Icon Sport

Top 14 - Pas choisi par Jake White, Marvin O'Connor arrive à Montpellier "sur la pointe des pieds"

Pas choisi par White, O'Connor arrive à Montpellier "sur la pointe des pieds"

Le 15/07/2015 à 13:51Mis à jour Le 15/07/2015 à 14:39

Arrivé à Montpellier dans des conditions plus que particulières, l'ailier de poche a désormais tout à faire dans son nouveau club. Retour sur un transfert qui a bien failli tomber à l'eau.

Le passage de Marvin O'Connor de l'Aviron bayonnais au MHR cristallise à lui seul tout le paradoxe, voire le système insensé, dans lequel est tombé le rugby professionnel français. Avec des recrutements qui commencent lors du premier tiers des saisons en cours, il fallait bien que cela arrive. De là à imaginer qu'un staff puisse faire signer plusieurs joueurs, avant de se faire débarquer et de laisser place à des successeurs héritant de "bébés" qu'ils n'auront pas voulu, ou en tout cas pas demandé, il n'y a qu'un pas.

C'est dans cette situation incongrue que se sont donc trouvés Scott Spedding, Marvin O'Connor et le nouveau staff du MHR. Et si le premier a choisi de faire machine arrière pour des raisons qui lui appartiennent, l'ancien Grenoblois a quant à lui décidé de maintenir le cap, direction l'Hérault. Non sans réussite, puisqu'à en croire les commentaires de quelques membres du club, l'ailier aurait déjà tapé dans l'œil des coachs. "Je suis assez impressionné par Marvin jusqu'à maintenant. Je ne le connaissais pas vraiment, et d'ailleurs ce n'est pas moi qui l'ai recruté. C'était un peu difficile pour moi de refuser sa venue, puisqu'il avait signé un contrat, mais je dois dire que depuis son arrivée il y deux semaines, il travaille dur, et je vois chez lui quelque chose que beaucoup d'autres n'ont pas, quelque chose de différent", confirme Jake White.

Les Bleus comme objectif à long terme

D'une agilité au-dessus de la moyenne, le trois-quarts aile semble en bonne voie pour retomber sur ses pieds, malgré un contexte a priori défavorable. Une bonne chose, pour le joueur qui cherche peut-être encore à tourner la page d'un exercice précédent difficile à digérer. "J'avais envie de voir autre chose que la ligne du maintien côtoyée pendant quatre ans à Bayonne. Ça a été usant, d'autant plus que j'étais très jeune, même si j'imagine que ça forge le caractère. J'ai énormément de regrets car j'avais à cœur de laisser le club en Top14. J'arrive ici pour m'imposer, même si c'est sur la pointe des pieds", explique-t-il. Né d'un père australien et d'une mère française, la barrière de la langue ne devrait au moins pas lui poser de problème.

O'Connor a passé quatre saison à Bayonne.

O'Connor a passé quatre saison à Bayonne.Icon Sport

Forcément, la route a été longue, de Grenoble à Bayonne puis Montpellier, de la ProD2 à l'ambitieux club héraultais en passant par les années à jouer pour la survie de l'Aviron. Et désormais, de nouvelles preuves à faire aux yeux d'un staff qui le connait peu. Une situation que l'intéressé prend avec philosophie: "Pour moi ça ne change rien, j'aurais de toutes façons dû faire mes preuve avec l'autre staff. Donc je vais me donner à fond, et on verra ce qui se passera. J'ai pas mal progressé à Bayonne, Montpellier est une suite logique et j'espère rester sur ma dynamique. Pour ça je dois m'améliorer en vitesse sur les courses longues et sur mon jeu au pied."

Une suite logique, qui pourrait à terme le mener vers un autre maillot bleu. "J'avais été appelé pour des tests dès ma première année à Bayonne, mais je n'avais pas été pris. Dès qu'on sent qu'on n'est pas très loin, on a envie d'y goûter. C'est donc un objectif que je garde dans un coin de ma tête", admet-il. Voilà bien tout le mal qu'on lui souhaite.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0