Icon Sport

Top 14 - Toulon - Bordeaux-Bègles : tant qu'il y a de la vie pour l'UBB...

Tant qu'il y a de la vie pour l'UBB...

Le 01/06/2016 à 18:06Mis à jour Le 02/06/2016 à 17:57

TOP 14 - En ballottage très défavorable et sans trop d'illusions dans la course à la 6e place, l'UBB va pourtant jouer son va-tout à Toulon, pour ne rien regretter.

"Des missions impossibles, ça n'existe pas dans le sport". Le capitaine historique de Bordeaux-Bègles Mathhew Clarkin n'est pas du genre à tourner autour du pot. Lui, il y croit, comme la majorité de ses coéquipiers sondés qui, dimanche soir, auront un œil et une oreille du côté de Castres, hôte d'un Stade français qu'on annonce enclin à ménager ses internationaux français en partance pour l'Argentine quelques jours plus tard. De bonne guerre.

A égalité de points avec le CO (6e) mais avec une différence particulière défavorable, l'UBB n'a plus son destin en mains pour le dernier billet pour les phases finales depuis le succès tarnais du côté d'Oyonnax (25-20), long à se dessiner, qui change tout pour cette dernière levée.

Matthew Clarkin (Bordeaux-Bègles) transforme son essai contre Brive ! 28 mai 2016

Matthew Clarkin (Bordeaux-Bègles) transforme son essai contre Brive ! 28 mai 2016Icon Sport

Pour prolonger sa saison d'au moins une semaine, Bordeaux-Bègles, déjà qualifié pour la prochaine Coupe d'Europe grâce à sa victoire sur Brive (34-7) samedi dernier, devra juste faire mieux que Castres. Pas évident vu la dynamique et la forme actuelle des hommes de Christophe Urios qui, si la météo ne pollue pas leurs plans, n'ont pas trop de souci à se faire face aux toujours champions de France en titre, qui ont visiblement hâte d'en finir avec cette saison.

Conscients de cette issue plus que prévisible, les Bordelais ont pris le pli de jouer le coup à fond face à un RCT qui a besoin d'un succès pour valider, au minimum, un barrage à domicile. Depuis le début de la semaine, "l'exploit" habite les hommes de Raphaël Ibanez, qui aiment à se retrouver dans ce type de scénarii.

Esprit Baa-baas ?

L'an dernier, opposés lors du feu barrage européen à Gloucester, lauréat de la Challenge Cup, une semaine après le traumatisme toulousain avec cette pénalité décisive de Lionel Beauxis ratée face aux perches, ils n'en menaient pas large sur le terrain pas très neutre de Worcester. Un drop de Pierre Bernard après la sirène changea leur destin.

Cette saison, sans pression pour leur première expérience dans la grande Coupe d'Europe, ils ont bouleversé l'histoire et la logique sportive en allant s'imposer du côté de Clermont avec une équipe remaniée, bonus offensif en prime (4 essais marqués suffisent pour l'obtenir en Champions Cup), éliminant les Auvergnats sur le coup, mais eux aussi, doublés sur la ligne par Exeter déjà au bénéfice des points-terrain.

Clément Maynadier (UBB)

Clément Maynadier (UBB)Icon Sport

"On va à Toulon avec le même état d'esprit qu'à Clermont" confirme le talonneur Clément Maynadier. "C'est une finale, on ne prétend pas qu'on va le faire, on prétend juste qu'on va essayer de continuer à rêver pendant 80 minutes. Il y aura juste plus de pression qu'au Michelin, plus de tout en fait". "Cela va être un match ouvert, engagé, avec beaucoup d'essais" prévient-il, réfutant qu'à moitié l'idée d'esprit "Baa-baas", "car on n'est pas là pour tout jouer non plus. On est là pour gagner, pour marquer le plus d'essais, on ne va se mettre en danger à relancer de nos 22, à ne pas taper un coup de pied".

"On a des cartes en main, il faut jouer notre va-tout pour n'avoir aucun regret, que l'on se fasse plaisir" insiste le centre Romain Lonca pour clôturer "une saison à la fois encourageante et frustrante". S'ils n'y parviennent pas dimanche soir, on parlera à coup sûr de sentiment d'inachevé dans leurs rangs. Mais on se félicitera aussi d'avoir obtenu le minimum syndical grâce au succès de Montpellier en Challenge Cup.

Contenus sponsorisés