AFP

Toulouse-Clermont (22-11), l'antisèche - Et si Toulouse jouait encore un match à Ernest-Wallon ?

L'antisèche : et si Toulouse jouait encore un match à Ernest-Wallon ?

Le 29/05/2016 à 19:50

TOP 14 - Si Toulouse s'est qualifié pour les phases finales du Top 14, il peut encore espérer recevoir en barrage. De quoi garder l'équipe encore mobilisée après cette victoire contre Clermont (22-11). Notre antisèche.

Le jeu : Toulouse parfois brouillon, parfois fulgurant

L'émotion ambiante à la rencontre - avec le dernier match devant le public toulousain pour les Clerc, Harinordoquy, Flynn ou Picamoles - a-t-elle pesé dans les têtes des joueurs d'Ugo Mola ? Très certainement. Car les première minutes ont été largement en la faveur des Clermontois, ô combien efficaces dès qu'ils entraient dans le camp toulousain. Accusant 8 points de débours après 25 minutes de jeu, les Toulousains se sont alors resserrés pour effectuer des séquences de très haut niveau. Picamoles et Fickou ont franchi l'en-but adverse pour permettre à Toulouse de prendre la tête.

Gaël Fickou (Toulouse) contre Clermont - 29 mai 2016

Gaël Fickou (Toulouse) contre Clermont - 29 mai 2016AFP

Malgré le manque d'adresse de ses buteurs (11 points laissés au pied en route), le Stade toulousain a su se montrer appliqué en défense pour contre-carrer les assauts toujours incisifs de Clermontois redoutables et inspirés. La pluie a rendu la fin de match plus hachée et les maladresses se sont enchaînées. Montrant que Toulouse était encore perfectible...

Les joueurs : Fritz précieux, Médard en jambes

Les trois-quarts toulousains ont énormément tenté mais ont aussi connu du déchet. Médard, Fickou ou Perez sont en forme, cela se sent et Fritz s'avère quand à lui ultra précieux, avec notamment une pénalité à plus de 50 mètres qui a donné un avantage décisif aux Stadistes. Devant, Picamoles a régulièrement avancé et Maestri n'a jamais ménagé ses efforts.

Côté clermontois, Jedrasiak, Gerondeau et Kolelishvili se sont bien battus. Radosavljevic n'a pas toujours été dans son assiette et a alterné le chaud et le froid comme James, irrégulier au pied. A noter la très grosse entrée en jeu de Yato, débordant d'énergie. Même parfois un peu trop (hors-jeu pour la pénalité de Fritz).

Brock James (ASM Clermont) - 29 mai 2016

Brock James (ASM Clermont) - 29 mai 2016Icon Sport

Ce qui aurait pu tout changer : Yato la joue "Rokoduadua"

Auteur d'une entrée fracassante, Peceli Yato se lançait depuis ses 22 mètres pour un contre d'anthologie. Échappant à Aldegheri, il faisait la différence et sa fraîcheur laissait augurer une énorme frayeur dans les rangs toulousains. Galan se muait en dernier rempart et Yato pensait déjà à faire la différence sur la vitesse. Sauf que le Fidjien perdait inexplicablement le ballon en courant. Une image semblable à celle de Rokoduadua lors du match France-Fidji de la Coupe du monde 1987. Une action à moins d'un quart d'heure de la fin et qui aurait pu permettre à l'ASM de croire à la victoire (le score était alors de 19-11).

Le tweet émotion

La stat : 11

Soit le nombre de points laissés au pied de part et d'autre. On a notamment senti un Sébastien Bézy encore peu en confiance dans ses frappes.

La décla : Harinordoquy (troisième ligne de Toulouse)

" Aujourd'hui, beaucoup d'amis sont venus me voir (notamment ses anciens coéquipiers Traille, Thion ou Yachvili, ndlr). Cela fait chaud au coeur. Plus de 15 ans sur les terrains, dont 10 à Biarritz, ça crée des amitiés fortes, des amitiés pour la vie"

La question : était-ce vraiment le dernier match pour Toulouse au Wallon ?

Beaucoup d'émotions avant, pendant et après le match dans les rangs toulousains où bon nombre de joueurs ont été ovationnés. On a notamment vu un Vincent Clerc ému aux larmes lors de son entrée sur le terrain et saluer chaleureusement les supporters au coup de sifflet final. La raison ? Leur dernier match devant le public d'Ernest-Wallon. Sauf que c'est vite oublier que Toulouse peut encore jouer devant son public cette saison.

Grâce à son succès contre Clermont (22-11), Toulouse a assuré l'essentiel en validant son ticket pour les phases finales. Mais le groupe d'Ugo Mola, libéré d'un poids, peut envisager bien mieux et terminer à la quatrième place. Et ainsi obtenir un barrage à domicile. Ce qui ne serait pas une mauvaise affaire quand on sait que le Stade toulousain va terminer meilleure équipe à domicile lors de cet exercice 2015-2016 (53 unités).

L'hommage du public du Stade toulousain à ses joueurs - 29 mai 2016

L'hommage du public du Stade toulousain à ses joueurs - 29 mai 2016Icon Sport

De ce fait, Toulouse n'ira pas à Grenoble - totalement à la dérive en cette fin de saison - les mains en haut du guidon. Certes, le club de la ville rose n'a pas son destin en mains et va devoir compter sur un faux pas du Racing, qui recevra lors de la dernière journée Montpellier. En cas de revers de l'équipe francilienne, il faudra sortir les calculettes. A noter que le cas d'égalité est favorable au Racing 92. Mais un dernier match à Ernest-Wallon n'est pas utopique...

Contenus sponsorisés