reste à discuter mais le projet de Michalak lui plaît. "C'est peut-être Stéphane Clément que j'ai entraîné à Biarritz avant qu'il ne rejoigne Lyon qui lui a parlé de moi. En tout cas, j'ai répondu avec plaisir".

C'est que Benoît Lecouls, qui a terminé sa carrière à La Rochelle sous les ordres de son ancien coéquipier Patrice Collazo, sait qu'on peut faire de grandes choses avec beaucoup de travail et de conviction. Il sourit : "Je croyais vraiment en la réussite de La Rochelle. Parce que c'est un club hyper sain, dans lequel tous les rôles sont clairs, sans guerres intestines. Et parce que Patrice Collazo est un immense bosseur. Il travaille, il réfléchit, il se remet en questions. Il n'y a pas de secret : quand on travaille, on a des résultats..."

Benoit Lecouls - 2010

Benoit Lecouls - 2010Icon Sport

Contenus sponsorisés
0
0