Icon Sport

Toulouse - Gael Fickou, le prodige commence à peser

Fickou, le prodige commence à peser
Par Marion Lot via AFP

Le 25/11/2015 à 12:22Mis à jour Le 25/11/2015 à 12:27

TOP 14 - Etincelant depuis son retour de la Coupe du monde, où il a très peu joué, le centre Gaël Fickou a tout pour enfin devenir, à 21 ans, l'un des cadres du Stade toulousain, qui se déplace samedi (14h45) sur le terrain du Racing 92 en Top 14.

Cinq essais en quatre matches. Titulaire à chaque rencontre depuis son retour d'Angleterre, Fickou est en très grande forme et son triplé face à Grenoble (52-12) début novembre en Top 14 ou son essai de cinquante mètres contre Oyonnax en Coupe d'Europe samedi (24-18) l'attestent."Les statistiques et les matchs de Gaël parlent pour lui. Tous les voyants sont au vert et on est convaincus qu'offensivement et défensivement, il peut être un joueur cadre à son poste", juge Ugo Mola, le nouveau patron de la maison rouge et noire.

Surdoué débarqué à Toulouse en 2012 en provenance de Toulon, le natif de La Seyne-sur-Mer, qui compte déjà 15 sélections avec le XV de France à seulement 21 ans, est "un garçon qui va peser dans le paysage rugbystique français pour les années à venir", poursuit Mola.

Gael Fickou (XV de France) face à la Roumanie - le 23 septembre 2015

Gael Fickou (XV de France) face à la Roumanie - le 23 septembre 2015Icon Sport

Appelé par Philippe Saint-André pour la Coupe du monde, après avoir craint de passer à côté en raison d'une grosse entorse à un genou fin mars, Fickou est revenu "un peu frustré" de son premier Mondial, où il n'a été titulaire que contre la Roumanie (38-11). Mais "cela m'a permis d'arriver avec plein de fraîcheur et d'envie au Stade toulousain", positive le centre, qui s'est révélé aux yeux du grand public en inscrivant un superbe essai offrant la victoire au XV de France dans les dernières minutes face à l'Angleterre dans le Tournoi-2014 (26-24).

Cette "fraîcheur" et cette "envie" font le bonheur des Rouge et Noir. "La Coupe du monde lui a fait du bien en terme de préparation et on en récolte les fruits", souligne Mola. "Vivre comme cela une Coupe du monde en costume, ça doit être assez long mais il n'a pas perdu son temps, il ne s'est pas répandu dans la presse sur ses états d'âme, il s'est remis tout de suite à bosser", ajoute le successeur de Guy Novès.

Prolongation de trois ans

En fin de contrat en juin prochain, le centre, séduit par la philosophie de jeu de Mola, vient de prolonger la semaine dernière de trois ans son bail au Stade toulousain. Même si Toulon, son club formateur, lui a aussi fait les yeux doux. "Je suis sûr que le Stade toulousain est un des plus grands clubs. On a rien gagné depuis trois ans mais toutes les grandes équipes connaissent des cycles. Je suis sûr de la qualité de ce groupe, je n'en ai jamais douté, et c'est pour ça que j'ai fait le choix de prolonger ici. Je sens que tout le monde a confiance en moi et je ne me voyais pas partir", explique-t-il.

Gaël Fickou (Toulouse) face à Grenoble - 7 octobre 2015

Gaël Fickou (Toulouse) face à Grenoble - 7 octobre 2015Icon Sport

D'autant plus qu'après une saison dernière assez mouvementée, les Rouge et Noir, deuxièmes du Top 14 derrière Clermont, connaissent un bon début de saison. Mais le jeune prodige a encore du chemin à faire. "Sur la vision du jeu, la défense, j'ai encore plein de chantiers", reconnaît-il."Gaël a souvent été éclatant, éblouissant mais il faut qu'il s'inscrive dans la durée et la continuité, qu'il soit capable de mettre la même intensité tous les week-ends alors qu'il va être attendu sur pas mal de terrains", estime Ugo Mola. "Mais il n'y a aucune raison qu'un tel talent ne continue pas à progresser", espère-t-il.

Contenus sponsorisés
0
0