Icon Sport

TOP 14 - Félix Le Bourhis: "Le rugby que l'on pratiquait à l'UBB ne me plaisait plus du tout"

Le Bourhis: "Le rugby que l'on pratiquait à l'UBB ne me plaisait plus du tout"

Le 10/08/2016 à 15:07

TOP 14 - Dans son dispositif de jeu, Vincent Etcheto aime avoir un centre explosif, un joueur rapide, capable de faire la différence dans la ligne en prenant l'intervalle. Forcément, lorsqu'il a vu Félix Le Bourhis en difficulté du côté de l'UBB, l'entraîneur bayonnais a vite décroché son téléphone pour lui parler de l'aventure bayonnaise.

Le discours entraînant d'Etcheto a vite fait de séduire un Félix Le Bourhis pourtant courtisé par d'autres clubs du Top 14. Un joli coup réussi par le promu. Une opportunité de rebondir pour le joueur arrivé au bout de son aventure avec Bordeaux, et ce bien malgré lui. En milieu de saison dernière, Félix Le Bourhis était encore un joueur utilisé de l'effectif bordelais. Mais après un match face au Racing au mois de février, plus rien.

"C'était une mise à l'écart du fait du manager", affirme le joueur. "Mon agent a d'abord demandé des explications au président qui a répondu que le manager n'arrivait plus à gérer mon mental. Je suis allé voir Raphaël Ibanez pour une explication. Il m'a dit que tout allait bien. Il y avait deux sons de cloches et je n'ai pas apprécié. J'aurais préféré que l'on soit franc avec moi. Ne pas être dans le groupe, ce n'est pas un problème. Mais il faut me donner les clés pour pouvoir revenir dedans et on ne me disait rien".

Félix Le Bourhis  (Bordeaux-Bègles) - 8 janvier 2016

Félix Le Bourhis (Bordeaux-Bègles) - 8 janvier 2016Icon Sport

Félix Le Bourhis avait encore un an de contrat à honorer avec l'UBB mais après cet épisode, il n'y avait plus d'autre issue qu'un départ. D'autant plus évident que le jeu pratiqué à Bordeaux n'était pas vraiment du goût du joueur: "On avait des flèches comme Talebula, Connor, Ashley Cooper qui ont marqué très peu d'essais. Ce n'est pas une critique, c'est juste un constat. Le rugby que l'on pratiquait ne me plaisait plus du tout."

Le Bourhis prêt pour un nouveau départ

À nouveau sous la houlette de Vincent Etcheto, Félix Le Bourhis retrouve à Bayonne un environnement favorable pour un nouveau départ. Peut-être retrouvera-t-on dans quelques semaines ce Félix Le Bourhis de 2014 qui termina la saison en trombe pour finir par monter dans l'avion direction l'Australie avec l'équipe de France. Cela aurait pu être la marche le propulsant vers le très haut niveau. L'expérience reste l'apogée de sa carrière. Une sélection et un match raté à l'aile, un poste inhabituel pour lui. On ne le reverra plus en bleu. Sans amertume et malgré des circonstances atténuantes, il juge "ne pas avoir réussi à saisir sa chance".

Après cette tournée, rien ne serait plus comme avant et le joueur entre dans "une spirale hypernégative". Il raconte,"à la fin de la tournée j'ai eu des douleurs aux adducteurs. Puis j'ai passé une saison à jouer avec une pubalgie. On me reprochait parfois de ne plus avoir de gaz, sauf qu'on me demandait de jouer en étant sous anti-inflammatoires. C'est une période ou je me suis senti en grande difficulté. Cette pathologie m'a plus que freiné, elle m'a fait régresser. Tout joueur qui est à 30% mais qui sent pouvoir jouer, joue quand même. C'était un mauvais choix de ma part. J'aurais dû arrêter et me faire opérer. Je l'ai fait plus tard". Lorsqu'il revient, son UBB, celui dans lequel il se voyait "passer toute sa carrière" est en train de muter.

À Bayonne, le centre international arrive débordant d'envie: "J'ai fait le choix de régresser en termes de classement en venant dans un club promu, mais mon objectif était d'aller dans un environnement qui me conviendrait mieux et de jouer au rugby c'est tout. Ceux qui me taxeront de ne pas accepter la concurrence, je leur dirais que je suis en concurrence seulement avec moi-même". Le trois-quarts centre prend surtout le risque de se trouver dans une équipe en difficulté. Peu importe pour ce spécialiste des aventures heureuses, lui qui était de celles de Montauban, Carcassonne et surtout Bordeaux.

Félix Le Bourhis livre l'un des secrets qui permettra à Bayonne de déjouer tous les pronostics. Malgré ses 28 ans et son expérience, il doute encore, il a "peur d'être ridicule". Il sourit: "C'est ce qui fait avancer et j'espère qu'on aura la trouille comme pas possible contre Toulon et à tous les matches. Que cette trouille nous serve à nous surpasser, qu'elle nous permette de gagner."

Contenus sponsorisés