Icon Sport

Top 14 - Montpellier: Fabien Galthié sort du silence

Galthié sort du silence...

Le 31/03/2015 à 14:18

Fabien Galthié s'est pour la première fois livré sur son conflit avec Mohed Altrad, pointant du doigt l'attitude du président de Montpellier. Désormais, il souhaite passer à autre chose même s'il a été marqué par cet épisode fâcheux.

Fabien Galthié a (enfin) brisé le silence. Depuis sa mise à pied début janvier, l’ancien demi de mêlée international s’était fait très discret malgré les vives critiques à son encontre du président de Montpellier, Mohed Altrad. "Je ne me voyais pas dégrader l’institution en répondant", avance-t-il dans un entretien accordé à l’Equipe. Hier, lundi, Galthié croyait croiser de nouveau son ancien employeur lors d’une réunion de conciliation aux Prud’hommes de Montpellier. Il n’en fut rien. Et aucun accord n’a été trouvé. L’affaire est renvoyée au 16 janvier 2016. Une longue attente en perspective.

"Je savais que ce genre de choses pouvait m’arriver mais pas avec cette méthode, ni avec cette communication violente. Je ne souhaite à personne, même à mon pire ennemi, de vivre ça", souligne un Galthié marqué dans un premier temps par cette situation et qui a su passer à autre chose depuis. L’ancien manager a payé au prix fort une crise de résultats sportifs, même si le MHR n’était pas dans une position dramatique sur le plan comptable en Top 14 (6e). Ce qu’il regrette car le club avait déjà vécu pareille situation et qu’il s’en était sorti. "Pendant quatre ans et demi, j’ai le sentiment d’avoir participé à la plus belle épopée de ce club. [...] On avait l’un des styles de jeu les plus léchés, et ce n’est pas moi qui le disais. C’est dommage de vouloir salir ça. Parce que c’était beau".

Fabien Galthié au milieu de ses joueurs - Montpellier - 29 novembre 2014

Fabien Galthié au milieu de ses joueurs - Montpellier - 29 novembre 2014Icon Sport

"Je vais vous sortir, et je vais vous faire mal"

Bien sûr, Mohed Altrad est fortement égratigné par ses propos. Galthié pointe notamment du doigt plusieurs évènements. En premier lieu, le fameux jour de sa mise à pied effective. "A 8h15, ce jour-là, j’étais dehors et je n’avais plus le droit de mettre les pieds au stade. C’est ça la mise à pied... Je n’ai pu dire au revoir à personne. Et ensuite, j’ai découvert la communication violente. C’était très dégradant". Le technicien revient aussi sur des dires tenus juste après la victoire contre Toulouse le 20 décembre, alors que le torchon brûlait fortement entre les deux hommes. "Altrad m’a dit quelque chose comme: "Je vais vous sortir, et je vais vous faire mal"".

Il enchaîne même en faisant part de l’attitude surprenante du président héraultais au soir de la défaite contre Brive, le 7 novembre, début du profond malaise dans l’Hérault. "Dans le vestiaire, Altrad demande à tous les joueurs, les uns après les autres, de se lever et de dire: "Je suis mauvais, je vais m’améliorer"". Allant ainsi à l’encontre de Galthié qui avait assumé devant la presse "la responsabilité" de cette défaite. "Je perdais la main, mon discours était noyé", déplore-t-il dans L’Equipe. Altrad lui a aussi reproché une attitude "défaitiste", notamment dans un rapport de huit pages qui a fait "halluciner" Galthié. "Durant l’entretien avec lui, je lui ai expliqué pourquoi on avait ces résultats. Il m’a dit que ce n’était pas le sujet". Un épisode fâcheux pour celui qui fait partie des favoris pour prendre la suite de Saint-André à la tête du XV de France. Désormais, Galthié regarde au loin car pour lui "elle est finie cette histoire".

Contenus sponsorisés