Icon Sport

Top 14: Les quatre raisons de suivre Oyonnax-Brive

Les quatre raisons de suivre Oyonnax-Brive

Le 25/03/2015 à 15:53Mis à jour Le 25/03/2015 à 16:05

Oyonnax-Brive, c’est un match que l’on attendait tous dans l’optique du maintien, pour lequel le CABCL est totalement mobilisé depuis le début de saison. L’USO, pour sa part, ambitionne un maintien plus serein, et lorgne même sur un strapontin dans le Top 6 du championnat. Voici en tout cas quatre bonnes raisons de suivre ce duel passionnant, ce samedi au stade Charles Mathon.

Parce que le CABCL s’est donné de l’air au classement

Avec une probante victoire bonifiée contre le Racing, Brive s’est donné un peu d’air et compte six points d’avance sur les deux relégables. Une victoire qui a fait du bien sur le plan comptable, comme pour l’ambiance au sein du groupe, dixit le capitaine Arnaud Méla: "Quand la victoire est là, les semaines de travail sont toujours plus agréables. La pression est un peu retombée, et on a pu travailler sereinement notre déplacement à Oyonnax. Malgré une petite avance de six points, on sait que personne n’est largué. Mais ce petit matelas nous permet d’aller à Mathon avec l’objectif de faire un bon match sur l’engagement et prendre du plaisir". Un bol d’air que Nicolas Godignon n’envisageait pas forcément: "C’est toujours plus facile de gérer un laps de temps entre deux journées de championnat quand on a une victoire comme celle obtenue face au Racing-Métro. Battre un prétendant au titre n’était pas forcément évident et l’obtention du bonus offensif était loin d’être attendu, mais ça nous a permis de nous donner de l’air et de travailler dans la sérénité".

Parce que le sprint final sera intense

Ce déplacement à Charles Mathon sera également l'occasion de fêter dignement la prolongation de contrat du staff corrézien autour de son entraineur Nicolas Godignon: "Nous sommes contents de prolonger l’aventure et de pouvoir stabiliser et continuer à faire progresser le club. On ambitionne, à travers ce nouveau projet, de pouvoir s’installer durablement en Top 14. Et ça commence dès samedi à Oyonnax. Il restera ensuite cinq rencontres pour pérenniser l’avenir du CABCL dans l’élite et la réception de Lyon lors de la prochaine journée représentera peut être l’occasion d’éliminer un concurrent direct dans la course au maintien". Nicolas Godignon reste humble et ne veut pas évoquer autre chose que le match à venir pour le moment: "Le match de Lyon est dans quinze jours et il restera encore cinq matchs pour finir la saison. Donc chaque chose en son temps. Pour le moment on se concentre avant tout sur ce déplacement. On voit que toutes les équipes peuvent réaliser l’exploit à l’extérieur et on doit être dans cet objectif également. Mais il faudra s’employer très fort pour faire douter Oyonnax et ramener au moins un point".

Le groupe de Brive

Le groupe de BriveIcon Sport

Parce que le CABCL est en recherche de certitudes à l’extérieur

Si le XV limousin se montre toujours aussi solide à domicile, on constate en revanche beaucoup de difficultés loin d’Amédée-Domenech. Ainsi, Brive n’a pas marqué le moindre point depuis son déplacement au Stade français lors de la 12e journée. Avec une seule victoire à l’extérieur (Montpellier), Brive doit grappiller des points loin de ses bases pour assurer ses arrières. Dans le sillage de son capitaine, Brive sera en recherche de certitudes avant d’entrer dans le sprint final: "C’est sur que pour nous le match de Lyon sera un match essentiel pour le maintien. Mais avant il faut faire le boulot à Oyonnax afin de trouver des certitudes collectives et défensives. C’est seulement à ce moment que Lyon viendra dans nos têtes, car on prend les matchs un par un". Nicolas Godignon, pour sa part, attend une réaction des siens samedi, afin de maintenir la pression sur ses rivaux et aussi sur Oyonnax: "C’est un match important pour nous mais aussi pour Oyonnax car si on parvenait à l’emporter, "Oyo" reviendrait dans le trafic des équipes en lutte pour le maintien. Mais pour l’envisager il faudra savoir se mettre en face d’eux. Oyonnax est une équipe qu’il faut être en mesure de cadenasser pour l’empêcher d’avancer".

Parce que jouer à Charles-Mathon est toujours un défi

Citadelle imprenable par excellence, le stade Charles-Mathon représente un défi pour toutes les équipes de l’élite. Mais pourquoi est-il aussi compliqué de l’emporter dans le Haut-Bugey? Nicolas Godignon, ancien "Oyoman", nous en dit plus: "Il y a tout un public qui est derrière et qui pousse fort. Un public qui montre sa fierté d’être en Top 14. J’ai bien connu cette culture de la victoire à domicile en ayant joué pour ce club. Il existe de vraies valeurs que le club met en avant particulièrement à Charles Mathon". Arnaud Méla connaît les valeurs Oyonnaxiennes, communes aux siennes: "C’est une équipe très solidaire qui met la pression sur l’équipe adverse. Elle a l’objectif de remporter tous les duels sur sa pelouse. Face à un gros pack et un bon buteur, c’est toujours très compliqué de faire un résultat là bas. A nous de faire le gros match pour éviter de prendre une fessée et pour ne pas vivre un voyage retour trop douloureux". En tout cas, avec l’ambition d’accrocher le Top 6, Oyonnax attend Brive de pied ferme ce samedi. La lutte s’annonce âpre entre deux adeptes du jeu d’avants. Un duel sur les fondamentaux du rugby qui peut se révéler décisif dans cette fin de saison si passionnante.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés