Icon Sport

Top 14 - Bayonne est sérieusement fatigué !

Bayonne est sérieusement fatigué !

Le 13/01/2015 à 09:20Mis à jour Le 13/01/2015 à 09:26

A l'agonie en fin de partie contre Lyon, Bayonne a frôlé la correctionnelle. Les joueurs en sont conscients et avouent être dans un sale état physiquement.

Les Bayonnais ont fini sur les rotules cette 16e journée. Même l’infatigable Jean Monribot a été atteint samedi les limites de son corps. "C’est rare depuis le début de ma carrière d’avoir des crampes à la fin d’un match. Je pense même que c’est la première fois et je me pose quelques questions. Je ressens le besoin de récupérer un peu". Face à Lyon, les joueurs basques ont baissé le pied un par un. À la 75e minute, Lyon n’a pas osé la pénaltouche qui pouvait lui permettre de remporter le match en marquant un essai. Au grand soulagement de Bayonnais exténués. "Tout le monde était bien content qu’ils prennent les trois points", souffle Mathieu Ugalde. "Physiquement sur le terrain j’ai l’impression que Lyon était plus en forme que nous. Ça s’est ressenti même dans les tribunes je pense", poursuit Jean Monribot.

Ugalde: "C'était lent ce qu'on faisait"

"Lyon a enchaîné les mêmes matchs que nous, mais là ils étaient un peu plus frais que nous. Je ne sais pas pourquoi ?", s’interroge Santi Fernandez. Accumulation des matchs, terrains lourds de l’hiver, trentaine dépassée… les raisons peuvent être nombreuses pour tenter d’expliquer le trou d’air bayonnais. Bien content d’avoir pris les quatre points de la victoire, Bayonne ne va pas s’éterniser à chercher la cause, trop préoccuper à se régénérer pour attaquer la suite. Car sans forme physique, point de jeu rappelle Mathieu Ugalde. "On a eu du mal physiquement. On ne se replaçait plus. C’était lent ce qu’on faisait. Quand c’est lent c’est impossible de jouer. Quand le score se resserre, tout le monde a peur de faire la passe de plus. Les passes qu’on tente quand on est en confiance, on ne les tente plus. Quand on se recentre et qu’on a peur de prendre des risques, on s’expose à l’adversaire".

Matthieu Ugalde, le centre de Bayonne, à l'attaque

Matthieu Ugalde, le centre de Bayonne, à l'attaqueIcon Sport

Un triptyque qui fait vraiment peur

Le calendrier du Top 14 a réservé un début d’année terrible pour l'Aviron avec le triptyque Toulon à Mayol, Stade français à Jean-Dauger suivi de Clermont à Michelin. En l’état actuel des troupes, il serait quasiment impossible à l’effectif basque de viser une victoire sur ces trois matchs. Mais ces trois journées vont se disputer en l’espace de deux mois. Il y a d’abord ces deux week-ends de Challenge Européen avant d’aller à Toulon. "Pour moi certains joueurs qui jouent depuis le début de saison ont besoin de repos", juge Jean Monribot. "C’est important. On prend des coups. Il faut vraiment se régénérer. Tout le monde en est conscient. Ça avait déjà été fait sur la précédente coupure de Challenge pour un groupe de joueur avait été laissé au repos et avait effectué plus un travail physique. On a deux matchs de challenge européen. Il faut surtout se préparer pour notre déplacement à Toulon. Chaque match est important et tout point va compter en championnat".

O’Connor, Rokocoko, Spedding, Fernandez, Bustos Moyano, Ollivon, Monribot, Chisholm, Senekal, Muller, Iguiniz, Etrillard devraient être de ce groupe: "objectif Toulon". Le Top 14 fera ensuite de nouveau relâche pendant quinze jours en raison du début du tournoi des six nations. Pour la 18e journée, Bayonne accueillera le Stade Français le 21 février. Le Top 14 aura encore droit à un week-end de repos entre la 18e et la 19e journée. Clermont-Bayonne se disputera le 7 mars. Dans ces conditions, l’Aviron Bayonnais conserve quelques chances d’embêter les trois premiers du Top 14.

Jean-Jo Marmouyet (Bayonne) face à Toulon - Aout 2014

Jean-Jo Marmouyet (Bayonne) face à Toulon - Aout 2014Icon Sport

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0