Icon Sport

Top 14 - Du foot au rugby, accident de scooter, Pays basque... voici Anthony Etrillard

Du foot au rugby, accident de scooter, Pays basque... voici Anthony Etrillard

Le 25/08/2015 à 14:07Mis à jour Le 27/08/2015 à 16:46

TOP 14 - Arrivé cet été de Bayonne, Anthony Etrillard devrait intégrer, pour la première fois, le groupe du RCT pour le déplacement à Castres. Si sa préparation a été perturbée par un accident de circulation, le talonneur de 22 ans entend bien rattraper le temps perdu et valider sa première expérience hors du Pays basque.

Un accident de scooter freine sa préparation

Il a posé ses valises à Toulon début juillet. Mais depuis, Anthony Etrillard n'a pas porté les couleurs de son nouveau club. La faute à un accident de la circulation. "J'ai eu un accrochage en scooter, fin juillet. Je n'ai pas vu une voiture...", se souvient l'ancien bayonnais. Un coup de frein qui l'a privé des deux matchs de préparation et de la première journée de Top 14 face au Racing.

Anthony Etrillard (Toulon) en préparation - 9 juillet 2015

Anthony Etrillard (Toulon) en préparation - 9 juillet 2015Icon Sport

Mais après un mois de convalescence, les médecins lui ont donné le feu vert pour reprendre la compétition, dès cette semaine. "Ça aurait pu être plus grave, mais ça m'a tout de même coupé dans la préparation, surtout que l'accident a eu lieu juste avant le stage de pré-saison. J'ai pris un peu de retard, mais je vais travailler dur pour être à 100 % au plus vite", analyse-t-il.

La "basque connection" à Toulon

A Toulon, le talonneur de 22 ans connaît sa première expérience hors des frontières de son Pays basque. Un départ pas forcément prévu. "Je savais qu'un jour je pourrais changer de club, mais il est vrai que c'est arrivé précipitamment", explique Etrillard. Son contrat avec l'Aviron courrait jusqu'en 2016, mais la relégation de Bayonne a accéléré les choses. "Ce n'était pas un choix facile à faire mais je suis très content d'être ici. Quand Toulon vous sollicite, c'est très excitant car c'est un très gros club. Une opportunité comme celle-là, on n'en a peut-être pas deux dans sa vie. A moi de tout faire pour réussir". Orphelin de sa terre natale, "ça me manque parfois", confesse-t-il, il retrouve à Toulon un peu du Pays basque.

Anthony Etrillard et Charles Ollivon (Toulon) en préparation - 9 juillet 2015

Anthony Etrillard et Charles Ollivon (Toulon) en préparation - 9 juillet 2015Icon Sport

Durant l'été, son coéquipier à Bayonne et ami Charles Ollivon a également rejoint le Var. "Avant de signer, on en a discuté avec Charles, même si chacun a pris la décision de son côté. C'était quand même bien pour nous de partir de Bayonne avec quelqu'un que l'on connaissait. Ça fait 6-7 ans qu'on joue ensemble. On était content de se retrouver ici", révèle le talonneur aux 37 matchs de Top 14.

Du foot au rugby, de la troisième ligne au talon

S'il est encore jeune, les spécialistes lui prédisent un avenir radieux. En le faisant signer pour les trois prochaines saisons, le RCT semble également miser sur son éclosion et son talent. Pourtant, plus jeune, Anthony Etrillard semblait bien loin de l'élite du rugby. Gamin, il arpentait les stades du Pays basque, mais avec un ballon rond au bout du pied. "Jusqu'à l'âge de 10 ans, je jouais au foot. J'étais avant-centre. Mes parents ne voulaient pas que je fasse du rugby", révèle-t-il. Il parvient cependant à convaincre sa famille de rejoindre le club du rugby local, avant de prendre la direction l'Aviron à 14 ans. "Au départ, je jouais troisième ligne, mais suite à une blessure j'ai pris du poids et j'ai rétrogradé de ligne!", s'amuse celui qui affiche, aujourd'hui, 108 kg sur la balance pour 1m80.

Anthony Etrillard (Bayonne) face à Lyon - le 11 octobre 2004

Anthony Etrillard (Bayonne) face à Lyon - le 11 octobre 2004Icon Sport

Il poursuit alors son ascension jusqu'à éclore au haut niveau. Et après s'être imposé à Bayonne, il devra désormais faire face à la concurrence de Guilhem Guirado et de Jean-Charles Orioli sous le maillot du RCT. "Cela fait partie du sport. Je pense que ça peut m'aider à progresser. Dans un premier temps, j'espère bien m'intégrer et jouer le maximum de matchs. Je prendrai tout à 100 % et je ne veux pas avoir de regrets. Je veux montrer qu'on peut compter sur moi", estime Anthony Etrillard.

Aujourd'hui Toulonnais, mais toujours Bayonnais de coeur

Dimanche à Castres, il pourrait connaître sa première dans le groupe toulonnais et fouler la pelouse avec le maillot du RCT sur les épaules. "Ca va être étrange pour moi, car je n'ai toujours porté que le maillot de Bayonne", sourit-il. D'ailleurs, Anthony reste attentif aux résultats de son club de cœur. "J'ai vu leur victoire lors de la première journée, j'espère qu'ils vont faire une grande saison pour montrer qu'après tout ce qu'il y a eu, ils ne sont pas au fond du trou".

Anthony Etrillard et Charles Ollivon (Toulon) en préparation - 9 juillet 2015

Anthony Etrillard et Charles Ollivon (Toulon) en préparation - 9 juillet 2015Icon Sport

Loin de Jean-Dauger, il lui reste maintenant à faire son baptême du feu à Mayol pour être un vrai "minot toulonnais". Vendredi dernier, c'est en spectateur qu'il a connu sa première sur les bords de la Rade. "Je connaissais la réputation de Mayol, mais l'arrivée des joueurs c'est impressionnant, tout comme l'engouement autour du club. Dans la région, les gens sont accrocs ils sont à 100% rugby et derrière Toulon. Au Pays basque c'est un peu pareil, sauf qu'il y a plusieurs clubs. Ici, il n'y a que Toulon. C'est le Marseille du rugby", conclut Anthony Etrillard. Remis sur pied, il a maintenant toutes les cartes en main pour se faire une place au soleil et bousculer la hiérarchie des talonneurs.

Contenus sponsorisés
0
0