Icon Sport

8e journée Top 14 - Maintenant, La Rochelle peut aussi compter sur sa profondeur de banc

Maintenant, La Rochelle peut aussi compter sur sa profondeur de banc

Le 06/10/2016 à 17:31Mis à jour Le 06/10/2016 à 17:32

TOP 14 - Le Stade rochelais peut s’appuyer sur de plus en plus de joueurs, repérés par le nez creux de Patrice Collazo. De quoi enfin disposer d'une bonne profondeur de banc et se mettre à rêver plus grand.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Des tournants des deux dernières saisons, les journalistes sont passés aux surprises. Le Stade rochelais est, en effet, abonné à être questionné ces dernières semaines s’il est... surpris de son (votre) classement ? Patrice Collazo l’a encore vécu, dimanche dernier, à l’issue du match perdu contre le Stade français (31-26), dans la zone mixte du stade Jean-Bouin.

En réponse à cette question plus si surprenante, le manager rochelais a retoqué que "la surprise, ça n’existe pas à haut niveau", lui qui croit "au travail et à l’investissement". On arrêtera là pour les surprises, et on envoie ceux qui en sont friands vers les chocolats qui en contiennent. À La Rochelle, il y a plutôt l’axe de faire au mieux avec ce que l’on a. D’optimiser donc.

Patrice Collazo le manager de La Rochelle

Patrice Collazo le manager de La RochelleIcon Sport

Des recrutements payants

Patrice Collazo et Xavier Garbajosa répètent souvent qu’ils ont "le luxe" d’avoir l’équipe qu’ils souhaitent. Cibler les potentiels, les faire venir et travailler pour progresser. Les Rochelais n’ont rien inventé mais force est de constater que ça fonctionne bien. Il y a les cas connus et même validés : Uini Atonio, Kevin Gourdon, Vincent Pelo, pour le volet français, ou Kini Murimurivalu et Levani Botia, pour le chapitre fidjien. Jusqu’à présent, on peut dire de Patrice Collazo qu’il s’est assez peu trompé en cinq ans à La Rochelle lorsqu’il s’agit de choisir des joueurs.

Le début de saison lui donne pour le moment raison. Après Gabriel Lacroix, l’an passé, Vincent Rattez semble être le bon transfuge chez les trois-quarts. Titulaire à l’arrière contre le Stade français, l’ancien Narbonnais avait quitté l’aile où il fait des étincelles depuis le début de la saison. La confiance du staff, il a pu l'obtenir en raison de sa polyvalence au sein des lignes arrières. "Il était l'un des plus doués techniquement en Pro D2", disait Patrice Collazo à son sujet à l’intersaison. "Vincent a fait une bonne prestation à Paris", a souligné, mercredi, le Fidjien Kini Murimurivalu, titulaire du poste depuis le début de la saison mais blessé pour le déplacement dans la capitale. "Il y a une concurrence saine entre nous, on parle beaucoup", a-t-il ajouté.

Jérémie Maurouard sonne la charge (La Rochelle)

Jérémie Maurouard sonne la charge (La Rochelle)Icon Sport

Retière, Maurouard et d’autres...

Rentré en début de seconde mi-temps au poste de demi de mêlée à la place d’Alexi Balès, l’ancien Racingman Arthur Retière, 19 ans, a pesé pour permettre aux Jaune et Noir de recoller au score alors que l’équipe était menée 31-12. Le staff l’a d’ailleurs désigné homme du match, ce n’est pas rien pour son apparition sous le maillot rochelais. Partie prenante dans "l’attitude positive d’aller chercher quelque chose qui s’éloignait de plus en plus" (Patrice Collazo), le jeune Retière, international U20 et qui a fait une partie de la préparation olympique avec France 7, confirme tout le bien que l’on pense de lui, dont sa pugnacité.

S’il suit la fougue d’un "autre ex" de France 7, Steeve Barry, il peut devenir un atout intéressant dans la manche des Rochelais. Talonneur, Jérémie Maurouard, 24 ans, arrivé d’Oyonnax, a su saisir sa chance pour sa première titularisation. Le Rouennais a retrouvé le coach qui l’a "fait grandir" et alors sous les couleurs du Racing (2010-2011), avec qui il était devenu champion de France Espoirs (avec un autre Rochelais, Maxime Gau). La profondeur de banc qui lui manquait ces deux dernières saisons, La Rochelle s’y dirige bel et bien. Un luxe qui ne sera pas de trop pour cette 8e journée et la réception du RCT, samedi.

0
0