Icon Sport

Teddy Iribaren s'éclate clairement à Brive

Iribaren s'éclate clairement à Brive

Le 29/12/2015 à 11:35Mis à jour Le 29/12/2015 à 11:38

TOP 14 - Il est l'une des belles surprises de ce début de saison: à Brive, Teddy Iribaren a retrouvé le plaisir de jouer après un passage mitigé à Montpellier. Le demi de mêlée a vraiment trouvé avec le CAB un club qui lui va comme un gant après être passé par Toulouse, Tarbes et le MHR. Récit.

Une ascension linéaire

Avec sa barbe épaisse et ses roublardises de demi de mêlée, Teddy Iribaren possède déjà un sacré bagage au sein du Top 14. Mais ce serait oublier bien vite que l’ancien Montpelliérain n’a que 25 ans et tout l’avenir devant lui. Pourtant, sa carrière est déjà bien remplie depuis ses débuts au Stade toulousain. "Tout petit à Toulouse, je suis venu au rugby par mon frère et mon père qui jouaient tous les deux. J’avais vraiment très envie de faire comme mon grand frère, alors je me suis pris au jeu et je n’ai jamais lâché. Au Stade toulousain, j’étais en concurrence avec des joueurs qui étaient simplement plus forts que moi. Dès lors, je n’ai aucun regret de n’avoir pu m’imposer car j’ai beaucoup appris et c’est ce qui m’a permis de construire la carrière qui m’a mené là où j’en suis aujourd’hui".

C’est Philippe Bérot, alors entraîneur de Tarbes, qui lui donne l’occasion de prouver son talent aux pieds des Pyrénées. "Je ne savais pas trop si c’était un bon ou mauvais choix mais finalement après une première saison gâchée par une blessure, ça s’est super bien passé. J’ai passé trois très belles années là-bas". Une expérience qui lui a permis de se faire remarquer par un certain Fabien Galthié.

Teddy Iribaren (Brive) face à Castres - 27 décembre 2015

Teddy Iribaren (Brive) face à Castres - 27 décembre 2015Icon Sport

Montpellier ou un goût d’inachevé

Iribaren continue de progresser dans l’antichambre du Top 14, et retrouve l’Elite du rugby en signant à Montpellier. "Montpellier me donnait l’occasion d’enfin savoir si j’avais le niveau pour évoluer en Top 14. Au contact de Fabien Galthié, j’ai appris beaucoup sur le plan de la technique propre au poste de demi de mêlée. Avec beaucoup de temps de jeu au début, je prenais vraiment de plaisir. Mais après l’arrivée de Jake White, j’ai compris que je n’entrais plus dans les plans. J’ai respecté la décision du nouveau coach et j’ai compris que mon avenir était ailleurs, même si je suis resté en très bon terme avec le club".

C’est alors que le staff du CABCL décide de se renseigner sur la situation du jeune demi de mêlée. Nicolas Godignon avait ciblé clairement ce profil afin d’aider le club à franchir un cap. "C’est un garçon qui se montrait performant mais qui n’entrait plus dans les plans de Montpellier. Même s’il était encore sous contrat, on a sauté sur l’occasion car c’était un joueur qui correspondait parfaitement à ce que l’on souhaitait apporter à l’équipe. Aujourd’hui, avec de la confiance et du temps de jeu, il peut enfin s’exprimer pleinement. Au cœur d’un club aux valeurs familiales, il s’épanouit pleinement avec le groupe et progresse comme nous avec humilité". Son adaptation se fait rapidement au sein d’un groupe uni et solidaire et ses premières sorties avec son nouveau club se traduisent par de probants succès.

Teddy Iribaren lorsqu'il portait les couleurs de Montpellier

Teddy Iribaren lorsqu'il portait les couleurs de MontpellierIcon Sport

Brive, un club qui correspond à ses valeurs

C’est ainsi qu'il débarque à Brive, pour reprendre sa progression et aider le club à se stabiliser dans l’Elite. "J’avais un peu de choix mais j’ai vite eu envie de venir à Brive car c’est un club qui ressemble à Tarbes et dans lequel je savais que je me sentirais bien. Dans mon esprit, j’étais peut-être un peu revanchard, mais à mon arrivée j’ai voulu avant tout me fondre dans le groupe pour m’adapter et m’intégrer au plus vite, mais je n’ai pas changé d’état d’esprit. En étant sur le terrain, c’est plus évident de progresser et de gagner en confiance en soi. Avec Jean-Baptiste Péjoine et Philippe Carbonneau (entraîneur des trois-quarts), j’ai deux hommes d’expérience à mon poste et je pense qu’on apprendra beaucoup à leur contact avec Bastien Duhalde, lui aussi arrivé au club cette année".

La mayonnaise prend alors forme et l’excellent début de saison de Brive est à comparer à celui de son nouveau demi de mêlée. "Collectivement, on a tous été un peu surpris de ce très bon début de saison. On est très content de notre place, on savoure celle-ci mais on ne se prend pas la tête car on n’oublie pas que la saison passée, le club avait sauvé sa tête en Top 14 lors de la dernière journée". A l’image de son club, les sorties d’Iribaren ne passent pas inaperçues et son implication au quotidien peut laisser espérer une marge de progression encore importante. "Quand je vais à l’entrainement, j’ai l’impression d’avoir 18 ans. J’écoute et j’apprends au contact de ce groupe et j’ai le sentiment de progresser en même temps que le club briviste, Je me sens vraiment très bien à Brive et c’est ce qui me donne vraiment envie de m’installer durablement ici".

Teddy Iribaren (Brive) face à Pau - 24 octobre 2015

Teddy Iribaren (Brive) face à Pau - 24 octobre 2015Icon Sport

Les Bleus, le rêve

Une progression qui pourrait lui donner de nouvelles ambitions internationales ou même des envies d’ailleurs, mais face à cette perspective, Teddy reste modeste et montre une volonté d’avancer avec le club qui lui a accordé la confiance qu’il attendait. "Le poste de demi de mêlée est très fourni en France. Aujourd’hui, je suis là pour mon club et mes coéquipiers et j’essaie de faire les meilleures prestations possibles. Mais c’est vrai que l’équipe de France est un rêve pour tous, néanmoins j’ai conscience de la réalité des choses et je sais que j’ai encore beaucoup de travail à fournir pour envisager quoi que ce soit". Un travail qui lui permettra de se rappeler aux bons souvenirs de son ancien club ce samedi, puisque le CABCL accueillera Montpellier pour la nouvelle année.

Contenus sponsorisés
0
0