Icon Sport

Top 14 - Mourad Boudjellal (président de Toulon): "Manoa va devenir la star du Top 14"

Boudjellal: "Manoa va devenir la star du Top 14"

Le 21/12/2014 à 11:07Mis à jour Le 21/12/2014 à 11:49

Soulagé par la victoire de ses joueurs face à Lyon (30-6), Mourad Boudjellal s'est présenté en conférence de presse afin de revenir sur ses annonces de la journée de samedi. Le président du RCT donne des précisions sur son recrutement et évoque également la suspension de Delon Armitage.

Vous avez officialisé le nom du successeur de Bernard Laporte. Que pouvez-vous nous dire sur le choix de Diego Dominguez?

Mourad BOUDJELLAL: Diego est de la même trempe que Bernard. C'est quelqu'un qui veut gagner, avec une énergie hors du commun. Pour l'anecdote, j'ai été très surpris par le contrat qu'il m'a demandé. Ses prétentions salariales sont très en dessous de ce que l'on pouvait imaginer, ça risque d'être l'entraineur le moins bien payé du Top 14. Par contre, il m'a demandé des primes de performance assez élevées. J'aime bien ce principe. Il ne fait des contrats que d'un an. Il ne se repose pas sur ses acquis. C'est un obsédé de la victoire et du travail.

" C'était comme avec Bernard, au bout de deux minutes je savais que c'était avec lui qu'il fallait bosser"

Quelle est la teneur de son contrat?

M.B: On a un engagement d'un an et demi. Mais dans un premier temps, il part en Nouvelle-Zélande pour nous dès janvier 2015. Il va se renseigner sur le mode de fonctionnement de nombreux clubs et s'imprégner des différentes cultures afin de ramener ça à Toulon. Il reviendra régulièrement avec nous, avant d'être définitivement là en janvier 2016. Il travaillera pendant six mois avec Bernard sans rien changer dans l'organigramme. Il apprendra à connaître le groupe et ce nouveau métier pour lui. Ensuite, il prendra les clés du club. Je ne me fais aucun souci. Je me suis posé la question de savoir s'il fallait prendre une entraineur chevronné, j'ai rencontré beaucoup de monde. Et là, c'était comme avec Bernard, au bout de deux minutes je savais que c'était avec lui qu'il fallait bosser. Je pense qu'il va être aimé par les Toulonnais. Et accessoirement, il parle quatre langues.

Vous avez également annoncé la signature de plusieurs joueurs pour la saison prochaine. Pouvez-vous détailler vos choix?

M.B: Samu Manoa est le premier contrat de quatre ans que je signe. Pour moi, il va devenir la star du Top 14. Un phénomène du rugby, fait pour Mayol. C'est un joueur qu'on a repéré il y a quelques mois. On l'a contacté, son agent nous a dit qu'il avait été approché par tous les clubs du Top 14 et anglais et que la seule offre à laquelle il pouvait répondre était celle de Toulon. Ma 'Afu est le pilier droit de Northampton. C'est l'un des meilleurs dans le championnat anglais. On avait besoin d'un joueur à ce poste par rapport à Carl Hayman. C'est à mon avis une bonne pioche. Je suis obligé de prévoir un arrêt de Carl Hayman, même s'il ne m'a encore rien dit.

" Samu Manoa est un phénomène du rugby, fait pour Mayol"

Vous avez recruté Ma'a Nonu... enfin!

M.B: En plus de Pélissié et Lassalle nous avons également fait signer le centre All Black Ma'a Nonu, pour deux saisons. C'est un joueur que je voulais avoir depuis longtemps. Il est dans le profil de mes castings. Je pense que c'est une star. Même si on nous a dit qu'il faut le gérer, j'ai confiance en lui. C'est le deuxième All Black qui arrive en Top 14 dans la semaine, c'est très bien. Enfin, il y a Nalaga. Ce n'est pas une demande de notre part, il s'est proposé au club. Non pas qu'il était mécontent à Clermont, mais il était à un moment où il voulait changer. J'étais surpris au début. Mais il a signé à des conditions à un prix bien en dessous du marché pour un joueur comme ça.

Le troisième ligne de Northampton et futur Toulonnais, Samu Manoa

Le troisième ligne de Northampton et futur Toulonnais, Samu ManoaIcon Sport

Le recrutement est-il terminé ou allez vous encore renforcer l'équipe ?

M.B: On est encore sur plusieurs joueurs. J'espère annoncer l'arrivée d'un ou deux avants supplémentaires de niveau international, dont un qui pourrait faire du bruit. Derrière on verra les joueurs que l'on pourra conserver par rapport au salary cap et les JIFF. On recrutera peut-être au poste de numéro 10. On garde Fred Michalak et Giteau, mais quand on voit les problèmes que l'on rencontre à ce poste. On a Sanchez qui donne satisfaction mais entre la Coupe du Monde et le Four Nations, c'est compliqué. On doit discuter avec lui. Pour l'histoire, j'ai consulté Bernard Laporte pour le recrutement mais également Diego Dominguez car les joueurs qui signeront deux ans ou plus joueront avec lui.

" La suspension de Delon est une atteinte au droit du travail"

Ces arrivées semblent entrainer un départ définitif de Rudi Wulf et David Smith...

M.B: Rudi et David ont une offre du RCT. Aujourd'hui je n'ai pas de retour. Le règlement sur les JIFF ne nous permet pas de faire ce que l'on veut. C'est une législation bâtarde qui a été faite dans la précipitation, par des personnes qui ne mesurent pas toujours les effets pervers de ce qu'ils font. Regardez les résultats de ces gens-là et vous verrez leurs qualités... Cela fait plus de mal que de bien au rugby français.

Delon Armitage a été suspendu trois mois par l'EPCR. Quelle est votre réaction par rapport à cette sanction?

M.B: C'est une honte. Les trois juges reconnaissent qu'il a été provoqué mais disent que ce n'est pas une circonstance atténuante... Il a été insulté par des spectateurs et pourquoi eux ne sont pas interdits de stade? Cela veut dire que les supporters peuvent insulter les joueurs, mais si ces derniers répondent, il prennent trois mois de suspension? C'est une atteinte au droit du travail. Comment un société privée de droit suisse peut me suspendre un salarié? On lui met également un mois par rapport à ce qu'il y a eu dans le passé. Mais si on prend en compte le passé, à ce moment là, j'aimerais bien être payé. Car l'ERC ne nous a pas payé pour la saison dernière...

" On a deux dirigeants qui sont bien gentils, mais qui font 146 ans à eux deux"

Selon vous, ce jugement n'est pas objectif ?

M.B: J'aimerais bien que la France soit bien représentée à l'EPCR. On a deux dirigeants qui sont bien gentils, mais qui font 146 ans à eux deux. Ils ont des qualités professionnelles, mais ça fait peut-être beaucoup pour lutter contre les Anglais. Quand je vois que la finale va se jouer à Londres, on passe pour des peintres. Comme quand Delon est jugé à Londres par un Anglais, un Irlandais et un Gallois... On se fait totalement dominer par les Anglais. On m'a dit, avant le jugement, qu'ils voulaient se faire la tête de Delon. Je n'y croyais pas car pour moi le dossier était vide. C'est incroyable. On étudie touts les recours possibles pour réagir.

Contenus sponsorisés