Icon Sport

Conflit FFR-LNR - Paul Goze conforté dans son rôle de patron de la LNR !

Goze conforté dans son rôle de patron de la LNR à la quasi-unanimité !

Le 11/04/2017 à 17:30Mis à jour Le 11/04/2017 à 18:53

CONFLIT FFR-LNR - Les présidents du Top 14, du Pro D2 et de la LNR était réunis ce mardi dans la région parisienne pour définir une sortie de crise avec la FFR. Ils ont très majoritairement renouvelé leur confiance à Paul Goze et six d’entre eux formeront une commission destinée à renouer le contact avec la fédération.

C’est l’information majeure de ce mardi : Paul Goze demeure le patron de la LNR. Réunis une partie de l’après-midi dans une salle de réunion de l’hôtel Hilton d’Orly (Val de Marne), les présidents de Top 14 et de Pro D2 lui ont renouvelé leur confiance, sauf Mourad Boudjellal (Toulon), tandis que Mohed Altrad (Montpellier) s’est abstenu. Ils ont également désigné six d’entre eux : Pierre-Yves-Revol (Castres), Eric de Cromières (Clermont), René Bouscatel (Toulouse), Alain Tingaud (Agen), Vincent Merling (La Rochelle) et… Mourad Boudjellal pour former une commission de rapprochement et de dialogue avec la FFR. Celle-ci espère rencontrer Bernard Laporte dans les prochains jours pour tenter de trouver une sortie à la guerre qui oppose la Ligue et la Fédération.

Sa tête sauvée, Goze a pu travailler avec les présidents de tous les clubs professionnels de l’Hexagone, excepté Bourgoin, sur une sortie de crise avec la FFR, avec qui la Ligue est actuellement en litige concernant le report des matchs Montpellier-Racing et Castres-Stade français. Six présidents - Pierre-Yves Revol (Castres), Eric de Cromières (Clermont), René Bouscatel (Toulouse), Alain Tingaud (Agen), Vincent Merling (La Rochelle) et… Mourad Boudjellal - ont été désignés pour former une commission de rapprochement et de dialogue avec la fédération. Une composition singulière dans la mesure où y figure le boss du RCT, farouche adversaire de Goze. "Je constate ce qu’il se passe entre la Ligue et la Fédé. Je ne suis pas très pro Ligue ni pro Goze et je ne remets en aucun cas en cause mon hostilité envers la politique menée par la LNR mais je mets au-dessus de tout la volonté de trouver une sortie de crise qui soit convenable pour tout le monde. Et si je sens que je dois trahir mes idées, j’arrêterais dans la seconde".

Altrad a bloqué les discussions concernant les matchs reportés

L’autre sujet brûlant, intimement lié avec le tout, était le report des matchs Montpellier-Racing et Castres-Stade français, retoqué par la FFR et qui sera arbitré par le Conseil d’Etat. Les présidents des clubs concernés ont échangé sur un possible accord à l’amiable quant à la répartition des points (4 ou 5 pour Castres et Montpellier, 0 pour les Racing 92 et le Stade français) mais toute tentative de consensus s’est à chaque fois heurté à un refus catégorique de Mohed Altrad. Le président montpelliérain, qui a quitté le premier la réunion, est resté ferme sur ses bases, espérant que le Stade français et surtout le Racing 92, concurrent pour les phases finales, se voit retirer deux points sur tapis vert.

"S’il y avait eu unanimité, nul doute que la Fédération se serait rangée à cette solution", a regretté à ce sujet Vincent Merling, président de la Rochelle. Signe que malgré quelques bonnes volontés, les divisions demeurent toujours dans le rugby français.

Contenus sponsorisés
0
0