Icon Sport

22e journée Top 14, USO-La Rochelle - "Ici, ici, c’est Oyonnax" et on vous dit pourquoi !

"Ici, ici, c’est Oyonnax" et on vous dit pourquoi !

Le 28/04/2016 à 18:18Mis à jour Le 28/04/2016 à 18:19

CHAMPIONNAT - Dans quelques semaines, Oyonnax retournera très probablement en Pro D2 après trois saisons en Top 14 mais les supporters – qui font l’âme de ce club – répondent toujours présents. Ils seront encore presque 10 000 à soutenir leur équipe ce week-end. Retour sur l'origine d'un chant mythique et des légendes qui entourent ce club atypique.

Rendez-vous est pris dans le club-house du stade Charles-Mathon avec Jacqueline, présidente de l’Amicale des Supporters de l’USO Rugby qui revendique plus de 450 adhérents, dont quelques-uns se sont joints à cette rencontre. Un échange touchant.

Parce qu’ici c’est Oyonnax, et pas ailleurs

En allant un jour de match à Mathon, vous croiserez forcément un supporter qui vous dira connaître celui qui connaît, celui qui connaît… Bref ! Celui qui connaît la personne qui a lancé pour la première fois le fameux "Ici, ici, c’est Oyonnax" ; chant mythique désormais repris dans tous les stades de France et de Navarre. "C’est Jean-Jacques", assure Jacqueline. Bernard raconte. Il faut en vérité remonter au 9 mai 2010 lors d’un duel contre La Rochelle, futur adversaire ce week-end.

Des supporters d'Oyonnax affichent leurs couleurs

Des supporters d'Oyonnax affichent leurs couleursIcon Sport

Le gagnant devait recevoir l’autre en demie d’accession de Pro D2 et de légères échauffourées éclataient. Le chant partait, le stade reprenait. Les Rochelais s’imposaient et reprennaient la palabre avant de monter quelques semaines plus tard en Top 14. La France découvrait alors ce chant entonné à Marcel-Deflandre mais tout serait parti du Haut-Bugey où l’on prend ce "plagiat" avec humour. "S’il avait déposé un brevet, il serait riche", rit-on.

" Aller de l’avant, c’est l’esprit oyonnaxien que ce soit l’esprit rugby ou industriel"

Ce cri n’est pas intempestif et "sert à se faire respecter", précise Jacqueline. Le respect, dans les gênes de cette ville qui doit sans cesse batailler pour lutter contre les clichés. "Aller de l’avant, c’est l’esprit oyonnaxien que ce soit l’esprit rugby ou industriel", témoigne Alain, attaché au fait que les joueurs doivent vivre sur le territoire pour comprendre sa spécificité.

Photo de joie lors du premier match de la saison à domicile contre l'UBB - Photo: Julien Plazanet

Photo de joie lors du premier match de la saison à domicile contre l'UBB - Photo: Julien PlazanetRugbyrama

Enclavé, le Haut-Bugey est un fief de la plasturgie qui autrefois abritait des ours. Les ours justement, "Christophe Urios a travaillé le concept et forcé le trait pour montrer l’empreinte oyonnaxienne et donner une âme", poursuit ce même supporter. Le débat se crée et Bernard retrouve quant à lui des similitudes avec des villes comme Saint-Etienne, Sochaux ou Lens "à l’esprit ouvrier". Celui de l’USO a été élu deux fois meilleur public de France en Pro D2 et a souvent fait la réputation du stade Mathon, longtemps citadelle imprenable.

À Oyonnax aussi, on pleure deux fois

On dit de l’USO et d’Oyonnax que c’est différent, particulier. Johann Authier est entraîneur après avoir été joueur et son club de cœur, c’est Grenoble. "Quand je suis parti, je me suis dit que ce serait dur de trouver mieux ailleurs mais quand je suis arrivé ici, il y a eu une atmosphère particulière et un accueil différent" , confie-t-il.

Photo de groupe lors du dernier déplacement à Brive - Crédit: Julien Plazanet

Photo de groupe lors du dernier déplacement à Brive - Crédit: Julien PlazanetRugbyrama

L’ancien demi de mêlée poursuit: "Il y a une sorte de chaleur qui est inexplicable. Nos supporters sont toujours là et nous encouragent même dans la difficulté. Je ne suis pas sûr que dans d’autres clubs, ce soit le cas". L’on veut pour preuve le tour d’honneur des Oyomen après la défaite contre Grenoble début avril. "C’est un club qui a les reins solides et atypique parce qu’avec moins de moyens que les autres, il arrive à être compétitif, à se structurer et à avancer. Il y a une sorte d’arrêt cette année mais cela ne l’empêche de continuer à avoir des projets" , conclut le coach.

" Urios disait à ses recrues qu’il n’y avait pas la plage et que tout fermait à 21h"

Il est vrai que pour signer à l’USO quand on n’est pas du coin, il faut être convaincu par le projet sportif mais la ferveur séduit à coup sur. "Christophe Urios disait à ses recrues qu’à Oyo, il n’y avait pas la plage, que tout était fermé à 21 heures avant de leur laisser le choix" , plaisante Bernard. Le côté famille, on l’entend beaucoup mais c’est à ce moment aussi que le débat évolue. La discussion en cours attire et les participants sont en désaccord.

Quelques supporters historiques d'Oyonnax - Crédit: Julien Plazanet

Quelques supporters historiques d'Oyonnax - Crédit: Julien PlazanetRugbyrama

"On ne peut pas faire du familial au haut niveau", dit l’un, "il faut vivre sur le territoire pour s’imprégner" , répond l’autre. La particularité est résumée dans cette échange. Lyon ou Genève sont à une heure de route alors que cette cité d’un peu plus de 22 000 habitants (pour un bassin de presque 60 000 habitants) revendique aussi son identité. Elle a pris goût au Top 14 et compte bien vite le retrouver à l’image de son projet sportif ambitieux tout juste dévoilé.

L’avenir est vu avec optimisme

Sur la saison écoulée, "très difficile" résonne en chœur. "On voulait que l’entraineur fasse du Urios et l’on n’a pas accepté le changement. On a pris l’habitude de Christophe qui était là de 7h à 23h" , lance le gardien des lieux mais "ce n’est pas Olivier Azam qui a fait descendre Oyonnax", enchaine d’un ton sûr Alain ! La mutation à tous les niveaux et l’absence des cadres présents à la Coupe du monde sont des arguments.

La mayonnaise n’a pas pris et l’adhésion n’était peut-être pas totale, ce qui pousse Bernard à parfois regretter "son vieux terrain tout bourbeux" et Jacqueline "le jeu d’antan, celui des avants" . Pourtant, ils restent optimistes. "Le club a fait le nécessaire pour que l’on soit crédible en Top 14" , dit Jacqueline en référence aux structures. "Si on ne l’est pas, autant aller aux champignons ! J’ai connu plus de bas que de hauts mais des hauts magnifiques" avec l’USO, résume Bernard.

Contenus sponsorisés
0
0