Icon Sport

Top 14- Du côté des mairies, on dit ne pas avoir d'information sur la fusion entre l'Aviron et le BO

Du côté des mairies, on dit ne pas avoir d'information sur la fusion entre l'Aviron et le BO

Le 14/05/2015 à 10:37

La fusion entre Bayonne et Biarritz concerne deux clubs de rugby, mais également deux municipalités parties prenantes des deux clubs. Michel Veunac, le maire de Biarritz, et Jean-René Etchegaray, le maire de Bayonne, affirment chacun de leur côté ne pas avoir d’information sur le sujet.

"Il n’y a pas d’information fiable aujourd’hui (mercredi, ndlr). J’entends des rumeurs tous azimuts qui se contredisent les unes des autres et quand j’aurais des informations, je ferai des déclarations. En l’état actuel des choses, je n’ai aucune déclaration à faire", indique le maire de Biarritz, Michel Veunac. "Rien n’est ficelé dans cette affaire. Rien n’a été publié. J’ai posé la question pour savoir si effectivement des accords avaient été signés. Rien n’a été fait", poursuit le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray.

Maxime Lucu, le demi de mêlée de Biarritz

Maxime Lucu, le demi de mêlée de BiarritzIcon Sport

Déficit et retard de paiement des salaires pour le BOPB

Avant d'ajouter : "Je trouve totalement inopportun aujourd’hui, alors que l’on joue des échéances très importantes, qu’il y ait cet emballement de la machine alors qu’on a besoin de sérénité. Il n’y a pas d’urgence dans cette affaire qui justifie de parler de fusion alors même qu’il faut consacrer son énergie à préparer ces matchs. J’ai des relations avec le club. Il n’y a pas été question de fusion des clubs dans les discussions que j’ai pu avoir. A aucun moment".

Évidemment, des deux côtés, il y a de l’inquiétude sur l’avenir des deux clubs. Du point de vue financier, la ville de Biarritz avait déjà accordé une rallonge supplémentaire de 400.000 euros en fin de saison dernière afin d’équilibrer les comptes du club et d’éviter une rétrogradation en Fédérale 1. Cette saison, le déficit semble plus important et les retards de paiement des salaires des joueurs se sont succédés ces deux derniers mois. Une situation financière que le maire biarrot ne préfère pas commenter pour l’instant. Il avoue cependant recevoir "régulièrement des rapports sur la situation économique du Biarritz olympique". "L’octroi de subvention exceptionnelle au Biarritz olympique supposait qu’il y ait un regard porté par la ville sur les finances du club" , rappelle-t-il.

Charles Ollivon lors du derby d'avant-saison entre Bayonnais et Biarrots - 31 juillet 2014

Charles Ollivon lors du derby d'avant-saison entre Bayonnais et Biarrots - 31 juillet 2014Icon Sport

Etchegaray: "Avant d'imaginer tout rapprochement, il faut respecter ce que disent les supporters"

À Bayonne, avant de songer aux comptes du club, Jean-René Etchegaray doit d’abord faire face à la colère des supporters bien plus bruyante que du côté de Biarritz. "Je crains que la passion l’emporte un peu sur la raison. C’est ce qui me gêne dans cette affaire. Il faut en appeler au calme et au respect des hommes. J’espère que les esprits qui se sont échauffés vont se calmer à nouveau pour revenir sur l’essentiel". Le maire de Bayonne sait sa ville passionnée par son Aviron : "Chez nous, le rugby est beaucoup plus qu’un sport, c’est un fait social, culturel. Pour nous, évidemment que les questions concernant ce club nous intéressent au premier chef" .

La ville de Bayonne verse 700.000 euros de subventions par an au rugby pro bayonnais et est propriétaire des installations du Stade Jean-Dauger. "Ce qui fait qu’on veut avoir notre mot à dire, même si nous ne sommes pas actionnaires", juge-t-il. Cependant Jean-René Etchegaray ne se positionne pas pour ou contre la fusion. Il insiste en revanche pour que cette affaire soit menée dans le plus grand respect de tous et notamment des supporters : "Chaque ville est très attachée à son club. Cela, il faut en tenir compte. C’est la raison pour laquelle avant d’imaginer tout rapprochement, il faut respecter ce que disent les supporters, entendre, dialoguer".

Les supporters bayonnais sont venus exprimer leur mécontentement à Jean-Dauger - 13 mai 2015

Les supporters bayonnais sont venus exprimer leur mécontentement à Jean-Dauger - 13 mai 2015Rugbyrama

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés