Icon Sport

Top 14 - RCT: Samu Manoa, un Américain à Toulon

Manoa, un Américain à Toulon

Le 13/08/2015 à 10:03Mis à jour Le 13/08/2015 à 10:04

Mourad Boudjellal l'avait présenté comme la future star du Top 14... Samu Manoa a fait la préparation estivale avec le RCT avant de rejoindre la sélection américaine pour la Coupe du monde, ce vendredi. S'il faudra encore attendre avant de le voir sous le maillot toulonnais, le troisième ou deuxième ligne a accepté de se dévoiler, un peu, en toute timidité.

Avec ses casquettes de base-ball greffées sur la tête et ses tatouages, il ne manque que la planche de surf à Samu Manoa pour compléter son look de parfait Californien. Arrivé cet été en provenance de Northampton, cet américain (né à Concord en Californie) de 30 ans est attendu sur la Rade avec beaucoup de curiosité.

Au moment d'annoncer la signature de ce joueur, Mourad Boudjellal ne tarissait pas d'éloges: "Il va devenir la star du Top 14. C'est un phénomène du rugby, il est fait pour Mayol". Ce Yankee qui peut évoluer deuxième ou troisième ligne a fait ses preuves en Premiership lors des quatre dernières saisons, jouant 85 matchs de championnat et 27 de Coupe d'Europe.

De quoi étoffer son expérience, après sept années passées sous les couleurs de son équipe à San Francisco. Car au pays du basket et football américain, Samu a opté dès le collège pour un sport mineur de l'autre côté de l'Atlantique. "Le rugby fait partie de l'histoire de ma famille", justifie Manoa. En effet, ses racines tongiennes et la tradition familiale le poussent à s’intéresser au rugby plutôt qu'à rêver des étoiles du Superbowl. "Au collège, je n'ai jamais eu d'intérêt particulier pour le football américain", poursuit-il.

" Fier de représenter mon pays à la Coupe du monde"

Son talent et ses aptitudes physiques (2,01 m; 124 kg) font la différence. Aujourd'hui, il s’apprête à rejoindre sa sélection afin de préparer la Coupe du monde. Discret et assez timide, il tombe un peu le masque au moment d'évoquer cet événement. "Ce sera ma première participation à cette compétition. Je suis très excité à l'idée de la jouer. C'est le top pour tous les joueurs et je suis fier de pouvoir représenter les USA", explique-t-il.

Samu Manoa et Charles Ollivon (Toulon) - 9 juillet 2015

Samu Manoa et Charles Ollivon (Toulon) - 9 juillet 2015Icon Sport

La Coupe du monde est également un bon moyen pour aider à la démocratisation du rugby outre-atlantique. "Le XV n'est pas aussi connu que le Seven. Mais ça progresse! Depuis que l'on a joué contre les All Blacks (novembre 2014), on a plus de fans. Là, nous allons affronter l'Australie, ça peut encore attirer l'attention", espère Manoa.

A Toulon pour 4 ans, avant de rentrer au pays

Sans préjuger des résultats des USA, il devrait cependant très vite retrouver Toulon et enfin disputer son premier match avec le RCT. "Je me sens bien dans cette équipe. J'ai de nouveaux partenaires et de nouveaux objectifs. Je vais donner mon maximum pour essayer de gagner un trophée avec Toulon", ambitionne-t-il.

Et si cela ne fonctionne pas la première année, il en aura trois autres pour garnir son palmarès. Samu Manoa s'est engagé pour quatre saisons avec le RCT. Après quoi, il rentrera au pays de l'oncle Sam. "Mon pays me manque, c'est normal. Quand j'en aurais terminé en Europe je rentrerai chez moi", conclut-il. Mais en attendant de retrouver la Californie, ses plaquages dévastateurs devraient faire rugir Mayol de plaisir.

Contenus sponsorisés