Icon Sport

Toulon - Grenoble (61-28), l'antisèche: Grenoble a tenu une heure... avant de totalement exploser

Grenoble a tenu une heure... avant de totalement exploser

Le 02/11/2014 à 15:43

Pendant près d'une heure, les Grenoblois pouvaient espérer un remake de leur succès à Mayol en janvier dernier. Avant de craquer sous les assauts toulonnais (61-28). L'antisèche.

Le jeu: c'était journée portes ouvertes à Mayol

Douze essais ce dimanche à Mayol ! Un vrai spectacle qui a démarré dès les cinq premières minutes avec un contre d'Alexandre Menini qui allait au bout de son action. Pendant près d'une heure, Grenoble a su répondre à Toulon grâce à un réalisme glaçant. Alipate Ratini puis Henry Vanderglas ont refroidi le public varois et ont longtemps empêché les joueurs de Bernard Laporte de véritablement faire le break. Mais émoussés par deux cartons jaunes en première période, les Isérois ont fini par craquer face aux coéquipiers de Chris Masoe, de plus en plus précis dans leurs mouvements au fil de la partie. Au point d'encaisser un 33-7 lors des vingt dernières minutes. Un soulagement pour le RCT, car le FCG a vraiment rivalisé cinquante minutes durant, dans une rencontre très ouverte.

Les joueurs: la première ligne de Toulon, la troisième de Grenoble

Pas forcément en haut de la hiérarchie toulonnaise en première ligne, Alexandre Menini, Jean-Charles Orioli (rentré en jeu dès la troisième minute) et Levan Chilachava ont réalisé une grande performance face à Grenoble. Ils ont chacun inscrit un essai, preuve de leur activité dans le jeu courant, et ont bien sûr grandement contribué à la domination varoise en mêlée fermée. Du côté des trois-quarts, Maxime Mermoz poursuit sa belle saison. Le centre international s'est encore proposé aux quatre coins du terrain. Delon Armitage a lui encore été décisif en s'offrant un doublé. Le nouvel ouvreur toulonnais Nicolas Sanchez, joker médical de Frédéric Michalak, a passé une après-midi bien plus compliquée, avec notamment quatre échecs face aux perches et des choix pas toujours judicieux...

L'ouvreur argentin de Toulon, Nicolas Sanchez, face à Grenoble

L'ouvreur argentin de Toulon, Nicolas Sanchez, face à GrenobleIcon Sport

Si les Grenoblois ont longtemps pu rester dans le match, ils le doivent en partie à l'activité énorme de leur troisième ligne. Fabien Alexandre, repositionné en numéro huit, n'a eu de cesse d'agresser les Varois en défense. Le flanker Henry Vanderglas a pour sa part relancé les siens grâce à son essai et a encore fait étalage de toutes ses qualités de mobilité. Belle partie également de Nigel Hunt au centre.

Le tournant qui n'a pas eu lieu: l'interception de Vanderglas

51e minute de jeu à Mayol. Le RCT mène tranquillement 25 à 14 lorsque Drew Mitchell échappe le ballon. Henry Vanderglas s'en saisit et file tout droit à grande enjambées. 50 mètres plus loin, il inscrit l'essai de l'espoir pour Grenoble, qui revient alors à quatre points de Toulon (25-21).

La stat: Toulon bat son propre record

Le RCT a fait très forte impression en attaque. Le club varois a même battu le record de points marqués par une équipe cette saison (61). Un record qui appartenait... à Toulon (60-19 face à La Rochelle, 2e journée).

Le tweet colérique

Delon Armitage a toujours autant d’amis sur les réseaux sociaux. Ses deux célébrations d’essais ce dimanche ont déchaîné pas mal de colère...

La décla: Jonathan Wisniewski, ouvreur de Grenoble

" On paye les deux cartons jaunes en première mi-temps où on a lâché un gaz énorme. [...] Mais ce n’est pas acceptable de prendre autant de points."
Contenus sponsorisés
0
0