AFP

ELECTION LNR - La réponse fracassante de Mourad Boudjellal à son éviction de la LNR

"Voyous", "prostitution", "cul propre" : la réponse fracassante de Boudjellal

Le 04/10/2016 à 15:30Mis à jour Le 04/10/2016 à 15:40

TOP 14 - Écarté de la course à la présidence de la LNR dès le stade de l'élection au Comité Directeur, Mourad Boudjellal n'a pas épargné les instances de la Ligue et son président réélu Paul Goze. Convaincu d'une injustice, le patron du RCT a tiré à vue.

Êtes-vous déçu d'avoir été écarté complètement des instances dirigeantes de la LNR ?

Mourad BOUDJELLAL : Je vais essayer de faire des progrès dans la façon de gérer un club. J'ai fait preuve d'une totale incompétence car je n'ai pas perdu d'argent. J'ai aussi gagné des titres, ce qui est une deuxième preuve d'incompétence. J'ai enfin rempli les stades, ce qui est une troisième preuve d'incompétence. C'est vrai que j'avais face à moi un candidat qui regroupait toutes ces qualités, avec un bilan magnifique à Perpignan. Je pense qu'il y a quelqu'un qui a bien fait de prendre la présidence de la Ligue...

Vous disiez vous-même n'avoir aucune chance de gagner, mais seulement vouloir remporter le débat d'idées…

M.B : J'ai proposé des mesures que je pense bonnes pour le rugby. Dans quelques années, on dira peut-être : "il n'avait pas tort". Le rugby français va dans le mur, le Top 14 va dans le mur. On est dans la politique du "cela ira mieux demain", on ne voit pas la réalité des choses et je pense sincèrement que nous avons des jours noirs devant nous. Il fallait changer quelques petites choses pour l'équipe de France et pour le Top 14. J'estimais que Toulon méritait de siéger au moins une fois au Comité Directeur de la LNR mais je respecte le vote.

" On m'a dit, grosso modo "les gens qui changent comme toi, on n'en veut pas". Très bien !"

Pourquoi étiez-vous battu d'avance ?

M.B : Le rugby est une oligarchie et on a fait preuve d'ostracisme à mon égard. Je respecte cela. On m'a dit, grosso modo "les gens qui changent comme toi, on n'en veut pas". Très bien ! J'ai pour habitude de juger les gens sur ce qu'ils ont fait. Ce que je sais, c'est que j'ai du courage et le courage, c'est d'assumer ses bilans. Si je quitte le RCT demain, personne ne devra assumer mon bilan à ma place. Quand on est un président de la Ligue et qu'on veut être un grand président, quand on convoque un président de club devant le conseil supérieur de la DNACG, il faut avoir le cul propre. Je crois que certains auraient dix fois plus de raisons de passer devant ce conseil, pour des choses qui se sont passées avant et qui sont couvertes aujourd'hui. Il y a des sommes qui apparaissent et des condamnations. L'USAP a été condamnée. Où sont ses sommes dans les bilans et pourquoi la DNACG ne bouge t-elle pas ? Réfléchissez.

Mourad Boudjellal n'a même pas été élu au Comité Directeur de la LNR

Mourad Boudjellal n'a même pas été élu au Comité Directeur de la LNRAFP

" Ce n'est pas en se mettant des œillères et en falsifiant les chiffres des affluences et des audiences qu'on les résoudra. Enfin falsifier, le mot est fort. Disons bonifier"

Quelle est pour vous la raison profonde de votre mise à l'écart systématique ?

M.B. : Je crois que c'est en partie organisé. On m'a dit qu'on avait demandé à certains candidats au Comité Directeur de se présenter. D'autres ont eu peur de se retirer... Comme disait un chanteur que j'aimais bien, les voyous sont souvent en costume. C'est dommage pour le rugby. Au-delà de ma façon de communiquer, je dis aussi des vérités. Quand je parle de sommes qui ont disparues dans des bilans, c'est une réalité. Il y a des problèmes dans le rugby et j'avais plein d'idées. Ce n'est pas en se mettant des œillères et en falsifiant les chiffres des affluences et des audiences qu'on les résoudra. Enfin falsifier, le mot est fort. Disons bonifier.

" Ne pas dire ce qu'on pense, c'est une forme de prostitution. Il y a quelques spécialistes à la Ligue et à la FFR"

Était-ce votre dernier moyen d'imposer vos idées au rugby français ?

M.B : C'est la fin de mon histoire. J'ai 56 ans et j'ai des priorités dans la vie. Le rugby est une bonne drogue mais il y en a d'autres. On va tâcher de bien mener cette année et après on passera à autre chose.

Mourad Boudjellal

Mourad BoudjellalIcon Sport

Ce résultat va t-il modifier votre façon de communiquer dans les médias, qui vous a été reprochée par vos détracteurs ?

M.B. : Ce jour-là n'est pas encore venu. Pour moi, ne pas dire ce qu'on pense, c'est une forme de prostitution. Il y a quelques spécialistes à la Ligue et à la FFR mais ce n'est pas du tout mon genre. La consensualité est une forme de prostitution et moi je dirai toujours ce que je pense et je ne prostituerai jamais mes idées. C'est l'arme de certains dans la vie car ils n'ont pas toujours le talent de faire autre chose.

Paul Goze réélu à la LNR, est-ce un bon choix ?

Sondage
74911 vote(s)
Oui
Non
Contenus sponsorisés
0
0