Icon Sport

Levani Botia (La Rochelle) est entré "dans une autre dimension" depuis son retour du Mondial

Depuis son retour du Mondial, Botia est entré "dans une autre dimension"

Le 29/10/2015 à 17:53Mis à jour Le 29/10/2015 à 17:54

TOP 14 - Toujours aussi dangereux pour les défenses adverses, le centre rochelais Levani Botia a participé au Mondial avec les Fidji. Une expérience qui l’a fait grandir.

Le Top 14, les Fidjiens de La Rochelle - le centre Levani Botia et l’arrière Kini Murimurivalu, éliminés avec leur équipe de la Coupe du monde dès la phase de poule - n’auront pas mis longtemps à le retrouver. Dix jours s’étaient écoulés depuis leur retour à La Rochelle qu’ils étaient déjà sur une pelouse du championnat, à Toulouse, le 16 octobre (5e journée). Botia, 26 ans, affublé par le manager rochelais Patrice Collazo d’un surnom qui lui est resté (“le Tronc d’arbre”), a pu engranger de l’expérience au Mondial. Tout autant que des souvenirs. "J’ai été heureux de jouer la Coupe du monde", raconte le Fidjien. "Fier de jouer avec mes frères. Le coach (John McKee, ndlr) m’a donné l’opportunité de jouer, je l’en remercie. J’ai affronté certains des meilleurs joueurs de la planète que je regardais avant à la télé. Ça m’a donné confiance".

" Le pays de Galles, mon meilleur souvenir"

L’Angleterre et l’Australie, si Botia les a vues des tribunes, ce n’était pas le cas du match contre le pays de Galles, le 1er octobre à Cardiff. "C’est mon meilleur souvenir car c’est la rencontre qui m’a permis de prendre part à la Coupe du monde. C’était quelque chose de spécial pour ma famille et mon village". A plusieurs milliers de kilomètres du pays de Galles, là-bas au milieu du Pacifique, ses enfants étaient en effet debout pour suivre les exploits de leur papa, malgré le décalage horaire. "Ils m’ont appelé après le match, et m’ont dit que j’avais bien joué", glisse “Leps”, dans un grand sourire. De la Coupe du monde, il gardera aussi en tête le Millenium Stadium et notamment "l’atmosphère de ce stade avec 80 000 personnes, c’est quelque chose".

Levani Botia (Fidji) face au pays de Galles - Septembre 2015

Levani Botia (Fidji) face au pays de Galles - Septembre 2015AFP

Percussions et percées ravageuses

Le natif de Naitasiri, passé par le VII et sa Coupe du monde avant d’arriver en France au début de l’année 2014, a vite refait parler de lui lors du match à Toulouse dans la dimension physique avec des percussions et des percées ravageuses, avant de marquer un essai contre Agen dimanche dernier. "Content de pouvoir jouer à nouveau avec La Rochelle", il est aussi un joueur qui a "grandi", pour Patrice Collazo. "Leps est dans une autre dimension. Non pas qu’il est plus légitime dans le vestiaire car il l’était déjà par son jeu mais il a évolué vers plus de certitudes et de maîtrise. Je peux déjà le voir dans la manière qu’il s’exprime. C’est un joueur qui part sur un cycle nouveau dans son quotidien". Avec en ligne de mire, la prochaine Coupe du monde au Japon, en 2019.

Levani Botia, le centre de La Rochelle

Levani Botia, le centre de La RochelleIcon Sport

Contenus sponsorisés
0
0