Rugbyrama

Top 14 - Serin-Lonca, la charnière surprise et gagnante de l'UBB

Serin-Lonca, la charnière surprise et gagnante de l'UBB

Le 21/10/2015 à 17:29Mis à jour Le 24/10/2015 à 09:30

TOP 14 - Confronté aux blessures aux postes de demis, Bordeaux-Bègles a confié son animation à la jeune paire Baptiste Serin - Romain Lonca, efficace à Agen, en attendant le test toulousain.

On dit que le malheur des uns fait le bonheur des autres, à condition d'en faire bon usage. Pierre Bernard opéré d'un ménisque en septembre, Lionel Beauxis toujours en délicatesse avec un biceps, Heini Adams qui se remet doucement d'une entorse au genou... Il y avait des places à prendre ces dernières semaines à la charnière girondine et seulement trois candidats: l'ancien biarrot Yann Lesgourgues aux jambes de feu mais en difficulté quand la pression adverse augmente, Romain Lonca, revenu de mois de galère à cause de ses adducteurs, et enfin Baptiste Serin, bardé de sélections chez les jeunes.

Jamais associés en Top 14, Lonca et Serin ont prouvé à Agen (31-16) qu'ils avaient du répondant pour mener à bien le jeu de l'UBB, notamment le second nommé qui, en plus de buter (26 points inscrits), a joué une heure derrière la mêlée avant de finir à l'ouverture avec un jeu au pied efficace. Cette polyvalence, appréciable dans le rugby moderne, le rendrait presque quasi indispensable sur les feuilles de match bordelaises. "Baptiste a de la qualité dans son jeu, de la clairvoyance et aussi cet instinct de compétiteur qui me plait beaucoup", résume le manageur Raphaël Ibanez. "Il sait aussi, il ne s'en est pas caché quand on a débriefé le match d'Agen, qu'il a besoin de canaliser son énergie à ces postes stratégiques, cette énergie de vouloir bien faire et parfois trop dans la conduite du jeu. On parle de maturité, d'expérience".

Baptiste Serin (Bordeaux-Bègles) face à Agen - 16 octobre 2015

Baptiste Serin (Bordeaux-Bègles) face à Agen - 16 octobre 2015AFP

"Je n'ai pas tout bien fait", acquiesce l'intéressé, perfectionniste. "J'en ai loupé beaucoup" (8 coups de pied réussis sur 11 tentatives, ndlr), "j'ai des trucs à gommer". Malgré son âge (21 ans), Serin est de la graine des grands, son président Laurent Marti lui prédit même un bel avenir chez les Bleus depuis qu'il l'a vu débarquer en équipe première, que ce soit à l'entraînement, en Top 14 ou en Challenge européen (début en octobre 2012). Sa sortie à Armandie a peut-être alerté l'opinion publique sur son potentiel mais elle n'a fait que confirmer des qualités de mène et de maîtrise innées, déjà aperçues en U20 (Grand Chelem en 2014).

"Il est dans son truc, dans une progression logique car il est à l'écoute de ce que lui peut faire, de ce que les entraîneurs peuvent lui dire", poursuit l'ancien talonneur international. "Il a aussi pour lui l'expérience de la sélection chez les jeunes mais on le sait dans le mode de fonctionnement en France, l'écart qu'il peut y avoir entre les sélections jeunes et la grande équipe de France peut être assez conséquent et passe aussi par des performances au quotidien, en club, à l'entraînement mais aussi en match au plus haut niveau du Top 14. Il est sur la bonne voie s'il reste lucide".

La jeunesse et la polyvalence

Pour Lonca, 23 ans, ancien d'Hendaye (Fédérale 2) aux allures de Stephaen Larkham, polyvalent ouvreur-arrière, on peut parler de résurrection après une année 2014-2015 débutée sur les chapeaux de roues avant que des douleurs aux adducteurs, suivies d'une opération, ne le fassent considérablement déchanter."Il vient de vivre une période sombre après une blessure qui l'a écarté longtemps", indique Ibanez. "C'est vrai que cela a atteint son moral mais c'est un vrai compétiteur et la meilleure façon pour lui de s'exprimer était de chasser les doutes et être présent sur un terrain de rugby dans un match de Top 14. Ca va venir pour lui, on sent qu'il a la volonté de retrouver un bon niveau de performance".

Romain Lonca (Bordeaux-Bègles) face à Agen - 16 octobre 2015

Romain Lonca (Bordeaux-Bègles) face à Agen - 16 octobre 2015AFP

Le duo devrait poursuivre sur sa lancée samedi face à Toulouse pour un test encore plus grand en attendant le retour des cadres Bernard, Beauxis et Adams et l'arrivée de l'ouvreur néo-zélandais Simon Hickey d'ici la fin du mois qui ne sera pas de trop pour passer au mieux le bloc de 15 matches à venir.

Contenus sponsorisés
0
0