Icon Sport

Top 14 - Montpellier : la saison de la confirmation pour le MHR

La saison de la confirmation pour Montpellier

Le 12/08/2016 à 15:34Mis à jour Le 12/08/2016 à 15:40

TOP 14 - Après six premiers mois pour observer, puis une première saison pleine de transition, c'est désormais l'heure de digérer le grand ménage pour le MHR. Et de confirmer le fort potentiel d'un groupe encore renforcé pour le nouvel exercice.

S'il y a bien un club qui a fait parler de lui lors de la saison 2015/2016, c'est bien le MHR. En bien parfois, en mal aussi, allant même jusqu'à détrôner le champion du buzz toulonnais. En cause, au-delà des résultats qui furent au rendez-vous, le grand chamboulement, sur le terrain ainsi que dans les coulisses. Une large rotation d'effectif qui n'avait d'ailleurs rien à envier à celles qui avaient été observées lors des intersaisons précédentes...

Toujours est-il que Montpellier a réussi sa saison, la première de l'ère Jake White. Au-delà même des espérances du technicien : "J'ai toujours dit que je voulais gagner tous les matches, mais ce que nous avons réalisé pour une première saison ensemble a probablement dépassé les attentes de tout le monde. Et je sais aussi que ce sera difficile de recommencer". Montpellier sera en effet encore plus attendu qu'il ne l'était. Plus fort, aussi.

Jake White (Montpellier) - 11 août 2016

Jake White (Montpellier) - 11 août 2016Icon Sport

La leçon est retenue

Plus fort, car plus expérimenté, forcément. Un plus grand vécu commun, et surtout une meilleure connaissance des exigences du Top 14, notamment du côté du staff. "Ce que je retiens, c'est que le Stade français avait été champion en finissant sixième, que le Racing a été champion en finissant quatrième. Il n'est pas nécessaire d'être dans les deux premiers. Voilà une des leçons de l'an passé, ce qui est important, c'est comment on termine la saison, et je gèrerai l'effectif différemment désormais", explique White. Son équipe avait effectivement semblé très usée lors de la demi-finale disputée contre Toulon, ce qu'une rotation plus importante aurait pu éviter.

D'autant que cet effectif aura peu changé entre les deux exercices, renforcé par l'arrivée d'éléments de choix. Alexandre Dumoulin, Nemani Nadolo, Joe Tomane, entre autres. "Je connais mieux le groupe, et c'est donc plus facile maintenant de savoir qui faire venir pour apporter un plus. Nous avions besoin d'une ou deux pièces pour rendre ce groupe meilleur, et je crois que ces joueurs sont là. Montpellier sera plus fort cette saison. Vous avez discuté avec Nemani, vous pensez qu'on sera plus fort avec lui ou non ?", s'amuse-t-il.

Nemani Nadolo (Montpellier) - 11 août 2016

Nemani Nadolo (Montpellier) - 11 août 2016Icon Sport

Le colosse fidjien aura certainement son mot à dire. Blessé aux ischio-jambiers depuis trois semaines, il devrait pouvoir prendre part aux première rencontres de championnat. "Je suis très excité de l'opportunité de revenir en France, j'ai emmagasiné de l'expérience en huit ans, et j'espère pouvoir en faire profiter l'équipe ici sans surjouer. Je ne suis pas le plus rapide, ni le plus fit, mais je peux apporter mon gabarit en étant intelligent", souffle l'ancien joueur des Crusaders.

Courte préparation, calendrier infernal

Plus stable que lors des été passés, ères Galthié et White réunies, le MHR a ainsi débuté sa préparation d'intersaison avec un effectif quasi complet. Même si demeurent toujours quelques ombres au tableau. D'abord, et c'est un grand classique français, un repos assez court, qui n'a pas permis à tout le monde de se régénérer. Paul Willemse a par exemple quitté son attelle en début de semaine.

"Ce sera plus facile cette année d'intégrer les joueurs, les systèmes. Mais ce n'est pas logique de n'avoir qu'un mois avant d'affronter à nouveau la compétition. On aurait aimé profiter d'une plus longue intersaison pour refaire la caisse, soigner les bobos. On a besoin d'être prêt physiquement et on ne nous donne pas le temps nécessaire pour l'être", souffle Fulgence Ouedraogo.

Louis Picamoles a rendu visite à Fulgence Ouedraogo et Benoît Paillaugue

Louis Picamoles a rendu visite à Fulgence Ouedraogo et Benoît PaillaugueIcon Sport

"Je pense que c'est court, on a dû reprendre le rugby assez tôt. Je ne sais pas quand on sera prêt physiquement mais on va s'accrocher", confirme Benoit Paillaugue. Alors que les Héraultais devront aller à Toulouse pour la première journée, puis recevoir Clermont et se déplacer à Bordeaux-Bègles, l'interrogation demeure au sujet de leur capacité à tenir les rencontres. Réponse le 20 août.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés