AFP

TOP 14 - Cabossée l'an passée, la mêlée de Grenoble "veut regagner le respect"

Cabossée l'an passée, la mêlée de Grenoble "veut regagner le respect"

Le 12/07/2016 à 17:24Mis à jour Le 12/07/2016 à 17:46

TOP 14 - Trop fragile sur les bases la saison dernière, le FCG a décidé de faire un gros travail sur la mêlée en particulier durant l’intersaison. Dès la reprise la semaine dernière, les avants se sont mis à la tâche jusqu’à effectuer une opposition à huit contre huit le vendredi. Dans un premier temps, le but est de "regagner le respect" dans ce secteur de jeu.

Lors de sa conférence de presse de fin de saison dernière le 4 juin, à la veille de l’ultime rencontre face à Toulouse (12-52), parmi les cinq grands "objectifs qualificatifs" fixés par Marc Chérèque pour 2016-2017, sa dernière saison en tant que président du FCG, figurait "travailler particulièrement les secteurs en souffrance : défense, conquête et jeu au pied". La conquête a été en effet un gros point noir pour les Isérois en 2015-2016. Trop rarement dans un même match, la touche et la mêlée ont fonctionné de concert. Face à un groupe toulousain remanié, en quête d’un hypothétique barrage à domicile, ces difficultés ont atteint leur paroxysme avec une douzaine de pénalités concédées en mêlée et un carton jaune. Certes, le pack du FCG était diminué par les blessures de joueurs majeurs et la fin de saison était sans réels enjeux sportifs, mais ça a fait désordre.

Jackman : "Notre point faible, c’est la mêlée"

Grenoble a conclu 2015-2016 sur un septième revers au Stade des Alpes et sept défaites d’affilée en Top 14. À absolument ne pas reproduire lors de l’exercice 2016-2017 sous peine de descente assurée en Pro D2. "La saison dernière, on a été trop en dents de scie. Ça, c’est fini. Il faut avoir beaucoup de rigueur, peut-être plus qu’avant, et être constant. Cette saison sera plus dure que jamais. Il n’y a pas une équipe faible. Il faut se préparer du mieux possible et être conscient que ça va être un défi énorme. C’est excitant. Je préfère ça à une compétition sans relégation et avec des équipes faibles", assure Bernard Jackman, prolongé avant l’été jusqu’en 2019 à Grenoble et devenu le vrai patron du sportif.

La mêlée de Grenoble veut "regagner le respect"

La mêlée de Grenoble veut "regagner le respect"Icon Sport

Pour améliorer la conquête, un entraîneur des avants est arrivé au FCG, le Néo-Zélandais Aaron Dundon, et un vrai travail est entrepris dans ce secteur depuis la reprise le 4 juillet. "Notre point faible, c’est la mêlée", reconnaît d’emblée Jackman. La première semaine, on a déjà bien avancé avec nos mêlées. "On a fait de la qualité : stratégie, technique. Vendredi matin, on a effectué note première séance à huit contre huit. Mais chaque jour de la semaine on les a travaillées, on y est allé progressivement. L’objectif de cette préparation est de se concentrer sur la conquête, notre condition physique pour être capable de défendre proprement et travailler encore sur notre système de défense. Si on a une bonne conquête, on a déjà une bonne attaque".

Avoir un huit de devant dominateur

La conquête est une vraie priorité. "Durant cette préparation, 60 % du temps va être consacré à la conquête. La mêlée fait partie de la culture et de l’histoire de ce club. La première étape, c’est de regagner le respect en mêlée. Après, notre but à moyen et long terme, c’est d’avoir une mêlée dominatrice", annonce l’ancien talonneur international irlandais. "Comme nos supporters, on n’accepte pas de reculer en mêlée comme on l’a fait la saison dernière".

La mêlée de Grenoble est clairement l'un des points faibles

La mêlée de Grenoble est clairement l'un des points faiblesIcon Sport

Bernard Jackman ajoute avoir "confiance" en ses avants. "On a dans notre effectif les joueurs pour avoir une bonne mêlée. C’est juste une question de quantité et de qualité". Alors que durant la saison, avec des matches toutes les semaines ou presque, "le budget temps est limité" pour bien travailler la conquête, cette intersaison est le moment propice pour le faire. On verra lors de la reprise du Top 14 si ce travail accompli donne déjà des premiers résultats.

Contenus sponsorisés