Icon Sport

Même si Ma'a Nonu est solide comme un roc, sa présence en finale est soumise à des conditions

Même si Nonu est solide comme un roc, sa présence en finale est soumise à des conditions

Le 19/06/2016 à 14:28Mis à jour Le 19/06/2016 à 15:02

TOP 14 - Ma'a Nonu a subi un terrible K.O samedi lors de la deuxième demi-finale de Top 14 Toulon-Montpellier. Son manager s'est montré très rassurant quant à ses chances d'être du voyage à Barcelone six jours plus tard. Mais un protocole existe et devra être respecté.

Anthony Tuitavake n'est pas le plus massif des centres du Top 14 (1,82m, 94kg). Il rend douze kilos à son homologue toulonnais Ma'a Nonu. Pourtant, quand ce dernier à reçu sa charge à l'épaule plein fer au niveau de la tempe, la lumière s'est éteinte dans toutes les pièces de son cerveau. "Tout le monde a vu que la charge n'était pas bonne", affirme son coéquipier Bryan Habana. "Il se fait découper ! Mais Ma'a est quelqu'un de très fort et de très solide".

Les indices de la commotion cérébrale, comme la définit la note d'information de la FFR qui fait autorité sur le sujet, sont évidents : chute au sol accompagnée de crises toniques posturales (les bras du joueurs restent en l'air), convulsions, puis regard dans le vague et troubles de l'équilibre dans les instants qui ont suivi. Sans surprise, sa sortie à un quart d'heure de la fin a été définitive.

Ma'a Nonu K.O après un choc avec Anthony Tuitavake - 18 juin 2016

Ma'a Nonu K.O après un choc avec Anthony Tuitavake - 18 juin 2016Icon Sport

Laporte : "Il va très bien"

Pourtant, 45 minutes environ après le coup de sifflet final de ce Toulon-Montpellier, son manager se montrait d'une assurance déconcertante : "On va l'avoir avec nous pour la finale, il va très bien", a t-il lâché, sans l'ombre d'une hésitation. "Il a fait un test respectant le protocole commotion cérébrale qui montre qu'il va bien. Après, il y aura sûrement un autre test lundi et encore un autre mardi, ce qui est normal. La santé du joueur est prioritaire et primordiale, surtout pour moi".

Et aussi incroyable que cela puisse paraître, Nonu passait, quelques minutes plus tard, devant les journalistes pour regagner son bus, d'un pas décidé, grand sourire et disponible pour quelques selfies avec les supporters. À se demander de quel bois est fait ce joueur.

Ma'a Nonu (Toulon) - 18 juin 2016

Ma'a Nonu (Toulon) - 18 juin 2016Icon Sport

Guirado : "Si Bastareaud doit jouer, je sais qu'il aura faim"

Comme l'a évoqué Bernard Laporte, des tests complémentaires seront inévitablement effectués dans les prochains jours sous le contrôle d'un neurologue. L'agenda du Neo-Zélandais ressemblera à ce que préconise le protocole à suivre : aucune activité comprenant un risque de nouvelle commotion pendant 48 heures minimum et du repos "tant que le joueur est encore symptomatique", puis reprise progressive de l’activité sportive envisageable dès que le joueur ne se plaint plus de rien, par palier (1 - reprise progressive avec des exercices d'aérobie ; 2 - reprise du cardio et des activités sans risque d'impact crânien ; 3 - reprise du rugby sans contact ; 4 - reprise de l'entraînement normal ; 5 - reprise de la compétition) avec "au minimum 24 heures pour chacun, au terme de chacun desquels le joueur ne doit ressentir aucune récidive de symptômes".

Autrement dit, si le protocole est respecté scrupuleusement, Nonu ne pourrait être déclaré apte à la compétition que vendredi, jour de la finale. Le timing est donc serré. En cas de pépin, Guilhem Guirado a une solution toute trouvée : "Ma'a est un élément important de notre dispositif mais je connais aussi Mathieu Bastareaud. Il a les dents longues et s'il doit jouer, je sais qu'il aura faim".

Contenus sponsorisés
0
0