AFP

FINALE TOP 14 - Toulon - Racing 92 (21-29) - Le Racing 92 champion de France

Ce Racing est vraiment géant !

Le 24/06/2016 à 22:42Mis à jour Le 24/06/2016 à 23:28

TOP 14 - A 14 pendant plus d'une heure, le Racing a réalisé un improbable exploit en battant Toulon (21-29) afin de décrocher le titre de champion de France. 26 ans après son dernier. Au terme d'un match qui va rester très longtemps dans les mémoires...

Hallucinant ! Il n’y a pas d’autre mot. Oui, cette finale 2016 va rester dans les mémoires. Pour longtemps. En infériorité numérique pendant plus d’une heure après le carton rouge de Machenaud pour un plaquage cathédrale (18e), on ne donnait pas cher de la peau du Racing 92. Sauf que les Franciliens ont été transfigurés. Portés par un orgueil surnaturel. Touchés par la grâce, ils ont passé un 20-0 à un RCT devenu apathique (21-29). 26 ans après, le Racing 92 soulève de nouveau le bouclier de Brennus. Incroyable.

Machenaud maudit, ses partenaires en état de grâce

Pour Maxime Machenaud, la finale du Top 14 s'est arrêtée au bout de dix-huit minutes. Un plaquage cathédrale sur Matt Giteau l'a renvoyé prématurément aux vestiaires. Dur mais pas si illogique, la tête de Giteau heurtant le sol. Un fait de jeu qui a fait basculer le rêve du vice-capitaine au cauchemar, condamnant pratiquement les Franciliens à perdre leur seconde finale de la saison. Les Toulonnais pensaient alors qu'il était impossible de voir ce titre leur échapper, c'est pour cela que les Racingmen l'ont fait en livrant, chacun à leur manière, une copie exceptionnelle.

Henry Chavancy (Racing 92) face à Toulon - 24 juin 2016

Henry Chavancy (Racing 92) face à Toulon - 24 juin 2016AFP

Parfois tancé pour sa tenue en mêlée, Eddy Ben Arous a écœuré les Toulonnais en grattant ballon sur ballon dans le jeu au sol, obtenant pas moins de quatre pénalités dans cet exercice (11e, 24e, 34e, 44e). Demi de mêlée intérimaire après la sortie de Machenaud, Juan Imhoff s'est sacrifié pour les besoins de son équipe et a bien rempli la tâche. Carter, Tameifuna, Masoe, Goosen... presque tous mériteraient d'être mis en lumière. Il fallait de toute façon bien cela pour revenir d'aussi loin.

Toulon a flanché et le regrettera longtemps

Le RCT a mené 14-6 à la demi-heure de jeu grâce à un essai en force de Gorgodze (29e). Trente minutes de jeu plus tard, il s'est retrouvé derrière 14-26, après une inspiration lumineuse de Rokocoko (59e), bonifiée par l'impeccable Carter au pied (5/6 et 15 points inscrits). Les Varois ont eu une balle de match en mêlée à 5 mètres de l'en-but francilien (77e) mais Ben Tameifuna est revenu du banc pour leur faire un peu plus comprendre que ce soir n'était pas le leur. Qu'il sera compliqué pour les Varois de se remettre d'un tel échec, loin de la belle sortie imaginée par tout le club pour son manager Bernard Laporte ! Les Racingmen lui ont gâché la fête pour s'offrir la leur. Et conserver le bouclier de Brennus dans la région parisienne.

Juan Martin Fernandez Lobbe (Toulon) face au Racing 92 - 24 juin 2016

Juan Martin Fernandez Lobbe (Toulon) face au Racing 92 - 24 juin 2016AFP

Contenus sponsorisés
0
0