Icon Sport

Top 14 - Une saison vraiment à oublier pour Montpellier

Une saison vraiment à oublier pour Montpellier

Le 25/05/2015 à 17:21

Après quatre participations consécutives aux phases finales du Top14, l'ambitieux MHR vient de vivre un exercice cauchemardesque, validant son maintien lors de l'antépénultième journée. Une saison pour le moins décevante. Une remise en question semble obligatoire.

Il y a des jours où rien ne va. Malheureusement, en 2014-2015, la maxime s'est déclinée en semaines, puis en mois pour le MHR. Alors qu'il sortait d'une saison qui aurait certainement pu lui valoir une accession à la finale - voire au titre - l'an passé, le club héraultais est tombé de bien haut lors de cette année de Coupe du monde. Jamais dans le rythme, sur le plan du jeu comme sur le plan des résultats, les Montpelliérains n'ont été que les fantômes de ce qu'ils étaient lors des années précédentes. Retour sur les éléments du fiasco.

  • La fin de l'ère Galthié
Montpellier finit bien loin de ses ambitions de début de saison

Montpellier finit bien loin de ses ambitions de début de saisonIcon Sport

  • Un effet White qui s'est fait attendre

Et que l'on attend toujours un petit peu, même s'il faudra désormais patienter jusqu'à août prochain pour voir à nouveau évoluer les Cistes. On a d'ailleurs, optimistes que nous sommes, encore envie de laisser le bénéfice du doute au champion du monde sud-africain. Il est en effet difficile pour un entraineur de reprendre les commandes d'un groupe en cours de saison. "Je suis content car j'ai six mois pour faire un état des lieux interne, pour observer, écouter les joueurs", disait White au mois de janvier. Afin de tirer les conséquences, pour ensuite façonner son effectif et hausser le niveau de performance la saison prochaine, on imagine. Reste que sur le plan du jeu, le MHR nouveau n'a pas fait mieux que lors de la première partie de la saison. Ayant établi son camp de base entre la septième et la dixième place, l'équipe n'a jamais su s'installer dans une dynamique positive durable, faute de constance dans les résultats. Bref, l'effet White, ce sera pour 2015-2016.

Jake White donne ses consignes - 10 janvier 2015

Jake White donne ses consignes - 10 janvier 2015Icon Sport

  • Quand la guigne frappe

Parfois, une saison peut ne tenir à rien. A une pénalité manquée, ou une feinte de passe, par exemple. Nous sommes le 11 octobre, le MHR est aux prises avec Oyonnax. François Trinh-Duc s'échappe le long de la ligne et s'apprête à jouer un deux-contre-un gagnant avec Timoci Nagusa. Mais l'ouvreur choisit de garder le ballon, et c'est le drame. Il se casse le tibia sur l'impact et manquera les cinq mois de compétition suivants. Son équipe, déjà balbutiante, perd ce qui reste de son jeu, et sombre dans la crise suite à son élimination précoce en Champions Cup. Le 11 avril, le MHR réalise enfin un coup à l'extérieur au Racing en faisant un match nul qui aurait pu le replacer dans les places qualificatives (24-24). Sauf qu'entre deux tours de coupe d'Europe, Clermont a fait tourner son effectif et tombe à domicile contre... Oyonnax, qui accentue ainsi son avance sur le MHR et officialise son statut d'empêcheur de tourner en rond pour les Héraultais. Ajoutez à ces coups de malchance les blessures successives de Tuitavake, Timani, Battut, Nagusa, Ranger, sans compter les états d'âme de l'ancien joueur des Blues suite à des troubles familiaux... La quête de sérénité du MHR ne fut pas de tout repos.

Trinh-Duc victime d'une fracture du tibia droit face à Oyonnax

Trinh-Duc victime d'une fracture du tibia droit face à OyonnaxAFP

  • Fin de cycle imposée

Jake White, après six mois de prise de marques, a donc estimé devoir retoucher assez lourdement l'effectif professionnel. Admettons ! Sauf que c'est une réelle révolution qui a commencé à s'opérer au MHR, avec près de 20 joueurs qui quitteront le club cet été, plus un entraineur (Stéphane Glas). D'où le cri du cœur de Yohann Artru dans Midi Olympique, touché après son dernier match avec le MHR contre Clermont: "Voir autant de jeunes joueurs formés au club s’en aller, ça me tue ! Pour reprendre les mots d’un mec dans le vestiaire, c’est une question d’identité. Et même s’ils étaient peut-être moins bons que d’autres, ils auraient donné leur cœur. Moi, j’aurais tout laissé sur le pré pour ce club, pour rester…" Pas nécessairement l'effet White que tout le monde attendait. Avec l'ailier s'en iront en effet quelques irréprochables soldats, tels qu'Alex Tulou et Alexandre Bias, abandonnés sur le bord de la route par le nouveau staff. Etonnant...

En somme, rien ne s'est déroulé comme prévu cette saison. Le destin n'a pas voulu sourire à des Montpelliérains qui n'auront par ailleurs jamais su le forcer. Un grand gâchis au regard des moyens en présence. Et un goût d'inachevé pour bien des joueurs, et quelques entraineurs, qui n'auront pas le droit de prendre leur revanche sous des couleurs qu'ils avaient pourtant portées haut. La mission rachat sera ardue...

Contenus sponsorisés
0
0